Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2017

Immutabilité de Dieu dans sa moralité

     Après avoir considéré l’immutabilité de Dieu dans sa nature, il reste à la considérer dans sa moralité...


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de la Bienheureuse Béatrice d’Este

(Bénédictine 1262)

 

FAUT-IL OBSERVER LE SABBAT ? – 11

 

 acte pur,action de grâces,changement,châtiments,circoncision de la chair,circoncision du cœur,créateur,création du monde,créatures,culte,dimanche,enfants de jacob,entité,être,existence,fils de jacob,foi,grâce,immutabilité de dieu,imperfection,infécondité,iniquité,intelligence,jeûne,juifs,loi ancienne,loi cérémonielle,loi de moïse,loi nouvelle,maître,mal,moralité,ninive,ninivites,nouvelle création,pénitence,père des lumières,prédication de jonas,prescriptions,promesses,providence,résurrection de jésus-christ,sacrements,sacrifices d’animaux,saint-esprit,sanctification,sang de jésus-christ,septième jour,trône,volonté    Après avoir considéré l’immutabilité de Dieu dans sa nature, il reste à la considérer dans sa moralité.

 

IMMUTABILITE DE DIEU DANS SA MORALITE

Considéré dans sa moralité Dieu est immuable pour deux raisons :

     * Il ne peut changer dans ses décrets car un tel changement supposerait :

     . Une déficience intellectuelle puisqu’il se révèlerait incapable de tout prévoir dès le début ou,

     . Une imperfection dans la volonté qui, sans raison suffisante, se proposerait tantôt un but, tantôt un autre. Or ni le défaut d’intelligence, ni l’imperfection de volonté ne conviennent à l’Être infini.

     * Il ne peut acquérir de nouvelles relations, au moins réelles. En effet, la relation réelle ajoute à l’être une nouvelle entité. Or, on ne peut ajouter à l’Acte pur (Dieu) aucune entité réelle, mais seulement aux créatures qui reçoivent de Dieu l’existence.

     C’est pourquoi, et sans qu’il y ait en Lui aucun changement ou relations rajoutées, Dieu entretient avec sa création des relations de Créateur, de Maître, de Providence, etc., de la même manière qu’une statue immobile se trouve tantôt à gauche, tantôt à droite de l’observateur qui seul change de position.

     De ce qui précède, il est donc parfaitement exact de conclure que « Dieu ne change pas » et, de plus, c’est ce qu’enseigne la Bible en deux endroits :

MALACHIE III, 6 :

« Car je suis le Seigneur, et je ne change pas ; et vous enfants de Jacob, vous n’avez pas été consumés. »

     Ce verset biblique souligne l’immutabilité de Dieu dans ses promesses. En effet, il aurait pu anéantir son peuple rebelle mais, fidèles aux promesses faites autrefois aux fils de Jacob, il châtiera les Juifs prévaricateurs sans les exterminer.

     Toutefois, il ne faut pas confondre l’immutabilité ou l’absence de changement avec l’inactivité et l’infécondité car l’Acte pur – qui est Dieu – est l’activité suprême et, sans le moindre changement, son opération est indéfectible.

SAINT JACQUES I, 17 :

« Toute grâce excellente et tout don parfait vient d’en haut, et descend du Père des lumières, chez qui il n’y a pas de variation, ni d’ombre, ni de changement. »

     Dans la Somme Théologique III, question 61, article 4, saint Thomas, commentant ce verset et constatant la différence existant entre les sacrements de la Loi ancienne et ceux de la Loi nouvelle, non moins que leur nécessité, se pose la question suivante :

« Mais la volonté divine n’a-t-elle pas changé si elle offre maintenant, sous le climat de la grâce, des sacrements différents de ceux qu’elle proposait avant le Christ pour la sanctification des hommes ? »

     Et il répond :

« On n’accuse pas un maître de maison d’être capricieux parce qu’il donne à ses gens des ordres différents suivant les saisons. De même après la venue du Christ, Dieu institue des sacrements différents de ceux qui existaient sous la Loi, cela ne met en Lui aucun changement, car les uns convenaient à une grâce qu’il s’agissait de préfigurer, les autres conviennent à une grâce qu’il faut montrer comme présente. »

     Les changements opérés par Dieu dans le cours du temps sont donc affaire ‘’de saisons’’ où, si l’on préfère :

     * De circonstances modifiées, par exemple :

     . L’abandon des châtiments projetés contre les Ninivites, après leur pénitence collective suite à la prédication de Jonas :

« La parole du Seigneur fut adressée une seconde fois à Jonas, en ces termes : Lève-toi, et vas à Ninive, la grande ville, et prêches-y la prédication que je t’ordonne (…) et Jonas commença à entrer dans la ville pendant un jour de marche ; et il cria, en disant : Encore quarante jours, et Ninive sera détruite. Les Ninivites crurent à Dieu ; ils publièrent un jeûne et se couvrirent de sacs, depuis le plus grand jusqu’au plus petit. La chose parvint au roi de Ninive ; et il se leva de son trône, ôta son vêtement, se couvrit d’un sac et s’assit sur la cendre. Il fit crier et publier dans Ninive cet ordre (…) que chacun revienne de sa voie mauvaise et de l’iniquité qui est dans ses mains (…) Dieu vit leurs œuvres, il vit qu’ils étaient revenus de leur voie mauvaise et il se repentit du mal qu’il avait résolu de leur faire, et il ne le fit pas. » (Jonas III, 1-10)

     . celle de la circoncision de la chair et des sacrifices d’animaux de la Loi de Moïse à une autre, celle de l’économie de la foi ou la grâce en Jésus-Christ (le plus grand que Moïse) avec la circoncision du cœur et les sacrifices d’action de grâces.

     Que ces modifications n’aient opéré aucun changement, ni ne manifeste aucune inconstance morale en Dieu, c’est ce que révèle et confirme le Saint-Esprit.

« Ainsi la loi a été notre précepteur dans le Christ, pour que nous fussions justifiés par la foi. Mais, la foi étant venue, nous ne sommes plus soumis au précepteur. » (Galates III, 24-25)

« Mais maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui étiez autrefois éloignés, vous avez été rapprochés par le sang du Christ (…) Il a renversé le mur de séparation, l’inimitié dans sa chair ; il a aboli la loi des ordonnances avec ses prescriptions (…) » (Ephésiens II, 13-15)

     Le commandement du Sabbat, donné sous l’économie de la Loi ancienne, établi pour les motifs inventoriés dans les articles 4 à 9, était lié principalement au souvenir de la création du monde. Il était, sous le rapport du septième jour, une loi cérémonielle, et, sous cet aspect, non immuable. Il pouvait donc être aboli et il fut logiquement remplacé par l’événement majeur survenu dans l’histoire humaine que fut la résurrection de Jésus-Christ qui, eut lieu un dimanche et ouvrit sur une nouvelle économie : la nouvelle création en Jésus-Christ sans que l’aspect moral et immuable de ce précepte s’en trouve annulé, à savoir : le culte obligatoire qui doit être rendu à Dieu qui, Lui, demeure éternellement.

FIN DE L’ARTICLE SUR LE SABBAT

René Pellegrini

Capture05.jpg

acte pur,action de grâces,changement,châtiments,circoncision de la chair,circoncision du cœur,créateur,création du monde,créatures,culte,dimanche,enfants de jacob,entité,être,existence,fils de jacob,foi,grâce,immutabilité de dieu,imperfection,infécondité,iniquité,intelligence,jeûne,juifs,loi ancienne,loi cérémonielle,loi de moïse,loi nouvelle,maître,mal,moralité,ninive,ninivites,nouvelle création,pénitence,père des lumières,prédication de jonas,prescriptions,promesses,providence,résurrection de jésus-christ,sacrements,sacrifices d’animaux,saint-esprit,sanctification,sang de jésus-christ,septième jour,trône,volonté

Les commentaires sont fermés.