Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2015

Le remède contre le modernisme - 1

Ce modernisme ayant pénétré « presque aux entrailles de l’Eglise » à l’époque de saint Pie X et qu’il stigmatisait comme « égout collecteur de toutes les hérésies » (Motu Proprio Praestantia – 18 novembre 1907), a, depuis, triomphé dans l’Eglise depuis le sinistre concile Vatican II. Aujourd’hui…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Sainte Praxède

(Vierge 164)

 

LES 24 THESES THOMISTES - 3

 

LE REMEDE CONTRE LE MODERNISME - 1

 

     Le modernisme ayant pénétré « presque aux entrailles de l’Eglise » à l’époque de saint Pie X et qu’il stigmatisait comme « égout collecteur de toutes les hérésies » (Motu Proprio Praestantia – 18 novembre 1907), a, depuis, triomphé dans l’Eglise depuis le sinistre concile Vatican II. Aujourd’hui, le mal qui ronge l’Eglise trouve son origine, prioritairement, dans une fausse philosophie s’unissant à la foi comme le précisera le Pape dans cette même Encyclique Pascendi

« Or, c'est d'une alliance de la fausse philosophie avec la foi qu'est né, pétri d'erreurs, leur système. »

     Les fausses philosophies sont d’inspiration gnostique. Elles sont le fruit des hérésies que furent le manichéisme, les Vaudois et le catharisme. Elles préparèrent le protestantisme dont les doctrines déchirèrent la chrétienté. Le Pape Léon XIII, faisant état de la Réforme protestante déclara :

« C’est de cette hérésie que naquirent, au siècle dernier, et la fausse philosophie, et ce qu’on appelle le droit moderne, et la souveraineté du peuple, et cette licence sans frein en dehors de laquelle beaucoup ne savent plus voir de vraie liberté(Encyclique Diuturnum illud, du 29 juin 1881)

     Nous buvons à satiété les conséquences des erreurs doctrinales et sociales protestantes impulsées dans la société, lesquelles s’originent dans les sécrétions gnostiques et kabbalistes qui font le bonheur de la judéo-maçonnerie et le malheur des peuples.

     Le remède indispensable que propose saint Pie X, dans cette Encyclique, pour lutter contre ce mal érigé en « système » qui gangrène toute la société, et comme préalable nécessaire à tout rétablissement théologique sera :

     « Premièrement, en ce qui regarde les études, Nous voulons et ordonnons que la philosophie scolastique soit mise à la base des sciences sacrées. Il va sans dire que s'il se rencontre quelque chose chez les docteurs scolastiques que l'on puisse regarder comme excès de subtilité, ou qui ne cadre pas avec les découvertes des temps postérieurs, ou qui n'ait enfin aucune espèce de probabilité, il est bien loin de notre esprit de vouloir le proposer à l'imitation des générations présentes. Et quand Nous prescrivons la philosophie scolastique, ce que Nous entendons surtout par là - ceci est capital - c'est la philosophie que nous a léguée le Docteur angélique. Nous déclarons que tout ce qui a été édicté à ce sujet par Notre Prédécesseur reste pleinement en vigueur, et, en tant que de besoin, Nous l'édictons à nouveau et le confirmons, et ordonnons qu'il soit par tous rigoureusement observé. Que, dans les Séminaires où on aurait pu le mettre en oubli, les évêques en imposent et en exigent l'observance : prescriptions qui s'adressent aussi aux Supérieurs des Instituts religieux. Et que les professeurs sachent bien que s'écarter de saint Thomas, surtout dans les questions métaphysiques, ne va pas sans détriment grave. »

     Détriment si grave, qu’il avertissait des conséquences en disant au Père Thomas Pègues :

     « Ceux qui s’éloignent de saint Thomas sont par là même conduits à cette extrémité qu’ils se détachent de l’Eglise » (Lettre Delata Nobis, 17 novembre 1907)

     Et, de nos jours, les résultats de cette attitude d’éloignement sont suffisamment visibles dans l’Eglise catholique au niveau de la foi et de la pratique religieuse.

(A suivre…« Le remède contre le modernisme - 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

- C’est moi qui mets en gras dans les textes.

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.