Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2015

Eglise conciliaire : Immoralité et apostasie - 2

On comprend mieux, pourquoi un certain clergé démasqué, bien avant l’heure, par le Message de La Salette s’est efforcé, et s’efforce encore, de décrédibiliser ce Message qui dévoile la pénétration de la pestilence morale au sein du clergé catholique…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Pierre d’Alcantara

(Religieux de l’Ordre de Saint François d’Assise 1562)

 

PRESENTATION DU BLOGUE : LE CHRIST-ROI - 11

 

ORIENTATION MORALE ET SPIRITUELLE DU BLOGUE – 5

 

EGLISE CONCILIAIRE : IMMORALITE ET APOSTASIE - 2

 

    On comprend mieux pourquoi un certain clergé démasqué bien avant l’heure, par le Message de La Salette, s’est efforcé, et s’efforce encore, de décrédibiliser ce Message qui dévoile la pénétration de la pestilence morale au sein du clergé catholique.

« Les prêtres, ministres de mon Fils, les prêtres, par leur mauvaise vie, leurs irrévérences et leur impiété à célébrer les Saints Mystères, par l’amour de l’argent, l’amour de l’honneur et des plaisirs, les prêtres sont devenus des cloaques d’impureté. »

     Cet extrait, d’une non théologienne de quinze ans, décrit parfaitement le processus qui mène aux « cloaques » : absence, chez les clercs, de la vertu de religion, non moins que les vices générés par le manque de gravité dans l’exercice de leur fonction sacerdotale, allant jusqu’à « l’impiété dans la célébration des Saints Mystères », la recherche des jouissances temporelles et des mondanités.

     Pour rester dans la tonalité et les odeurs, j’y ajouterai : « ça pue ! ça pue ! ça pue : » Il est vraiment temps que « ce qui est pourri tombe » même si ce qui tombe n’est qu’une petite partie de l’impiété qui prévaut, et n’éradique pas encore l’infestation de satanisme kabbalo-maçonnique installé au Vatican. Le véritable nettoyage c’est Dieu Lui-même qui l’effectuera en utilisant, comme il le fait habituellement, les causes secondes. Que le Vatican apostat se souvienne de quels instruments étrangers il usa pour châtier les impiétés et les apostasies du peuple d’Israël. Le Message continue disant :

« Oui, les prêtres demandent vengeance, et la vengeance est suspendue sur leurs têtes. Malheur aux prêtres et aux personnes consacrées à Dieu, lesquelles, par leurs infidélités et leur mauvaise vie, crucifient de nouveau mon Fils ! Les péchés des personnes consacrées à Dieu crient vers le ciel, et appellent vengeance, et voilà que la vengeance est à leurs portes, car il ne se trouve plus personne pour implorer miséricorde et pardon pour le peuple ; il n’y a plus d’âmes généreuses, il n’y a plus personne digne d’offrir la Victime sans tache à l’Eternel en faveur du monde (…) »

     Les conséquences de « cette mauvaise vie » nous l’observons, pour ceux qui en doutaient encore, dans le déballage médiatique des immoralités cléricales. Déballage rendu possible par la volonté expresse de Dieu, ou sa permission. Les monstruosités générées par cette vie sacerdotale dissolue et consacrée aux plaisirs charnels et temporels constituant « un cri vers le ciel qui réclame vengeance ».

     Et le Message se poursuit, sans aucune complaisance, en situant le niveau ecclésial élevé des responsabilités :

« Les chefs, les conducteurs du peuple de Dieu ont négligé la prière et la pénitence, et le démon a obscurci leurs intelligences, ils sont devenus ces étoiles errantes que le vieux diable traînera avec sa queue pour les faire périr (…) »

     Le mal est donc profond et grave. Il atteint les sommets de l’Eglise « Les chefs, les conducteurs du peuple de Dieu » Eu égard aux gestes d’apostasie, et au laxisme moral manifesté, dans la durée, par les autorités religieuses ne réagissant que contraintes par le tapage de la presse, il faut donc se garder des apparences extérieures de piété car ce texte est formel sur la véritable origine d’un tel comportement.

     En effet, ce mal n’est pas fortuit, mais le résultat de ce qui, normalement, ne peut exister dans une Eglise consciente de sa mission d’enseignement et de salut, à savoir « la négligence de la prière et de la pénitence » ces deux moyens de sanctification et de salut que Dieu, dans sa miséricorde, à mis à notre disposition et dont Jésus a souligné l’importance en maints endroits dans la Bible, et qui, lorsqu’ils sont négligés, amènent inexorablement « l’obscurcissement de l’intelligence » dans les choses relatives à la foi, au mœurs et au salut.

     Comme ce Message, tant décrié, est lumineux et criant de vérité. Comme il justifie ses défenseurs,  les avertissements de la Sainte Vierge transmis par l’humble bergère, et discrédite ses opposants religieux et laïcs.

     Quant aux répercussions dramatiques d’une telle négligence, elles se feront sentir jusque dans les lieux de piété que sont les maisons religieuses, comme le souligne le passage suivant :

« Beaucoup de couvents ne sont plus des maisons de Dieu, mais des pâturages d’Asmodée et des siens. »

     Comment mieux souligner cette infestation démoniaque au sein de l’Eglise catholique et cette prolifération de débauches dans la sphère sacerdotale qu’en faisant référence à « Asmodée » le démon des péchés déshonnêtes, les péchés de luxure.

(A suivre…« Orientation théologique et philosophique du site »…si Dieu veut)

René Pellegrini

 

- C’est moi qui mets en gras dans les textes.

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.