Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2016

La non-célébration du Sabbat : Le rôle de l'Eglise

     Les exigences de la nature et de la raison, ce que Dieu nous demande de faire, ainsi que les motifs de la sanctification du Sabbat – le Dimanche pour les chrétiens – ayant été exposés dans les articles précédents, il convient, sur cette question, d’examiner maintenant la troisième interrogation...


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

de Sainte Thècle (1)

(Vierge et martyre Ier siècle)

 

FAUT-IL OBSERVER LE SABBAT ? - 9

 

LA NON CELEBRATION DU SABBAT : LE RÔLE DE L’EGLISE

 

célébration,cérémonies,chrétienne,chrétiens,créateur,culte divin,culte extérieur,dimanche,droit divin,eglise,esprit-saint,exigences,honorer dieu,immutabilité de dieu,libre,loi ancienne,mariage,nature,négligence,pouvoir,raison,résurrection de jésus-christ,sabbat,sagesse,samedi,sanctification,service de dieu,service divin,société,solennité,virginité,volonté divine     Les exigences de la nature et de la raison, ce que Dieu nous demande de faire, ainsi que les motifs de la sanctification du Sabbat – le Dimanche pour les chrétiens – ayant été exposés dans les articles précédents, il convient, sur cette question, d’examiner maintenant la troisième interrogation.

LE RÔLE DE L’EGLISE :

     Comme indiqué ici http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2015/02/02/le-sabbat-les-exigences-de-la-nature-ou-de-la-raison-5550495.html  dans la loi ancienne, le sabbat était cérémoniel quant à la circonstance du samedi et comme tel a été aboli. Depuis, l’observation du dimanche et la manière de le sanctifier sont de droit ecclésiastique, et non de droit divin. (Somme théologique 1-2, question 122, article 4)

     Notre-Seigneur Jésus-Christ a confié la sagesse infaillible de son Eglise à l’Esprit-Saint, signifiant par là-même, la place privilégiée qu’elle occuperait sur la terre, et à laquelle il veut que nous obéissions comme à Lui-même.

     L’Eglise est libre. Elle a reçu de son divin fondateur plein pouvoir pour l’organisation du culte que nous devons à Dieu, pour le choix des jours à fixer et pour la manière de sanctifier ces jours. Plein pouvoir attesté par ces paroles :

« Celui qui vous écoute, m’écoute ; celui qui vous méprise, me méprise. Et celui qui me méprise, méprise celui qui m’a envoyé. » (St Luc X, 16)

     A cause, et pour ne pas aller contre la volonté divine de sanctification exprimée dans l’ancienne loi, l’Eglise ne pouvait pas ne point fixer certains jours pour honorer Dieu d’un culte extérieur et public !

     La raison elle-même demande que la détermination du temps consacré au service de Dieu ne soit pas laissée au libre choix de chacun car il fallait :

     * Prévenir la négligence,

     * Donner aux cérémonies la solennité convenable et rendre public le culte divin, la société étant tenue, comme telle, de rendre un culte à Dieu son Créateur.

     Ce culte pouvait-il devenir public sans la désignation d’un jour particulier ? L’Eglise, pour honorer principalement la résurrection de Jésus-Christ, qui arriva le premier jour de la semaine, a substitué ce jour au Sabbat et a fait du dimanche le jour spécialement consacré au service divin.

(A suivre… « Comprendre l’immutabilité de Dieu »…si Dieu veut)

(1) Elle habitait à Icone, en Cilicie. Fort belle, elle était promise en mariage à un jeune homme nommé Tamire. A cette époque, Saint Paul passa d’Antioche à Icône, ou il fut reçu dans la maison d’Onésime ou s’assemblèrent quelques personnes, sainte Thècle était du nombre. Ecoutant les paroles de vie de l’Apôtre, elle se fit chrétienne et consacra sa virginité à Dieu. Sa mère s’étant aperçu du changement et apprenant qu’elle ne voulait plus se marier, alla dénoncer au juge que sa fille était chrétienne.

René Pellegrini

Capture05.jpg

 

Les commentaires sont fermés.