Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2014

Conséquences de cette division - 6

 


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Félix de Gerone  (a)

(Martyr vers 304)

 

CHAPITRE V

 

CONSEQUENCES DE CETTE DIVISION – 6

     « Le premier homme, dit le grand docteur, pécha principalement par le désir de devenir semblable à Dieu, quant à la science du bien et du mal, suivant la suggestion du serpent : de manière à pouvoir, par les seules forces de sa nature, se fixer à lui-même les règles du bien et du mal ; ou connaître d’avance et par lui-même le bonheur ou le malheur qui pouvait lui arriver. Il pécha secondairement par le désir de devenir semblable à Dieu, quant à la puissance d’agir, de manière à arriver à la béatitude par ses propres forces (1). »

     Saint Thomas n’est ici que l’écho de saint Augustin, qui dit mollement :

« Adam et Eve voulurent ravir la divinité, et ils perdirent la félicité (2). »

Que certains anthropologues, dont l’audace va jusqu’à nier l’unité de l’espèce humaine, expliquent l’influence magique de cette parole sur tous les habitants du globe : Vous serez comme des Dieux. Victorieuse des pères de notre race, il y a six mille ans, cette parole, Satan la répète constamment à leur postérité, et en obtient le même succès. Il n’en sait pas d’autre. Celle-là, en effet, lui suffit. Etudiée avec soin, la psychologie du mal démontre qu’un désir de divinité est au fond de toutes les tentations : les victimes de Satan ne sont ses victimes que pour avoir voulu être comme des Dieux.

     En résumé, de la part de l’Esprit de lumière et de la part de l’Esprit de ténèbres, tout roule sur la déification de l’homme. Le premier veut l’opérer par l’humilité ; le second par l’orgueil. L’un dit à l’homme, sur la terre, le mot déificateur qu’il dit à l’ange, dans le ciel : Soumission. L’autre répète à l’homme le mot radicalement corrupteur, que lui-même prononça dans le ciel : Indépendance. De ces deux principes opposés découlent, comme deux ruisseaux de leurs sources, les moyens contradictoires de la déification divine et de la déification satanique. Inutile d’ajouter que la première est la vérité ; la seconde, une contrefaçon ; que l’une rend l’homme vraiment fils de Dieu, image vivante de ses perfections, héritier de son royaume, compagnon de sa gloire ; et l’autre, fils de Satan, complice de sa révolte et compagnon de son supplice.

     Toutefois, entre ces moyens opposés, il existe un parallélisme complet. Nous le ferons connaître plus tard ; car il n’est pas le moindre danger de la grande persécution de l’ange déchu « Lucifer et ses suppôts feront de grands prodiges et des choses étonnantes, de manière à séduire, s’il était possible, les élus mêmes (3). » : tel est l’avertissement trop oublié du Maître divin. Vrai dans tous les temps, il semble le devenir aujourd’hui plus que jamais, et demain il le sera plus encore qu’aujourd’hui.

     L’Apôtre termine la grande histoire du mal en disant :

« Et le Dragon persécuta la femme qui enfanta le fils : Persecutus est mulierem quae peperit filium. » (4)

(A suivre…« Conséquences de cette division – 7 »…si Dieu veut)

- C’est moi qui mets en gras dans le texte.

(a) Il consomma son martyr par de cruels tourments physiques.

(1) Somme Théologique IIa, IIae, quest. LXIII, article 2, corp.

(2) Gloss. In Ps. LXIII.

(3) St Matthieu XXIV, 24 (Texte partiellement paraphrasé)

(4) Apoc. XII, 13. La référence biblique n’était pas donnée, seulement le texte.

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.