Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2014

L'imitation de Jésus-Christ

 


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Sainte Bonne (1)

(Vierge  ?) 

 

L’IMITATION DE JESUS-CHRIST  

     On ne peut faire de progrès dans la vertu qu’en imitant le Christ. Il est la voie, la vérité et la vie. Il est, de plus, la porte par où doit passer celui qui veut faire son salut. Aussi tout esprit qui prétend marcher par une voie douce et facile, mais craint d’imiter le Christ, n’est pas bon à mes yeux.

     Votre plus grande sollicitude doit être d’allumer en vous un ardent désir d’imiter le Christ dans toutes vos œuvres ; étudiez-vous donc à accomplir chacune d’elles, comme le Seigneur lui-même le ferait.

     S’il s’offre à vos sens quelque chose d’agréable, dès lors que cela ne tend pas purement à l’honneur et à la gloire de Dieu, rejetez-le, et privez-vous-en par amour pour Jésus-Christ, car durant les jours de sa vie mortelle, il n’eut et ne voulut avoir d’autre joie que celle de faire la volonté de son Père ; c’est là ce qu’il appelait sa nourriture, son aliment.

     Ne vous proposez jamais pour modèle de vos œuvres un homme quelque saint qu’il soit, car le démon vous représenterait ses imperfections. Imitez plutôt Jésus-Christ, qui est souverainement parfait et souverainement saint, et vous ne vous tromperez jamais.

     Vivez toujours crucifié intérieurement et extérieurement avec le Christ. Par-là vous trouverez la paix et le bonheur de votre âme et vous la conserverez dans la patience. 

     Que Jésus crucifié seul vous suffise ; avec lui, souffrez et reposez-vous ; en dehors de lui n’acceptez ni peine ni repos. Pour cela, dépouillez-vous de toute attache aux choses extérieures et renoncez à vous-même.

     Celui qui a quelque estime de lui-même ne se renonce pas et ne suit pas Jésus-Christ.

     Si vous voulez arriver à posséder le Christ, ne le cherchez jamais sans la croix.

     Celui qui ne cherche pas la croix du Christ ne cherche pas la gloire du Christ.

     Désirez-vous rendre quelque peu semblable, par la souffrance, à notre grand Dieu, humilié et crucifié, car si cette vie n’est pas employée à l’imiter, à quoi est-elle bonne ?

     Estimez beaucoup les épreuves, et croyez que c’est peu encore pour plaire à votre divin Epoux qui n’a pas hésité à mourir pour vous. 

     Que sait-il celui qui ne sait pas souffrir pour le Christ ? Quand il s’agit de souffrances, plus elles sont grandes et cruelles, et plus est excellent le sort de celui qui les endure. 

     Le désir de posséder les richesses et les faveurs divines, tous l’ont; quant à celui des travaux et des souffrances endurées par amour pour le Fils de Dieu, il est le partage du petit nombre.

     Jésus-Christ est très peu connu de ceux qui se croient ses amis, car nous les voyons rechercher en lui non ses amertumes, mais leur propre consolation.

 (Extrait des Oeuvres spirituelles de Saint Jean de la Croix)

René Pellegrini 

(1) L’histoire de sainte Bonne a été écrite par l’évêque Equilin, dans son catalogue des saints. Elle était égyptienne, de sang royal. Elle fut appelée ainsi par les Français, à l’imitation des Latins. Les Egyptiens l’appellent Cordimunda.

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.