Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2016

De l'avantage de l'adversité

Il nous est bon d’avoir quelquefois des peines et des traverses, parce que souvent elles rappellent l’homme à son cœur, et lui font sentir qu’il est en exil, et qu’il ne doit mettre son espérance en aucune chose du monde…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Grégoire de Spolette (1)

 (Prêtre et martyr Vers 301-303)

 

DE L’AVANTAGE DE L’ADVERSITE

 

     Il nous est bon d’avoir quelquefois des peines et des traverses, parce que souvent elles rappellent l’homme à son cœur, et lui font sentir qu’il est en exil, et qu’il ne doit mettre son espérance en aucune chose du monde.

     Il nous est bon de souffrir quelquefois des contradictions, et qu’on pense mal ou peu favorablement de nous, quelque bonne que soient nos actions et nos intentions. Souvent cela sert à nous prémunir contre la vaine gloire.

     Car nous avons plus d’empressement à chercher Dieu, qui voit le fond du cœur, quand les hommes au-dehors nous rabaissent et pense mal de nous.

     C’est pourquoi l’homme devrait s’affermir tellement en Dieu, qu’il n’eût plus besoin de chercher tant de consolations humaines.

     Lorsque, avec une volonté droite, l’homme est troublé, tenté, affligé de mauvaises pensées, il reconnaît alors combien Dieu lui est nécessaire, et qu’il n’est capable d’aucun bien sans lui.

     Alors il s’attriste, il gémit, il prie à cause des maux qu’il souffre.

     Alors il s’ennuie de vivre plus longtemps, et il souhaite que la mort arrive, afin que, délivré de ses liens, il soit avec Jésus-Christ.

     Alors aussi il comprend bien qu’une sécurité parfaite, une pleine paix, ne sont point de ce monde.

(Extrait de l’Imitation de Jésus-Christ – Livre I - 12)

(1) Honoré par Dieu du don des miracles, il chassait les démons des corps des possédés, guérissait les lépreux, rendait la vue aux aveugles. Ayant refusé d’adorer les dieux, par un personnage nommé Flaccus, il consomma son martyr en étant décapité. 

René Pellegrini

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.