Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2012

Le Christ-Roi : site catholique romain - 1

Dans la continuité de la rubrique « Présentation du blog » ce qui suit vise a expliciter, voire à enlever, éventuellement, les ambiguïtés qui pourraient résulter d’une interprétation convenue ou erronée sur le sens que j’entends donner à des mots, figurant sur la page d’accueil, tels que : « catholique romain, monarchiste, antilibéral et contre-révolutionnaire »...


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

 Fête des Saints Tryphon et Respice et de Sainte Nymphe(1)

(Martyrs et vierge  252)

 

PRESENTATION DU BLOGUE : LE CHRIST-ROI – 3

 

SITE CATHOLIQUE ROMAIN - 1

adultères,ami du monde,amitiés,amour de dieu,antilibéral,antipapes,athées,avignon,catholique romain,catholiques,charité,christianisme,concile vatican ii,condamnations,contre-révolutionnaire,croyants,décius,dépôt de la foi,démocratie,dieu,droits de l'homme,eglise,ennemi de dieu,enseignements,faibles,foi,humanisme,idole,infidélité,intégriste,intégristes,intégrité,jean-paul ier,jésus-christ,jupiter,mépris,monarchiste,monde,oecuménisme,papes,persécutions,pie xii,pouvoir,martyre,occulte,prière,prochain,règne,république laïque,rome     Dans la continuité de la rubrique « Présentation du blog » ce qui suit vise a expliciter, voire à enlever, éventuellement, les ambiguïtés qui pourraient résulter d’une interprétation convenue ou erronée sur le sens que j’entends donner à des mots, figurant sur la page d’accueil, tels que : « catholique romain, monarchiste, antilibéral et contre-révolutionnaire ».

     Il va de soi que l’Eglise étant universelle selon l’étymologie du mot « catholique », y ajouter « romain » peut paraître limitatif, donc inadéquat. Le mot « romain » doit être entendu dans le sens « dont le Siège ou le lieu d’autorité, pour tous les catholiques, est à Rome » hormis certaines situations conjoncturelles historiques pendant lesquelles le Siège fut déplacé à Avignon où régnèrent des Papes et des antipapes.       

     Ce site est catholique romain mais il ne reconnaît pas comme Papes légitimes les occupants du trône pontifical depuis la mort du Pape Pie XII, en émettant toutefois une très très timide réserve concernant Jean-Paul Ier (jusqu’à plus ample informé) dont le décès est suspect.

     Certains, dont je ne suis pas dupe des intentions, me qualifieront d’intégriste, comme si l’intégrité envers ce qui a été reçu - d’où dérive ce mot ‘’intégriste’’ fabriqué pour la circonstance - était une tare; avec l’avantage ou le souhait (pour les esprits les plus tordus) de susciter du mépris, de rendre odieux, voire, dans l’environnement psychologique international actuel, d’influencer vers un certain amalgame réprobateur. Je n’en dis pas plus on m’a certainement compris. En me traitant d’intégriste, en voulant conserver mon intégrité envers les enseignements et condamnations magistériels antérieurs au brigandage du concile Vatican II, vous, les intégristes - je reprends et vous renvoie votre vocable - de ce sinistre et destructeur concile, vous confirmez vous-même votre infidélité à ces mêmes enseignements et condamnations magistériels. Ce faisant, vous ne faites que souligner votre perte d’intégrité qui s’efforce d’asseoir sa justification sur un faux christianisme fondé sur l’esprit d’ouverture au monde et un humanisme à forte connotation maçonnique, qui n’est qu’une caricature de la charité chrétienne fondée prioritairement sur l’amour de Dieu se déployant, par amour pour Dieu, en amour du prochain.

     Ce monde envers qui vont toutes vos sympathies et amitiés vous mettent en situation d’ « adultères », ce monde dont la Sainte Ecriture nous affirme, sans équivoque, son inimitié envers Dieu et dont vous faîtes litière pour votre malheur.

« Adultères, ne savez-vous point que l’amitié de ce monde est ennemie de Dieu ? Quiconque veut être ami du monde se fait ennemi de Dieu. » (St Jacques IV, 4)

     Pourtant rien de plus valorisant aux yeux de Dieu et de conforme au témoignage de la foi que de rester intègre envers le dépôt de la foi et les avertissements confiés par l’Eglise, lorsqu’on ne détourne pas ce mot de son sens naturel pour, tendancieusement, en fabriquer un succédané à vocation flétrissante. On laissera donc les perroquets intégristes conciliaires, de tous calibres, se délecter de la logomachie pavlovienne. S’ils ne le comprennent pas par la raison éduquée par la foi, ils le comprendront par la violence des faits apportés par le ou les mot(s) qu’ils affectionnent et chérissent par-dessus tout : Droits de l’homme (sans Dieu), démocratie (soi-disant pouvoir souverain des citoyens, mais en réalité règne du pouvoir occulte et des oligarchies financières et, à terme, règne de la tyrannie), République laïque (avec Dieu renvoyé au rayon des accessoires encombrants), œcuménisme (attelage mal assorti et grotesque d’enseignements religieux contradictoires) fonctionnant, pour leurs défenseurs athées ou croyants, comme des purificateurs et des régénérateurs.

(A suivre…« blog catholique romain – 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Pendant que certains fuyaient les persécutions de l’empereur Décius, Triphon, malgré son jeune âge encourageait les faibles à supporter les tourments. Le préfet Quirin ayant été avertit le fit prendre et tourmenter. Le tribun Respice s’étonna de voir une si grande constance dans des peines aussi cruelles, et il connut, éclairé par Dieu, que la joie de Triphon dans les tourments n’était pas une joie humaine, mais un effet surpassant toutes les forces de la nature. Encouragé par l’exemple et l’amour pour Dieu de Tryphon il confessa publiquement qu’il était chrétien. Il fut aussitôt soumis aux tourments avec Triphon. On les mena ensuite en un temple pour adorer une statue de Jupiter. Triphon s’agenouilla pour faire oraison à Dieu et, à l’instant, l’idole tomba par morceaux à terre. Nymphe, une fille païenne des vierges vestales ayant vu la statue se briser par la prière de Triphon, dit tout haut que Jésus-Christ était le vrai Dieu, et que ceux qu’adoraient les païens étaient faux. Elle fut prise et tourmentée avec ses deux compagnons. Ils consommèrent leur martyre, sous l’empire de Décius, en étant fouettés de verges et de cordes plombées.

- L’histoire du martyre de ces saints est diversement racontée comme on peut le voir dans le cardinal Baronius. Les Martyrologes romain, d’Usuard, et le Bréviaire de saint Pie V font mention d’eux.

Capture05.jpg

adultères,ami du monde,amitiés,amour de dieu,antilibéral,antipapes,athées,avignon,catholique romain,catholiques,charité,christianisme,concile vatican ii,condamnations,contre-révolutionnaire,croyants,décius,dépôt de la foi,démocratie,dieu,droits de l'homme,eglise,ennemi de dieu,enseignements,faibles,foi,humanisme,idole,infidélité,intégriste,intégristes,intégrité,jean-paul ier,jésus-christ,jupiter,mépris,monarchiste,monde,oecuménisme,papes,persécutions,pie xii,pouvoir,martyre,occulte,prière,prochain,règne,république laïque,rome

Les commentaires sont fermés.