Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2016

Le ''peuple souverain'' a choisi - 2 : Pas Jésus-Christ

Entre la droite la plus bête du monde, celle qui la suit de près, et toute la gauche confondue, je ne vois pas où se situe la prise de position nette et effective en faveur de Notre-Seigneur et de ses lois morales, sociales et politiques…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Bénignat

                                                   (Moine 500)

 

UN ROI POUR LA FRANCE - 5

 

LE ‘’PEUPLE SOUVERAIN’’ A CHOISI - 2 : PAS JESUS-CHRIST

Capture bannière 1.jpg

     En bleu ce qui a été rajouté. Rappel : j’ai écrit cet article en juin 1995.

Capture bannière 2.jpg

     Entre la droite la plus bête du monde, celle qui la suit de près, et toute la gauche confondue, je ne vois pas où se situe la prise de position nette et effective en faveur de Notre-Seigneur et de ses lois morales, sociales et politiques.

     Etre pour la France, proposer ''LES FRANÇAIS D’ABORD'' si cela peut flatter l’orgueil et l’esprit national, il faut beaucoup plus que cette pâle revendication pour espérer rentrer en grâce auprès de Dieu. La France ne retrouvera pas sa grandeur et sa prospérité en privilégiant « d’abord les français », mais parce qu’elle :

     * « sera fidèle à la foi romaine » comme disait saint Rémy lors du sacre de Clovis, et lorsqu’elle :

     * « aura fait sienne  les trésors des testaments de Saint Rémy, de Charlemagne et de Saint Louis qui se résument en ces mots : « Vive le Christ qui est Roi de France » comme disait Saint Pie X.

     C’est-à-dire, lorsqu’elle privilégiera d’ABORD, non seulement verbalement, mais surtout en acte NOTRE-SEIGNEUR JESUS-CHRIST. Tout autre proposition pour la France, pris en dehors de son fondement, sa vocation et sa mission divine, est une imposture, un aveuglement et une tragique illusion.

     Le slogan « Les Français d’abord » me paraît tout à fait satanique car, sous couvert de nationalisme et d’en faire vibrer la fibre, il inverse l’ordre des priorités et, de ce fait, détourne les français de leur objectif principal et prioritaire mentionné par les deux saints précités. Inversion qui permet ainsi à certains d’entre-eux de négliger ou d’écarter l’essentiel, en vivant en marge des lois morales édictées par « la foi romaine » et en faisant litière de la « Royauté du Christ sur la France ».

     Y aurait-il plus de 50 % de nationaux votant pour M. Le Pen (sa fille aujourd’hui) et le Front National, les français seraient-ils largement prioritaires, la France n’en serait pas plus chrétienne pour autant, et c’est là que le bât blesse. Elle le sera lorsque ceux-ci rendront leur pays à son véritable propriétaire : Jésus-Christ, et qu’elle acceptera de le voir régner sur elle-même et sur ses enfants. Tout le reste, je le répète, n’est qu’imposture secondée par un clergé aveugle, moderniste, voire socialisant ou en mal de cléricalisme.

     La raison est simple. Les français dont je fais partie – malgré un nom à consonance italienne – sont autant chargés de vices, vivent autant dans le péché que les immigrés, et, par le fait, aussi détestables aux yeux de Dieu. Ils n’ont pas attendu l’immigration pour renier leur foi et leur Dieu, amoncelant ainsi péchés et iniquités : vraie cause de leurs malheurs.

     M. Le Pen combat pour la France (sa fille aujourd’hui) ? Peut-être ! Pour une France républicaine et laïque ? C’est plus sûr ! Sûrement pas pour une France chrétienne et pour la plus grande gloire de Dieu. C’est pourtant le combat par excellence qui devrait mobiliser et intéresser prioritairement tout chrétien catholique D’ABORD, et français ensuite.

     Non par pusillanimité, disais-je dans l’article précédent, car pour ceux qui veulent rester D’ABORD chrétiens, il y a, déjà présentement, de rudes combats à mener pour la foi et pour la morale, sans compter ceux qu’il faudra bientôt mener et qui pourront mettre notre vie en jeu. Si tel doit être le cas, que ce soit D’ABORD pour Dieu.

(A suivre…« Le Prince et la doctrine catholique »…si Dieu veut)

René Pellegrini

Capture bannière 3.jpg

Armoiries du Royaume de France jusqu’à la Révolution

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.