Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2016

Le serment maçonnique de M. Valls

Pour être accepté comme Franc-maçon, M. Valls a dû se soumettre à une mascarade digne de l’homme qui, affectant d’abandonner les superstitions et chimères religieuses, prétend s’installer dans le rationnel, et dont voici les étapes successives, sans entrer dans leur approfondissement (ce n’est pas l’objet de cet article)… 


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Désiré

 (Evêque de Bourges  550)

 

QUI EST M. VALLS ? – 4 : LE SERMENT MACONNIQUE

 

« Ne craignez point ceux qui tuent le corps et ne peuvent tuer l’âme ;

mais craignez plutôt celui qui peut précipiter l’âme et le corps dans la géhenne »

(St Matthieu X, 28)

« Je régnerai malgré mes ennemis » 

(Paroles de Jésus-Christ à Sainte Marguerite Marie Alacoque)

Capture A.jpg

II - LE SERMENT MACONNIQUE DE M. VALLS

     Pour être accepté comme Franc-maçon, M. Valls a dû se soumettre à une mascarade digne de l’homme qui, affectant d’abandonner les superstitions et chimères religieuses, prétend s’installer dans le rationnel, et dont voici les étapes successives, sans entrer dans leur approfondissement (ce n’est pas l’objet de cet article) :

* d’abord, s’isoler dans un cabinet lugubre appelé « cabinet de réflexion » décoré de douze symboles : crâne humain, ossements, bougie, miroir, eau, faux,  sentences, pain, sablier, vitriol, sel, soufre, dans lequel il rédigera son testament moral et philosophique pour signifier sa transformation personnelle.

* Ensuite, il est conduit au temple maçonnique les yeux bandés, et effectuera  trois parcours d’obstacles dits voyages initiatiques, de difficultés décroissantes, au son de la grêle et du tonnerre pour imprimer un sentiment de crainte.

* Enfin, avaler une boisson très amère, composé d’extraits de marron d’Inde, le goût aigre-doux des chagrins humains

     Puis, vient le moment solennel et émouvant du serment d’obligation :

« Je jure de garder inviolablement tous les secrets qui me seront confiés (…) je consens, si je deviens parjure, à avoir la gorge coupée, le cœur et les entrailles arrachées, le corps brûlé vif et réduit en cendres, mes cendres jetés au vent, et que ma mémoire soit en exécration à tous les maçons. »

     Propos qui mettent en évidence l’hypocrisie de la tolérance maçonnique. Telles sont les attitudes grotesques auxquelles M. Valls s’est prêté, et les paroles qu’il a dû prononcer pour être digne d’être Franc-maçon. Très amusant pour des hommes prétendus « sans maîtres » de se soumettre à de telles pitreries pour être accepté, et digne de porter la ‘’lumière’’ maçonnique au monde. M. Valls ignorerait-il que tout individu est subordonné à quelqu’un ou à quelque chose ? Pauvre M. Valls qui, se voulant « sans maîtres ni dieux », s’est placé sous la coupe du plus venimeux qui soit : le diable et ses influences, par le biais de l’occultisme maçonnique et de la Kabbale juive.

     Il y a, bien sûr, d’autres moyens pour faire taire ou se venger du parjure. Dans la panoplie on peut utiliser des moyens plus modernes : le dévoilement public de ''casseroles'' qui devraient rester cachées, (peut-être le moyen le plus adapté de nos jours) le poison, le suicide ''assisté'', l’accident…

     En devenant Franc-maçon, M. Valls a renié sa foi catholique et chrétienne. M. Valls est un apostat. Il est donc excommunié ipso facto (par le fait même) sans  qu’il soit nécessaire d’établir un décret d’excommunication. S’il ne revient pas à résipiscence de son égarement en abjurant cette appartenance maçonnique, au jour du jugement dernier, il s’apercevra qu’il avait un Maitre : Jésus-Christ qu’il a, en tant que Premier Ministre et second personnage de l’Etat, bafoué,  renié et persécuté en piétinant lui-même ses commandements, et en les laissant piétiner sans réagir. La miséricorde divine n’est pas un vain mot : à lui de l’implorer selon l’exhortation du prophète :

« Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez le mal de vos pensées de devant mes yeux ; cessez d’agir avec perversité ; apprenez à bien faire, cherchez la justice, venez au secours de l’opprimé, jugez l’orphelin, défendez la veuve (…) si vos péchés sont comme l’écarlate, comme la neige ils deviendront blancs, et s’ils sont rouge comme le vermillon, comme la laine ils seront blancs. » (Isaïe I, 18)

     Cette invitation de Dieu, durant le temps de sa miséricorde, s’adresse à tous ceux qui pensent être trop chargés de péchés, ou s’être trop éloignés de Dieu pour être encore pardonnés.

(A suivre…« Qui est M. Valls ? 5 : Les deux bouts de la chaîne juive »…si Dieu veut »

René Pellegrini

Capture05.jpg

 

Les commentaires sont fermés.