Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2013

La joie de la Très Sainte Vierge

« Et mon esprit a tressailli d’allégresse en Dieu mon Sauveur ». (St Luc I, 46)

 

Les cinq conditions de cette joie…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Albert d’Espain

 (Moine et reclus 1140)  

 

La joie de la Très Sainte Vierge   

 

« Et mon esprit a tressailli d’allégresse en Dieu mon Sauveur ». (St Luc I, 46)

Les cinq conditions de cette joie :

1 – « Mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur » (1)

Nous devons mettre notre principale joie non dans les biens temporels, mais dans les biens de l’esprit.

2 – Non dans les dons, mais dans l’auteur de ces dons, qui est Dieu.

3 – Nous devons nous réjouir en Dieu, notre Créateur, mais surtout en Dieu, notre Sauveur et Sanctificateur, parce que là est le fondement de notre allégresse.

4 – Cette joie dans être principalement dans l’esprit, bien qu’elle rejaillisse parfois sur le corps

« Mon cœur et ma chair ont exulté pour le Dieu vivant ». (Psaumes LXXXIII, 3) (2)

5 – Enfin, notre esprit ne doit point se réjouir en lui-même, mais en Dieu, de qui il reçoit les biens qui font sa joie.

(Père Louis du Pont)

Nota bene :

- Les textes bibliques sont cités par le Père Louis du Pont, mais les notes 1 et 2 sont de moi.

(1) Ne pas confondre la joie de l’esprit avec l’hilarité.

(2) Psaumes 84, 3 dans les Bibles protestantes.

René Pellegrini

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.