Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2015

La non-célébration du Sabbat : Motif 2, et note sur le nazisme

Saint Thomas d’Aquin nous enseigne, maintenant, le deuxième motif du précepte du Sabbat.

     * Pour nous instruire dans la foi au Rédempteur. Foi dans le Christ, dont la chair ne fut pas corrompue dans le sépulcre…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Nicolas (1)

(Evêque et Confesseur 326)

 

FAUT-IL OBSERVER LE SABBAT ? - 5

 

LA NON-CELEBRATION DU SABBAT : MOTIF 2, ET NOTE SUR LE NAZISME

 

     DEUXIEME MOTIF :

     Saint Thomas d’Aquin nous enseigne, maintenant, le deuxième motif du précepte du Sabbat.

     * Pour nous instruire dans la foi au Rédempteur. Foi dans le Christ, dont la chair ne fut pas corrompue dans le sépulcre.

« C’est pourquoi mon cœur s’est réjoui et ma langue a tressailli, et même ma chair reposera dans l’espérance. Car vous ne laisserez point mon âme dans l’enfer, et vous ne permettrez pas que votre saint voie la corruption. » (Psaumes XV, 9-10 ou 16 : 9-10 dans les Bibles protestantes)    

     Après avoir cité ces deux versets de l’Ecriture, Saint Thomas établit la relation qui existe entre « la chair non corrompue du Christ » et « le repos du Sabbat » dont Dieu voulut l’observation par les Juifs.

« (…) comme en effet les sacrifices de la Loi signifiaient la mort du Christ, ainsi le repos du Sabbat signifiait le repos de sa chair. »

     Ainsi, les « sacrifices de la Loi » signifiaient « la mort du Christ » ; de même, « le repos du Sabbat » signifiait « Le repos de sa chair ». C’est la raison pour laquelle nous ne conservons pas ces sacrifices de la Loi, car lorsque sont apparues la réalité et la vérité (Le Christ), la figure ou les ombres (les sacrifices de la Loi) devaient disparaître.

« Que personne donc ne vous juge sur le manger ou le boire, ou à cause des jours de fête, ou des néoménies, ou des sabbats ; choses qui ne sont que l’ombre des futures, tandis que le Christ en est le corps. » (Colossiens II, 16,17)

Cependant, comme le fait remarquer Saint Thomas, les chrétiens ne rejettent pas le Sabbat, mais ils le conservent et le consacrent en l’honneur de la Sainte Vierge Marie.

« (…) toutefois nous conservons le Sabbat en l’honneur de la glorieuse Vierge. »

     Pourquoi en l’honneur de la Sainte Vierge ?

« Car en ce jour de la mort du Christ sa foi demeura entière

     La Sainte Vierge viendra confirmer au XXe siècle le commentaire de Saint Thomas et sa prédilection pour le samedi, lors de son apparition à Fatima (Portugal), le 13 juillet 1917 (2), en disant :

« Pour empêcher cela (la guerre, la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint Père), je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. »

     Si on veut bien considérer l’état actuel de notre monde, où la guerre et la famine ne sont visiblement pas « empêchées », bien au contraire, prouve, s’il en était encore besoin, à moins de faire de la Sainte Vierge une menteuse, que « la consécration de la Russie » (et pas celle du monde) pas plus, probablement, que « la communion réparatrice des premiers samedis du mois » n’ont été faites, par l’Eglise catholique, depuis cette époque, selon les demandes formelles de la Sainte Vierge. Ce qui, maintenant, est lourd de conséquences.

(A suivre…« La non-célébration du Sabbat : Motif 3 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

- C’est moi qui mets en gras dans les citations et textes bibliques.

(1) Ayant refusé de sacrifier aux faux dieux, le Proconsul Egée le fit fouetter. Versant son sang de tous côtés, il consomma son martyre attaché à une croix avec des cordes

(2) Cette prophétie de la Sainte Vierge, avertissant le monde, fut faite trois mois avant que n’éclate la sinistre Révolution d’octobre 1917, avec tous ses crimes, ses persécutions contre l’Eglise, ses goulags et camps de concentration (bien avant Hitler et le nazisme*) et la mise en esclavage d’une moitié de la population mondiale, par la propagation planétaire de l’idéologie des républiques socialistes soviétiques (URSS).

(*) Le mot nazisme habituellement utilisé pour désigner l’idéologie politique d’Hitler, tend à faire disparaître et à camoufler son origine, ainsi qu’un mot (socialisme) qui résonnerait mal aux oreilles de ceux qui passent pour les grands défenseurs de la cause prolétarienne et du genre humain. La vraie appellation est : National-Socialisme, une des diverses sécrétions mortifères qu’à produit la Révolution dans ses différents courants de la gauche révolutionnaire. Cette idéologie n’était qu’un socialisme d’Etat à caractère militariste. De par son origine, elle n’a jamais été d’extrême droite, pas plus qu’elle n’aurait de compatibilité avec un parti catholique qui, d’ailleurs, n’existe pas sur l’échiquier politique. Si parti catholique il devait y avoir, il n’aurait pas plus à voir avec les partis dits de droite qui s’agitent sur la scène de l’embrouille et du fractionnement idéologique national car ils sont tous révolutionnaires, à des degrés divers. C’est un ignoble mensonge que d’amalgamer les chrétiens traditionalistes avec le Front National, pour pouvoir lui appliquer les mots qui se veulent infamant d’extrême droite dans laquelle ils ne se reconnaissent absolument pas, même si certains d’entre eux s’illusionnent et s’y égarent. Si un parti catholique devait exister il ne pourrait être que traditionaliste, antilibéral, contre-révolutionnaire et monarchiste (**) car, pour lui, tout pouvoir émane de Dieu (Romains XIII,1) et non de la versatilité du peuple dit ''souverain''. Les catholiques traditionalistes n’attendent rien du système démocratique sans Dieu et des idéologies et courants politiques en place. Ils attendent Tout des promesses de Dieu, et des moyens qu’il utilisera pour sauver l’Eglise et la France de la trahison de ses ‘’élites’’ tout en travaillant, dans le calme, sans inciter leur prochain à la révolte contre les autorités existantes, qui ne sont que des instruments de Dieu pour, en tant que causes secondes, et dans leur aveuglement, favoriser et œuvrer au châtiment des nombreuses et incessantes infidélités de la France et de l’Eglise conciliaire. En attendant l’heure de Dieu et de ses rétributions, ils accomplissent leur devoir de chrétien en s’attelant à la réforme morale, doctrinale, intellectuelle et spirituelle de ceux qui, abandonnant les promesses vaines et mensongères des candidats à l’élection, ont suffisamment de foi et d’amour pour la terre de leurs pères (la patrie) pour espérer en Dieu qui ne peut mentir : il n’y a donc aucun amalgame à faire avec le Front National qui, avec les autres partis de droite et la gauche politique, ne sont que deux des principales mâchoires de la tenaille mise au service de l’avancement de la dialectique révolutionnaire, du mondialisme et de la perdition des âmes. Au-delà du fractionnement idéologique et social créé par la kyrielle des partis et micro-partis politiques, il n’y a, dans la réalité, que deux camps en présence : la Révolution satanique (avec l’enfumage de ses diverses composantes politiques) et la Contre-Révolution catholique qui, loin de toute agitation et ambition politiques, ne met sa confiance qu’en Dieu Notre-Seigneur et dans les instruments qu’ils s’est choisis et manifestera au temps convenable, et en la Sainte Vierge Marie, pour solutionner les drames que vivent la France et le monde. Désormais, il n’est plus temps de tergiverser, il faut mettre sa confiance en Dieu, le prier de nous accorder sa grâce afin de vivre en chrétien, en imitant les exemples et les vertus du Christ, afin de tenir ferme dans la foi catholique, nourri de l’Evangile, des enseignements de l’Eglise et des Saints pour affronter les temps difficiles et douloureux qui s’annoncent. Il n’y a que deux camps ennemis assumant deux postérités différentes et irréductibles (Genèse III,15) : il faut donc bien choisir son camp et en assumer les conséquences temporelles et éternelles.

(**)  Aucune forme gouvernementale n’est parfaite, mais la monarchie est celle qui s’adapte le mieux au génie propre de la France, à ses traditions et à ses coutumes (Voir l’Encyclique Diuturnum, de Léon XIII, du 29 juin 1881)

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.