Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2014

Le combat contre le modernisme - 1

 


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Martin

(Evêque de Tours et confesseur  397) (1)

 

LES XXIV THESES THOMISTES - 1

 

LE COMBAT CONTRE LE MODERNISME - 1

     En alternance avec « l’excellence de la philosophie chrétienne » une série d’articles consacrés aux 24 thèses philosophiques de saint thomas d’Aquin tenu en grande estime dans l’Eglise catholique, comme l’atteste l’approbation du Pape Benoît XV adressée :

     « A Notre cher Fils Edouard Hugon, religieux Dominicain, docteur et professeur de théologie au Collège Angélique de Rome  

     « Cher Fils, Salut et Bénédiction apostolique. L’obligation sainte et salutaire qui s’impose aux écoles catholiques où l’on forme à la science de la philosophie et de la théologie la jeunesse du sanctuaire, c’est de prendre pour maître suprême saint Thomas d’Aquin. Tout ce qui fut établi, à ce sujet, avec tant de sagesse par Nos prédécesseurs, en particulier par Léon XIII et Pie X, d’heureuse mémoire, doit être maintenu et inviolablement observé.

     Mais nous estimons que c’est aussi une œuvre très opportune de faire sortir, pour ainsi dire, le Docteur Angélique de l’enceinte de l’Ecole, pour lui permettre de rayonner au dehors et de projeter la lumière presque divine de son génie sur tous ceux qui veulent approfondir notre religion. Il est certain que les modernistes n’ont pu s’écarter si loin de la foi et s’égarer en tant d’opinions diverses, que parce qu’ils ont négligé les principes et la doctrine de saint Thomas.

     C’est pourquoi vous avez eu un dessein excellent d’exposer, sous la guide d’un tel maître, les vérités de la foi chrétienne et nos mystères les plus augustes, pour l’utilité surtout des laïques, en employant un genre d’écrire adapté aux esprits qui n’ont pu s’initier aux études et aux méthodes usitées dans les écoles.

     Nous sommes heureux que vos volumes, dans lesquels vous avez embrassé à peu près tout l’ensemble de la théologie, obtiennent, dans l’appréciation des juges compétents, un plein succès à cause, de leur mérite spécial, qui est, d’une part d’éclairer et de défendre les dogmes du salut, et, d’autre part d’exciter les pieux sentiments de la religion. Comme il n’y a pas de piété véritable que celle qui s’épanouit après s’être alimentée  en quelque sorte à la racine de la saine théologie, c’est aussi l’excellence des livres théologiques d’allumer dans les lecteurs l’amour de la piété. Il Nous est très agréable de pouvoir vous décerner cet éloge, en formant le vœu que votre travail soit profitable à un grand nombre d’âmes.

     Pour vous, cher Fils, outre les fruits abondants de votre œuvre, attendez encore de Dieu la récompense très abondante. Comme gage de ces faveurs et comme témoignage de Notre maternelle bienveillance, Nous vous accordons, très affectueusement, la bénédiction apostolique.

     Donné à Rome, auprès de Saint-Pierre, le 5 mai 1916, de Notre Pontificat, la deuxième année. BENOIT XV, Pape »

     A la lecture de ce texte on comprend la raison de la vigueur avec laquelle les Papes n’ont cessé d’ordonner de suivre l’enseignement de saint Thomas dans les études théologiques et philosophiques pour éviter de « s’écarter si loin de la foi » et pourquoi les modernistes, à l’intérieur de l’Eglise, se sont toujours efforcés, sinon de le combattre ouvertement, au moins de mettre son enseignement sous le boisseau.

(A suivre…« Le combat contre le modernisme – 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

- C’est moi qui mets en gras et souligne dans le texte.

(1) En 402, selon le Cardinal Baronius, sous l’empire des deux fils de Théodose : Arcadius et Honorius)

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.