Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2015

Les moyens de Dieu pour le salut - 4

Tels étaient, en général, les moyens de salut donnés aux païens avant la venue du Rédempteur. L’Incarnation, mystère d’infinie miséricorde, a–t-elle rendu pire la condition des infidèles d’aujourd’hui, placés dans les mêmes conditions que ceux d’autrefois ? Qui oserait le prétendre ? De ces explications découlent rigoureusement les corollaires suivants…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Chrysante et Sainte Darie

(Martyrs 284)

 

CHAPITRE VII

 

LES MOYENS DE DIEU POUR LE SALUT – 4

 

     Tels étaient, en général, les moyens de salut donnés aux païens avant la venue du Rédempteur. L’Incarnation, mystère d’infinie miséricorde, a–t-elle rendu pire la condition des infidèles d’aujourd’hui, placés dans les mêmes conditions que ceux d’autrefois ? Qui oserait le prétendre ? De ces explications découlent rigoureusement les corollaires suivants.

     1° Si la plupart des habitants du globe n’ont jamais appartenu à l’empire visible du Saint-Esprit, ou, comme parle la théologie, au corps de l’Eglise ; nul ne peut prouver qu’un seul ait été, ou soit encore, dans l’impossibilité absolue d’appartenir à l’empire invisible du Saint-Esprit, qu’on appelle l’âme de l’Eglise, ce qui suffit pour être sauvé. La raison en est que, si nous connaissons les moyens extérieurs par lesquels Dieu applique aux hommes les mérites du Rédempteur, les innombrables moyens intérieurs nous échappent ; et nous devons dire avec Job :

« Bien que vous les cachiez dans le secret de votre cœur, je sais cependant que vous vous souvenez de tout ce qui respire. » (Job X, 13)

     2° Si, malgré cette déduction, la multitude des sujets de Satan demeure si considérable, il faut l’imputer non à Dieu, mais au libre arbitre de l’homme. Or, nul ne peut prouver que Dieu ait dû créer l’homme impeccable, ou que la plupart des hommes ont la volonté sérieuse de se sauver.

     3° Il est bien établi que la prescience de Dieu ne gêne en rien la liberté de l’homme, et que Dieu n’est pour rien dans le mal que l’homme s’est fait en se vendant au démon, pas plus que le père du prodigue dans les hontes et les misères de son fils révolté. Dieu n’est intervenu que pour prévenir le mal, pour le contenir et pour le réparer. Si le libre arbitre de l’homme n’y mettait obstacle, la réparation même surpasserait la ruine, en profondeur et en étendue.

     4° Dieu veut le salut de tous les hommes sans exception. Le salut, c’est la jouissance éternelle de Dieu par la vision béatifique. Dieu le veut d’une volonté sérieuse, puisqu’il réserve des supplices éternels à ceux qui ne l’auront pas accompli. Il a donc ménagé à tous les hommes, dans tous les temps, les moyens de se sauver, si bien que nul ne sera damné que par sa faute.

     5° De savoir comment, dans certains cas particuliers, ces moyens de salut sont applicables et appliqués, c’est l’inconnue du problème. Or, en dogme comme en géométrie, dégagée ou non, l’inconnue n’existe pas moins.

     Une chose reste donc mathématiquement certaine : c’est que, malgré les mystérieuses ténèbres dont il enveloppe les secrets de sa miséricorde, Dieu, étant la puissance, la sagesse et la bonté infinie, ne fera tort à personne. Tel est le doux oreiller sur lequel dorment en paix, et la foi du chrétien et la raison de l’homme capable de lier deux idées : In pace in idipsum dormiam et requiescam. (1)

     Devant ces éclaircissements, si incomplets qu’ils puissent être, s’évanouit la difficulté que nous avions à résoudre, et avec elle l’inquiétude qu’elle pouvait jeter dans les esprits. Rien n’empêche donc de continuer notre marche et de passer à l’étude approfondie des deux cités.

(A suivre…« Le Roi de la Cité du bien »…si Dieu veut)

- Les italiques sont dans le texte.

(1) Le texte en latin est sans la référence biblique « Dans la paix tout à la fois, je m’endormirai et je reposerai » (Psaumes IV, 9)

- In idipsum : en même temps, ensemble. 

René Pellegrini

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.