Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2013

Antilibéralisme - 4

Aboutissement pratique et moral de l’esprit libéral :

     Pour les abrutis, diplômés ou surdiplômés, négateurs d’un complot contre l’Eglise catholique instruit de longue date, et s’inscrivant dans la durée, rappelant que sous ces deux aspect, les idées et les faits, le libéralisme, fruit empoisonné 


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Placide et ses compagnons(1)

(Martyrs  vers 539-541)

 

ANTILIBERALISME – 4 

 

abjection,amour de dieu,antéchrist,apocalypse,bête,caïn,catholicisme,commandements de dieu,communisme,complot,corps mystique,corruption,crainte de dieu,croisés,déchristianisation,eden,eglise catholique,erreur,esprit libéral,femme,foi,forces occultes,genèse,idéologie,immigration,ingratitude,iniquité,islam,jésus-christ,juifs,laxisme,libéralisme,lucifer,lumière,magnificat,malheur,martyr,miracles,monde moderne,mondialisme,morale,notre-seigneur,nouvel ordre mondial,obéissance,occident chrétien,œuvres,péché,postérités,putréfaction,relativisme Aboutissement pratique et moral de l’esprit libéral :

     Pour les abrutis, diplômés ou surdiplômés, négateurs d’un complot contre l’Eglise catholique instruit de longue date, et s’inscrivant dans la durée, rappelant que sous ces deux aspect, les idées et les faits, le libéralisme, fruit empoisonné de la Révolution dite française (2), n’est rien d’autre que le monde de Lucifer s’enhardissant de plus en plus, dans le monde moderne, à mesure que l’œuvre de déchristianisation de la société laisse le champ libre à la propagation de la ''morale'' et à l’enseignement gnostiques et kabbalistiques issus de la tradition plus que millénaire du serpent de l’Eden, par Caïn : aboutissant à l’Antéchrist et à son corps mystique qu’est ''la Bête'' de l’Apocalypse de Saint Jean, ennemis plus que millénaire de la Sainte Tradition issue de la femme du livre de la Genèse (III, 15) aboutissant à Jésus-Christ, par la Sainte Vierge, et à son Corps Mystique qu’est l’Eglise. 

     Au-delà de l’obéissance aux commandements de Dieu, ce qui, dans l’attitude morale, différencie fondamentalement ces deux postérités c’est que : 

     - l’une, récusant ou méprisant l’amour de Dieu et les enseignements de sa loi morale, avant de frapper physiquement ou spirituellement ses coups destructeurs et  meurtriers, les préparent sournoisement dans les ténèbres car : 

« (…) la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient condamnées » (St Jean III, 19-20)

     - l’autre, faisant siennes les paroles de Notre-Seigneur ne craint pas de répondre à l’amour de Dieu en se conformant à la vérité de son enseignement et de sa loi morale :

« Mais celui qui accompli la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu’elles ont été faites en Dieu. » (St Jean III, 21)   

     Cette déchristianisation de la société par l’idéologie et la pratique du libéralisme (3) entraînant à grande échelle l’effondrement des barrières morales chrétiennes, le relativisme ou le laxisme moral chez les gouvernants, les hommes publics, les laïcs, les religieux et, par ricochet, dans toutes les classes sociales du peuple. Celui-ci, instruit et encouragé par l’exemple délétère venant d’en haut, pendant que d’autres, refusant cet état de fait et résistant au milieu ambiant, ne peuvent qu’être profondément écoeurés et prêts à vomir devant un tel niveau d’abjection et de putréfaction morale qui ne demande qu’à s’amplifier au fur et à mesure des pressions et contraintes de l’environnement politique et social. Ingratitude envers la majesté divine et corruption sociale comparable à celle des Juifs d’autrefois, faisant dire à Dieu ces paroles menaçantes, par la voix de son prophète :

« Malheur à la nation pécheresse, au peuple chargé d’iniquité, à la race corrompue, aux enfants scélérats. Ils ont abandonné le Seigneur (…) Depuis la plante des pieds jusqu’au sommet de la tête, il n’y a plus rien de sain en lui (…) » (Isaie I, 4-6)

(A suivre…« Qu'est-ce que la Révolution ? - 1 »…si Dieu veut »

P.S : Les 3 articles sur la Révolution ont été transférés dans la rubrique « Politique – La Révolution »

René Pellegrini 

Nota bene :

     Pour rédiger cet article sur le libéralisme je me suis inspiré de l’opuscule « Le libéralisme est un péché » rédigé au 19e siècle par le prêtre espagnol Don Félix Sarda y Salvany. Opuscule approuvé par la Sacrée Congrégation de l’Index.

(1) Tertulle, un des grands seigneurs de Rome, après les empereurs, avait quatre enfants : Placide, Eutyche, Victorin et Flavie. Homme pieux, il confia Placide, qui avait sept ans, à Saint Benoît pour qu’il l’élevât dans la crainte de Dieu. Très docile, humble et obéissant, Saint Placide fit beaucoup de miracles. Saint Benoît l’envoya en Sicile et c’est là qu’il consommât son martyr avec ses frères et sa soeur, les diacres Fauste et Firmat, et trente religieux. En 541 selon Gordien (seul rescapé du massacre) en 539 selon les annotations de Baronius. Ayant refusé d’abjurer sa foi en Jésus-Christ il fut décapité, après bien des tourments, par un capitaine d’Abdala, roi d’Afrique, qui écumait la Sicile. Il avait vingt six ans.

(2) Comme, aujourd’hui, les révolutions dites arabes. Pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour connaître les instigateurs, appuis et soutiens financiers de ces révolutions ''arabes'' et leurs téléguidages par les services secrets occidentaux, eux-mêmes noyautés par les services secrets juifs. L'objectif inavoué des forces occultes du mondialisme, qui abhorrent le catholicisme, en appuyant et orchestrant ces révolutions : susciter la haine contre les ''Croisés'' et achever de dynamiter ce qui reste de la civilisation de l'Occident chrétien, en préparant le choc civilisationnel et, sur les débris ou le chaos créé, construire le Nouvel Ordre Mondial luciférien. On comprend mieux ainsi les facilités et la complicité imbécile et irresponsable, accordées à l'immigration par les pouvoirs publics européens : les pratiques cultuelles et culturelles de l'Islam devant susciter les tensions nécessaires entre citoyens, et servir d'instrument pour assouvir les désirs des maîtres d'oeuvre du mondialisme.

(3) Rappelons que les premiers pas du libéralisme consistent à affirmer la vérité mais en faisant l’impasse sur la détestation de l’erreur. Il est le précurseur du socialisme, lui-même antichambre du communisme.

Capture05.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.