Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2016

Les mouvements de masse

     Pour ceux qui ne font pas que passer comme l’éclair sur ce blogue, ils pourront lire en guise d’introduction et de rappel, et on l’espère avec profit, cette prophétie de Saint Pie X indiquant, au-delà des utopies sociales judéo-maçonniques et des rêveries politiciennes du grand soir, par quoi commence le vrai redressement de la France et par ricochet celui du monde : http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/07/30/fra...


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Robert de Newminster

(Abbé de l’abbaye de Fountains (Angleterre) 1159)

 

LA ROYAUTE UNIVERSELLE DE JESUS-CHRIST - 26

 

LA ROYAUTE DU CHRIST SUR LES SOCIETES CIVILES - 2

- LES MOUVEMENTS DE MASSE –

 

     Pour ceux qui ne font pas que passer comme l’éclair sur ce blogue, ils pourront lire en guise d’introduction et de rappel, et on l’espère avec profit, cette prophétie de Saint Pie X indiquant, au-delà des utopies sociales judéo-maçonniques et des rêveries politiciennes du grand soir, par quoi commence le vrai redressement de la France et par ricochet celui du monde : http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/07/30/fra...

     Après cette entame, je reviens maintenant au sujet de cet article. Concernant les autorités, Saint Paul l’Apôtre des nations enseigne :

     « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures : car il n’y a pas d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été instituées par Dieu. C’est pourquoi celui qui résiste à l’autorité résiste à l’ordre établi par Dieu ; et ceux qui résistent attirent la condamnation sur eux-mêmes ». (Romains XIII, 1,2)

     Ne perdons pas de vue que, dans l’extrait ci-dessus, Saint Paul exhorte à l’obéissance envers les « autorités supérieures » des chrétiens romains non sous la dépendance de princes chrétiens, mais placés sous l’autorité de l’empereur païen Néron. Nous savons, par l’histoire, qu’ils ont obéi à cette exhortation sans se révolter contre les empereurs malgré les cruelles persécutions subies durant trois siècles. Cette obéissance évidemment, dans la mesure où les lois prescrites par ces autorités ne contraignent pas à désobéir à des commandements de Dieu.

     Dieu tardant à intervenir et l’impatience gagnant les chrétiens, les tentations se multiplient pour précipiter les événements faisant courir le risque, sous apparence de bien, d’être entrainés dans de faux combats. Que cette exhortation de Saint Paul nous rende extrêmement prudent à l’égard de ceux qui, sous prétexte de bonne cause à défendre, nous convient à des manifestations du genre :

     - en réparation des outrages publics faits à Notre-Seigneur et à sa Sainte Mère facilités par leurs ennemis bien implantés que nous connaissons depuis deux mille ans.

     - pour la défense de lois morales ou autres : par exemple la loi travail qui, même si elle devait être retirée ou amoindrie, ne le serait que momentanément et finirait comme la Manif pour tous, l’avortement, etc. En effet, ces attaques sociales et morales, dans une société ayant perdu ses repères spirituels et sociaux traditionnels, font parties des objectifs diaboliques de dislocation familiale, politique et sociale afin de créer une situation anarchique voulue et planifiée par les élites juives, et exécutés par ceux qui, leur obéissant, tiennent entre leurs mains les structures institutionnelles, législatives, économiques et financières : Juifs… et francs-maçons tant qu’ils leurs sont encore utiles.

     - pour soutien en faveur du rétablissement d’un roi mondain ou constitutionnel pour la France (genre roi de Belgique, d’Espagne, etc.) et non selon le cœur de Dieu.

     - pour favoriser la prise de pouvoir d’un homme ou d’une femme politique, en entraînant dans des mouvements de contestation ou de rébellion contre l’autorité, que celle-ci soient de tendance socialiste, communiste, républicaine, libérale ou autre.

     Pourquoi cette attitude ? Dans une société où l’esprit humain est, pour une très large majorité, façonné depuis l’école selon des principes révolutionnaires et libéraux, ces mouvements de masse, d’agitation et de contestation permanente sont le sang, la sève nourricière de la Révolution, plongeant ses racines bien avant 1789. Et, s’ils mettent dans l’embarras les gouvernants du moment, ils font davantage le jeu, à plus ou moins long terme, de ses géniteurs planificateurs et leurs successeurs.

     Cet esprit de révolte qu’elle entretient et accentue depuis la Révolution française, elle l’utilise pour briser tous les obstacles se dressant contre son projet de République universelle et de domination mondiale. Pas sotte lorsqu’il s’agit de défendre ses intérêts, et parfaitement rodée par le tenace et souterrain travail contre l’Etat chrétien d’abord des ghettos juifs durant le Moyen âge et de la Franc- maçonnerie ensuite, en suscitant des sectes à l’intérieur de la chrétienté pendant toute cette période commençant bien avant la Renaissance (en réalité rechute dans le paganisme) jusqu’en 1789, et, conjointement depuis cette date. Forte de plus de deux siècles de pouvoir, la Révolution a su patiemment mettre en place :

   * Des hommes et des femmes façonnés par le système révolutionnaire d’esprit juif et franc-maçonnique, se caractérisant par leur refus patent de la Royauté de Notre-Seigneur sur eux-mêmes comme sur la nation française.

    * Des hommes et des femmes qui, sans être des adeptes de la Franc-Maçonnerie ou Juifs, sont imbus de l’esprit et des idéaux de leur système politique et social, travaille pour lui, accepte inconditionnellement ses règles par intérêt personnel, pour bénéficier de ses prébendes ou pour accéder au pouvoir car ne pouvant, et c’est bien le minimum requis, espérer une investiture politique ou entamer une carrière littéraire, scientifique, médiatique etc., qu’en lui faisant allégeance, ou en décidant d’appartenir à son sérail, ou se mettre à son service.

  * des techniques de dérivation propres à canaliser, par l’intermédiaire des hommes et des femmes précités, tout mouvement ou toute manifestation, en les noyautant pour les discréditer, ou en les plaçant à la tête de ces mouvements ou manifestations politiques, ou politico-religieux, qui pourraient s’avérer dangereux pour la Révolution. Le but étant de les récupérer ou les faire muer à son avantage, par le moyen d’influences soigneusement couvertes destinées à les diluer progressivement dans la masse républicaine, laïque, libérale, révolutionnaire qui ne sont, en définitive, rien d’autre que les diverses sécrétions de l’esprit juif et maçonnique misent au service de la Révolution universelle.

    * la planification d’agitation et de mécontentement provoqués par des orateurs habiles et bien formés pour la manipulation des foules, travaillant (consciemment ou inconsciemment) au service des tireurs de ficelles. Mouvements destinés à perturber et à déstabiliser la société, à faire franchir un palier supplémentaire à la révolution mondiale (activée par la judéo-maçonnerie) en lui fournissant des prétextes pour des mesures de surveillance et de contrôle renforcés. 

     Au final, le résultat de la manœuvre pour nombre de catholiques, à l’origine très certainement fidèles mais aussi, malheureusement, un peu trop confiants ou naïfs quant au vrai but poursuivi, se traduit pour les imprudents, par la perte de la foi ou le danger de corruption intellectuelle et spirituelle, voire le risque d’y perdre la vie pour une cause dont l’essence est soit antichrétienne, soit activée par les vrais meneurs pour des raisons sans rapport avec la remise de la France à Notre-Seigneur Jésus-Christ et à sa Sainte Mère, la Vierge Marie, ou suggérée par des infiltrés car, répétons-le : aujourd’hui, aucun groupe humain, aucun mouvement profane ou religieux faisant appel à la méthode démocratique du nombre pour contester, ne peut prétendre ne pas avoir été infiltré et influencé.

     Faisant suite à l’exhortation de Saint Paul et sa mise en pratique exemplaire par les premiers chrétiens placés sous l’autorité d’empereurs païens, ce blogue y ajoute le principe d’autorité posé par le Christ « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (St Luc XX, 25) et, en l’état actuel des choses, n’appelle pas, n’appellera pas et n’encouragera pas à des mouvements d’insurrection ou de révolte contre les autorités politiques en place, ou à former un mouvement de quelque nature qui soit. Appeler à la Révolution serait d’autant plus stupide que c’est justement le moyen utilisé par les élites juives (1) pour arriver, par révolutions successives, ici où là, à déstabiliser les sociétés et à les reformater pour leur permettre d’asseoir définitivement leur domination universelle sur les non-juifs, à laquelle ils n’ont jamais cessé de rêver et de travailler tout au long des siècles, depuis leur dispersion parmi les nations.

     Mon blogue se situant au niveau de la foi, il vise, avec l’aide de Dieu, soit à la conforter, soit à ranimer celle de ceux qui se sont éloignés d’elle, en apportant sa contribution, en tant que catholique et selon ses capacités, pour la formation et l’édification doctrinale et spirituelle dans l’ordre du salut et, dans l’ordre philosophique et politique, en mettant en garde contre les ennemis déclarés ou dissimulés du catholicisme, du christianisme et leurs manœuvres. Ce travail de formation en attendant, à l’heure que Dieu voudra, les seuls capables, à mon sens, de mériter tout notre soutien pour redresser la France et lui restituer sa véritable vocation de fille aînée de l’Eglise : le Grand Monarque et le Saint Pape, quoique en disent leurs détracteurs chrétiens ou pas.

     Notre pauvre pays, apostat, blasphémateur et profanateur, depuis plus de deux siècles aux mains de la judéo-maçonnerie antichrétienne, dirigé par leur République démocratique révolutionnaire, ne dégage plus qu’une odeur de pourriture morale et de mort en encourageant la pratique de mœurs nauséabondes, et en se dotant de lois lui permettant d’assassiner dès le ventre de la mère : témoignage de son abaissement intellectuel et moral. Désormais, la France  est descendue trop bas pour se relever sans un châtiment préalable de Dieu, et payer dans les larmes le prix de ses innombrables iniquités. La survie et le redressement de notre pays ne passera jamais par des élections au suffrage universel mais par la conversion spirituelle des français à la seule devise qui vaille : celle de Sainte Jeanne d’Arc « DIEU PREMIER SERVI. »

     Si nous sommes chrétiens, n’oublions jamais la voie tracée par Notre-Seigneur : pour régner avec le Christ, il faut, dans la foi, souffrir avec Lui, car :

« Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi » Pourquoi cela ? « A cause de mon nom » (St Jean XV, 20,21)

     Cette haine contre le Christ et ses disciples s’est ensuite reportée sur l’Eglise et n’a jamais cessée depuis le premier siècle. L’état de déchristianisation et de décomposition morale de la France et de toute la chrétienté provoqué par les foyers de subversion allumés par les adeptes religieux ou politiques du judaïsme, au cours des siècles, en constitue la preuve flagrante.

(A suivre…« La Révolution face à la foi chrétienne »…si Dieu veut)                                             

René Pellegrini

(1) Je pense que la plupart des Juifs mal dirigés par leurs Rabbins tout aussi aveugles que ceux du temps de Jésus, sont ignorants des moyens ignobles utilisés par les élites de la haute maçonnerie juive, pour parvenir à leur fin.

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.