Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2014

Le Christ-Roi : Orientation politique - 2

 


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Saturnin

(Premier évêque de Toulouse et martyr  IIIe siècle) (1)

 

 PRESENTATION DU BLOGUE : LE CHRIST-ROI - 6

 

ORIENTATION POLITIQUE – 2

     Ce blogue résolument antilibéral sera sans complaisance pour les ennemis du catholicisme, avoués ou secrets, de l’intérieur ou de l’extérieur : catholiques libéraux, modernistes ou progressistes, Francs-Maçons de toutes obédiences, sectes gnostiques et marranes (Juifs simulant une conversion au catholicisme pour mieux le détruire en le judaïsant de l’intérieur). Il mettra aussi en garde, lorsque le sujet le permettra, contre le Nouvel Ordre Mondial qui, en réalité, n’est pas une nouveauté, car cette idéologie mondialiste, professée au cours du XXe siècle, était déjà dans les bagages de Jean Amos Comenius (1592-1670) de la secte des Frères moraves, en contact avec les gnostiques de la Rose-Croix.

     Les thuriféraires actuels du Nouvel Ordre Mondial - grimace du diable comme son préparateur l’O.N.U  pompier pyromane et grand fauteur de trouble dans le monde – n’étant que les continuateurs, conscients ou inconscients, de cette entreprise initiée de longue date qui vise à imposer, sur les ruines du catholicisme traditionnel, une dictature planétaire politico-religieuse, tout en usant de propos rassurants, avec l’aide apportée par la caution religieuse Benoît XVI sous l’angle politique et, actuellement, par le ‘’pape’’ François (Bergoglio) sous l’angle religieux kabbaliste. 

    Planification dictatoriale mondiale conçue, par les anciens concepteurs, au moyen de trois corps internationaux : la culture, les institutions politiques et toutes les religions fondues dans une seule appelée ‘’Eglise rénovée’’, suivez mon regard : l’approche œcuménique actuelle avec les ‘’parcelles de vérité’’ contenues dans chaque religion, à la mode concile Vatican II, en opposition per diametrum avec l’Encyclique Mortalium Animos du Pape Pie XI.

     Agir ainsi, ce n’est pas haïr son prochain, ce qui ne saurait être pour tout chrétien ayant reçu de son Maître le commandement « d’aimer ses ennemis et le prier pour eux » St Matthieu V, 44). Mais, ce précepte n’a jamais signifié taire les manigances de ceux qui, aujourd’hui, complotent à la manière pharisaïque la ruine de l’Eglise, tout comme leurs ancêtres complotèrent la mort de Notre-Seigneur et le firent exécuter par les Romains.

     J’ai dit, et je le répète encore, sans haine, pour ME DESOLIDARISER TOTALEMENTde ceux qui prendraient prétexte de certains faits cités, ou de certains de mes textes, pour se lancer stupidement dans la haine raciale ou l’antisémitisme. Personnellement, je ne mange pas de ce pain-là. Ma chemise n’est ni brune, ni rouge. Si rouge elle doit devenir, c’est de mon propre sang, pour s’être s’efforcée, avec l’aide et la grâce de Dieu, de porter et de défendre, par l’écrit et la parole, les couleurs et l’Etendard de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de l’Eglise contre tous leurs ennemis.

     Pour les malintentionnés, les tordus volontaires ou les hypocrites qui, de manière imbécile ou calculée, jettent urbi et orbi des cris d’orfraies, s’empressent d’hurler à l’antisémitisme, au racisme, à l’homophobie ou à la xénophobie, dès qu’une parole, ou un mot, ne cadre pas avec le diktat des propos décrétés ‘’infailliblement’’ imprononçables par les nouvelles Tables de la Loi ’’des ‘’Cathares’’ de service, pour ne pas dire les vrais racistes déguisés en bien-pensants pour donner le change. Pour toutes ces personnes, qu’il il soit bien clair que mes intentions ne sont pas de cet ordre car, si demain, je devais secourir matériellement un Juif, un Arabe, un Musulman, un africain, un homme de quelque culture, ethnie ou religion qu’il soit, je lui donnerai à manger s’il a faim, à boire s’il a soif, l’habit s’il est nu, etc., par respect pour le précepte de mon Maître, mais, et comme Lui, pas de langue de bois : ce qui est, est. Ce qui n’est pas, n’est pas. Les faits sont les faits.    

A suivre…« Orientation morale et spirituelle du blogue – 1 »…si Dieu veut) 

René Pellegrini

(1) Habituellement, sa mort est datée du IIIe siècle. Selon « La Fleur des Saints » du Père Ribadénéira, il aurait été contemporain de Saint Jean-Baptiste au Ier siècle. Ayant refusé de sacrifier aux idoles, il consomma son martyr en étant trainé par un taureau, la tête fracassée  contre les marches du Capitole. 

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.