Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2015

Orientation morale et spirituelle - 1

Celle contenue dans les documents magistériels : Encycliques, brefs, bulles, catéchismes dûment approuvés, et aussi les ouvrages des saints. Si quelqu’un commet un meurtre, à quelque religion et système philosophique auquel il appartienne, pour moi, c’est un assassin dont la gravité et la sanction de l’acte se mesure, pour l’essentiel, en fonction de la préméditation, de la légitime défense ou de la récidive.


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Cyrille d’Alexandrie

(Evêque, Confesseur et Docteur de l’Eglise  444)

 

 PRESENTATION DU BLOGUE : LE CHRIST-ROI -7

 

ORIENTATION MORALE ET SPIRITUELLE DU BLOGUE - 1 

     Celle contenue dans les documents magistériels : Encycliques, brefs, bulles, catéchismes dûment approuvés, et aussi les ouvrages des saints.

     Si quelqu’un commet un meurtre, à quelque religion et système philosophique auquel il appartienne, pour moi, c’est un assassin dont la gravité et la sanction de l’acte se mesure, pour l’essentiel, en fonction de la préméditation, de la légitime défense ou de la récidive.

     Si une personne à plusieurs épouses ou époux en vie c’est un(e) adultère polygame ou polyandrique même, si d’aventure, c’est un président autoproclamé ‘’normal’’ ou qui s’estime tel, lors-même qu’il démontre avoir perdu tout sens de l’exemplarité et de la normalité, en bafouant, avec audace et pertinacité, les lois divines sur la morale conjugale. S’il est célibataire c’est un fornicateur.

     Il s’agit, dans ces cas de figure, de péchés très graves, dits péchés mortels car passibles de la damnation éternelle en cas de mort sans repentance et contrition sincère. Et, ainsi de suite pour toutes les autres infractions aux commandements de Dieu auxquels s’ajoutent les préceptes de Jésus-Christ contenus dans sa loi évangélique qui en perfectionnent leur application.

     Ceci étant, ma morale tout pêcheur que je sois, n’est ni épicurienne, ni hédoniste, ni voltairienne, ni celle de Sodome, mais la morale enseignée par le Décalogue en y ajoutant celle enseignée par Notre-Seigneur et son Eglise : morale que je ne confonds pas avec les scandales honteux et indignes de certains hommes d’Eglise, laïcs ou religieux (du passé comme du présent) occupant des fonctions plus ou moins importantes dans l’Eglise catholique.

     Soyons clairs ! Si les pédérastes, les homosexuels, les violeurs d’enfants appelés abusivement pédophiles (1), les violeurs de femmes, les pacsés, les adeptes des grossesses pour autrui (GPA), de la procréation médicale assistée (PMA) que propose une science sans conscience et marquée au fer rouge, les divorcés remariés et les familles éclatées qu’elles génèrent s’arrogent, du haut de leur immoralité exhibée ou fardée, le droit de critiquer, de flétrir et de vilipender la morale de l’Eglise comme ‘’rétrograde’’ et ‘’moyenâgeuse’’, pour ma part, en tant que Chrétien et Catholique, je m’estime en droit, en me référant, non aux lois républicaines immorales et scandaleuses buvant le péché comme on boit de l’eau, mais aux lois morales divines et de l’Eglise et en les défendant, de critiquer, de dénoncer et de flétrir leurs mœurs de dépravés comme démoniaques et ténébreuses, à l’image de leur insufflateur : l’Esprit du diable.

     J’ai d’autant plus ce droit qu’une République dégoulinante de malpropreté morale n’a pas hésité à décréter une journée de deuil national pour, entre autres choses, et toute honte bue, valider et réaffirmer le « droit au blasphème tous azimuts » car on ne cesse de nous répéter - ça coûte pas cher et lui permet de maintenir encore un peu l’illusion - que nous sommes le pays phare de la liberté d’expression, même si les doctrinaires dogmatiques du ‘’politiquement correct’’ et les procès faits à certains, pour atteintes à leurs dogmes laïques et historiques bétonnés comme des vérités divines, tendraient à prouver le contraire à ceux qui en sont victimes et à annoncer aux lobotomisés par les média aux ordres, ainsi qu’aux décérébrés par le ‘’culturel’’ télévisuel et aux aveugles perpétuels, le prochain règne de l’autoritarisme théocratique et dictatorial de l’homme qui se fait Dieu.  

     Les comportements immoraux énumérés ci-dessus, non exhaustifs, et encouragés par des ‘’élites’’ corrompues d’entendement, loin de favoriser l’unité nationale, sont des ferments destructeurs de cellules familiales et sociales, non moins que le reflet d’esprits dégénérés méprisant et piétinant comme des porcs les choses pures et saintes, les faisant ressembler davantage à des animaux sans raison, livrés aux seuls appétits et instincts sensuels et sexuels, qu’à des hommes et des femmes dignes de ce nom, mus par l’intelligence et la réflexion sur la portée familiale et sociale de leurs actes.  

     Quand bien même la prostituée républicaine, dont certaines lois exhalent une morale laïque - c’est-à-dire judéo-maçonnique - aux senteurs nauséabondes de fosses septiques, se féliciterait de ce genre de ‘’valeurs’’ ressemblant de plus en plus à celles d’une mère maquerelle, et s’évertuerait à qualifier ces pratiques de ‘’progrès social’’, alors qu’elles ne sont que l’écoulement continuel de la pourriture morale de ceux qui les proposent et de ceux qui les décrètent. Depuis des décennies, dire nous sommes en République ou en démocratie équivaut à dire nous sommes en judéo-maçonnerie, et c’est très loin d’être une référence, sauf pour ceux qui situent leur avenir sur les décombres de la civilisation chrétienne, et leur réflexion et avancement spirituel au-dessous la ceinture.

     A moins de confondre progrès technique et progrès moral qui, l’histoire le prouve, sont inversement proportionnels, loin d’être un progrès social, ces pratiques sont, de plus en plus, les signes d’un profond recul civilisationnel ouvrant, béat et content comme l’idiot du village, sur de nouvelles barbaries et un nouvel esclavage. 

 (A suivre…« Orientation morale et spirituelle du blogue - 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Pédophile, du grec pais, (enfant) et du suffixe phile, de philos (ami, aimé). Le sens est donc : aimer les enfants. Il faut une sérieuse altération du mot aimer pour considérer le viol d’enfants, voire de bébés, comme un acte s’apparentant à de l’amour. Le mot pédophile, à mon sens, est inadéquat lorsqu’il est appliqué à des individus dépravés qui ne sont que d’ignobles et monstrueux violeurs d’enfants, sauf perversion du mot aimer. Le mot que devrait appliquer les media à ces infâmes est plutôt celui de pédéraste.

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.