Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2016

Le Doigt de Dieu - 1

     Il s’appelle : DOIGT DE DIEU, digitus Dei. D’une richesse incomparable, ce nom indique tout à la fois la procession du Roi de la Cité du bien, sa puissance infinie, ainsi que la diversité de ses dons et de ses opérations dans l’éternelle unité de l’amour. Qu’un instant l’homme s’étudie, et, image de Dieu, il contrôlera sur lui-même la justesse de ce nom divin…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Fructueux

(Archevêque de Braga  665)

 

 CHAPITRE VIII

 

LES NOMS DU ROI DE LA CITE DU BIEN – 4 : DOIGT DE DIEU - 1

 

     Il s’appelle : DOIGT DE DIEU, digitus Dei. D’une richesse incomparable, ce nom indique tout à la fois la procession du Roi de la Cité du bien, sa puissance infinie, ainsi que la diversité de ses dons et de ses opérations dans l’éternelle unité de l’amour. Qu’un instant l’homme s’étudie, et, image de Dieu, il contrôlera sur lui-même la justesse de ce nom divin.

     Les doigts procèdent de la main et du bras, sans en être détachés : le Saint-Esprit procède du Père et du Fils, auxquels il demeure inséparablement uni (1). Dans toutes les langues, le bras, la main, les doigts signifient la puissance et l’action, dont ils sont les instruments nécessaires. De là, le nom de doigt de Dieu, employé si souvent par l’Ecriture, pour marquer l’action toute-puissante de Dieu sur les créatures, matérielles ou spirituelles. Bien qu’en Dieu la force agissante soit unique, elle est cependant multiple et multiforme dans ses œuvres. De là encore, l’Ecriture parlant tour à tour des doigts et du doigt de Dieu. Aussi, le prophète Isaïe nous représente le Tout-Puissant soulevant le globe avec trois doigts (2). David dit au Seigneur que les cieux sont l’ouvrage de ses doigts (3). Moïse annonce que les Tables de la loi sont écrites par le doigt de Dieu ; et les magiciens de Pharaon, impuissants à contrefaire certains miracles opérés par Aaron et son frère, s’écrient : Le doigt de Dieu est ici (4).

     Quel nom pouvait mieux que celui-là convenir au Saint-Esprit ? Nous le demandons à l’homme lui-même. Ne fait-il pas tout par ces doigts ? Si le genre humain n’en avait pas eu, aucun des merveilleux ouvrages dont il a couvert la face du globe n’existerait. Qu’il cesse aujourd’hui d’en avoir, et demain tous ces monuments ne seront que des ruines : lui-même mourra.

     C’est aussi par ses doigts ou par le Saint-Esprit, que Dieu opère toutes ses merveilles, car toutes sont l’œuvre de l’amour.

     Les doigts de nos mains ne servent pas seulement à créer ; ils servent encore à partager, à diviser, à distribuer. Leur longueur et leur force inégale les constituent dans une dépendance mutuelle et forment la beauté de la main. De même, c’est par le Saint-Esprit que Dieu partage et distribue à chaque créature les dons qu’il lui réserve ; et cela dans des proportions inégales : à l’une plus, à l’autre moins, suivant les règles de son infaillible sagesse. Inégalité nécessaire d’où résulte la subordination mutuelle des être entre eux, la base de tout ordre, le principe de toute harmonie dans le ciel et sur la terre.

     Malgré la multiplicité de leur nombre, la diversité de leurs formes, la variété de leurs mouvements, les doigts, inséparablement unis entre eux, obéissent à la même impulsion. Si variés qu’ils soient, les dons et les ouvrages du Saint-Esprit procèdent du même principe. Considérez les cieux et la terre ; interrogez les unes après les autres les innombrables créatures qu’ils renferment : étoiles ou soleils, montagnes ou vallées, cèdres ou violettes, toutes vous diront : c’est un seul et même Esprit qui nous a faites : Haec autem omnia operatur unus atque idem Spiritus.

(A suivre…« Les noms du Roi de la Cité du Bien – 4a : Doigt de Dieu - 2 »…si Dieu veut)

(1) en français et en latin. Cornelius a Lapide, in Exode VIII, 19

(2)  Isaïe XL, 12 (seulement la référence biblique)

« (…) Qui soutient de trois doigts la masse de la terre ? »

(3)  Psaumes VIII, 4 (seulement la référence biblique)

« Quand je considère vos cieux, qui sont l’ouvrage de vos doigts, la lune et les étoiles que vous avez créées ».

(4)  Exode VIII, 19 (seulement les références bibliques)

« Ces magiciens donc au Pharaon : C’est le doit de Dieu qui agit ici (…) »

René Pellegrini

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.