Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2015

Qu'est-ce que la philosophie ?

La philosophie est un effort de la raison humaine pour l’étude des principes des choses et des êtres, de la place de l’homme dans l’univers et pour pénétrer plus profondément et abstraitement que ne les font les sciences expérimentales…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Ubald

(Evêque et confesseur  1160)

 

EXCELLENCE DE LA PHILOSOPHIE CHRETIENNE - 3

 

QU’EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ?

 

     La philosophie est un effort de la raison humaine pour l’étude des principes des choses et des êtres, de la place de l’homme dans l’univers et pour pénétrer plus profondément et abstraitement que ne les font les sciences expérimentales (1), les secrets que renferment la nature et leur incidence sur la vie humaine, afin de pouvoir donner une réponse aux questions de la destinée humaine et de l’existence de Dieu. La recherche de la vérité suprême est (ou devrait être) la raison d’être de toute vraie démarche philosophique.

     - Elle a pour matière le fait d’être, d’exister, l’existence de tout ce qui est.

     - Elle veut saisir l’être, non dans ses manières d’être ou ses manifestations comme le font les sciences positives, mais au-delà de ces manières d’être.

     - Elle est, par son attachement à l’étude de l’être en tant qu’être, un exercice préparatoire à la sagesse suprême.

     Pour leur part, les sciences positives s’attachent aux caractères, aux manifestations d’un être et elles les analysent. Par exemple, les mathématiques s’intéressent à extraire de cet être la quantité. La physique ce qui est relatif au mouvement de cet être. La biologie ce qui, dans cet être, relève de la vie, etc. Chacune de ces sciences séparées s’intéressant à un aspect particulier de cet être (quantité, mouvement, vie, etc.)

     Chacune de ces disciplines positives à sa matière propre et ses règles spécifiques qui la déterminent. Mais aucune de ces sciences n’atteint l’être en tant qu’être, ni les principes ou les causes de cet être. 

CONSEQUENCES D’UNE FAUSSE PHILOSOPHIE

     La Renaissance ressuscitera dans la chrétienté le paganisme dont les effluves prépareront, avec l’appui de la Réforme protestante, le siècle dit des ‘’Lumières’’ qui verra les conjurés littéraires appeler faussement philosophie le fruit des lumières de la seule raison, en refusant par orgueil l’apport de la révélation divine.

     La nature ayant horreur du vide, ce rejet de la révélation divine ouvrira l’ère de la déraison et de l’égarement, en s’attelant à des reconstructions philosophiques imaginaires puisant leurs racines dans des théories humaines, politiques et sociales issues du paganisme et de la Kabbale.

     Propagation de fausses philosophies auxquelles participeront les faux philosophes et sophistes que furent Descartes, Montaigne, Kant, Hegel qui, en introduisant le doute systématique, le scepticisme, l’idéalisme ou la phénoménologie feront germer la panacée universelle des droits de l’homme ''charitablement'' planifiés et appliqués avec la guillotine des ''bienfaiteurs'' de l’humanité que furent les très civilisés coupeurs de têtes de 1789, les terroristes républicains de 1793, massacreurs d’enfants, de femmes et de vieillards. Tout ça, parce que les ''Grands Ancêtres'', dont la Révolution se glorifient, sans vergogne, chaque 14 juillet, étaient, ça va de soi, bien meilleurs, après de tels exploits fondateurs, que ceux de cette époque qualifiée, sans rire ''d’âge des ténèbres''

     Comportement inhumain et sanguinaire qui ne fera que révéler, par l’exportation des guerres révolutionnaires napoléoniennes, les révolutions et guerres européennes incessantes qui suivirent, le désordre intellectuel et mental dans lequel a sombré l’intelligence nourrie des faux principes révolutionnaires de cette époque funeste et nauséabonde annonciatrice, par ses fondamentaux erronés, d’une lente et inexorable décadence. Désordres que n’arrangera pas, mais qu’accentuera le système ''éducatif'' laïc mis en place, et qui produit, en en remettant une couche aujourd’hui, après des décennies et des décennies ininterrompues d’attaques contre l’éducation et la morale chrétiennes, la moisson amplement méritée de ses fruits amers que nous sommes en train de consommer jusqu’à l’expiation de nos blasphèmes et de nos sacrilèges répétitifs.

     Quant à ceux qui ne savent plus quoi faire, ni où aller, qu’ils prennent, sans tarder, le chemin du retour vers Dieu par la repentance, en abandonnant le péché. Il n’y plus d’autre alternative ! A moins d’être sans aucun discernement, un doux rêveur ou un naïf invétéré, il n’y a plus rien à attendre des différentes potiches politiques filtrées, poussées en avant et présentées à l’électeur, par le système révolutionnaire aux ordres de l’étranger, lors des grands scrutins électoraux. Inutile de rêver ! La France laïcisée ne produit plus, de l’extrême gauche à l’extrême droite, lorsqu’ils ne sont pas traîtres à leur propre patrie, que des démolisseurs enragés de ce qu’elle a patiemment bâti pendant treize siècles, en s’appuyant sur sa foi catholique.

     Désormais, la France ne se relèvera, selon de nombreuses prophéties de saints, que par la restauration monarchique avec un roi selon le cœur de Dieu. Voir ici :

http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/07/30/les-propheties-sur-la-france-2-5419843.html

http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/07/30/france-souviens-toi-1-5419857.html

http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/07/30/france-souviens-toi-2-5419899.html

 (A suivre…« Origine du mot philosophie »…si Dieu veut)

René Pellegrini 

(1) Dans l’ordre de la connaissance il y a trois degrés d’abstraction : les sciences expérimentales qui appartiennent au premier degré d’abstraction ; les mathématiques au deuxième ; la métaphysique au troisième.

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.