Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2016

La mort du pécheur - 9 : Ses derniers instants - 1

Oui, mes Frères, cet infortuné qui s’était toujours endormi dans ses désordres, toujours flatté qu’il ne fallait qu’un bon moment, qu’un sentiment de componction à la mort pour apaiser la colère de Dieu, désespère alors de sa clémence. En vain on lui parle de ses miséricordes éternelles ; il comprend à quel point il en est indigne ; en vain…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Almire

(Ermite VIe siècle)

 

LA MORT DU PECHEUR, ET LA MORT DU JUSTE - 10

« Heureux sont les morts qui meurent dans le Seigneur »

(Apocalypse XIV, 13)

PREMIERE PARTIE

 

LA MORT DU PECHEUR – 9 : SES DERNIERS INSTANTS - 1

 

 âme chrétienne, amis, baptême, charité de l’Eglise, clémence, cœur, colère de Dieu, componction, confiance, consolation, crimes, dernière heure,  désordres, destinée, Dieu mourant, enfants, espérances, frayeurs, grâces, heureux, impie, indigne, infortuné, ingratitudes, Jésus-Christ, juste, justice de Dieu, livres saints, malheurs,  ministre de l’Eglise, miséricordes, mort, orgueil, pardon, pécheur, prières, promesses, religion, remèdes, reproche, salut, sentiment, serviteurs, soupirs, souvenir, vérité, vivants    Oui, mes Frères, cet infortuné qui s’était toujours endormi dans ses désordres, toujours flatté qu’il ne fallait qu’un bon moment, qu’un sentiment de componction à la mort pour apaiser la colère de Dieu, désespère alors de sa clémence. En vain on lui parle de ses miséricordes éternelles ; il comprend à quel point il en est indigne ; en vain le ministre de l’Eglise tâche de rassurer ses frayeurs, en lui ouvrant le sein de la clémence divine ; ces promesses le touchent peu, parce qu’il sent bien que la charité de l’Eglise, qui ne désespère jamais du salut de ses enfants, ne change pourtant rien aux arrêts formidables de la justice de Dieu ; en vain on lui promet le pardon de ses crimes : une voix secrète et terrible lui dit au fond du cœur qu’il n’y a point de salut pour l’impie, et qu’il ne faut pas compter sur des espérances qu’on donne à ses malheurs plutôt qu’à la vérité ; en vain on l’exhorte de recourir aux derniers remèdes que la religion offre aux mourants : il les regarde comme ces remèdes désespérés qu’on hasarde lorsqu’il n’y a plus d’espérance, et qu’on donne plus pour la consolation des vivants que pour l’utilité de celui qui meurt. On appelle des serviteurs de Jésus-Christ pour le soutenir dans cette dernière heure ; et tout ce qu’il peut faire, c’est d’envier en secret leur destinée et détester le malheur de la sienne. On lui met dans la bouche les paroles des livres saints, et les sentiments d’un roi pénitent ; et il sent bien que son cœur désavoue ces expressions divines, et que des paroles qu’une charité ardente et une componction parfaite a formées ne conviennent pas à un pécheur surpris comme lui dans ses désordres.

     On assemble autour de son lit ses amis et ses proches pour recueillir ses derniers soupirs ; et il en détourne les yeux, parce qu’il retrouve encore aux milieux d’eux le souvenir de ses crimes. Le ministre de l’Eglise lui présente un Dieu mourant, et cet objet si consolant et si capable d’exciter sa confiance lui reproche tout bas ses ingratitudes et l’abus perpétuel de ses grâces. Cependant la mort approche, le prêtre tâche de soutenir, par les prières des mourants, ce qui reste de vie qui l’anime encore. Partez âme chrétienne, lui dit-il : Proficiscere, anima christiana. Il ne lui dit pas : Prince, grand du monde, partez. Durant sa vie, les monuments publics pouvaient à peine suffire au nombre et à l’orgueil de ses titres : dans ce dernier moment on ne lui donne que le titre tout seul qu’il avait reçu dans le baptême, le seul dont il ne faisait aucun cas, et le seul qui lui doit demeurer éternellement. Proficiscere, anima christiana : Partez, âme chrétienne.

(A suivre…« La mort du pécheur - 10 : Ses derniers instants - 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

Capture05.jpg

Les commentaires sont fermés.