Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2017

Les qualités des anges - 1

Qualité des anges. De la simplicité ou incorporéité de leur nature, il résulte que les princes de la Cité du bien sont incorruptibles. Exempts de langueurs et de maladies, ils ne connaissent ni le besoin de la nourriture ou du repos, ni les faiblesses de l’enfance, ni les infirmités de la vieillesse. Il résulte encore…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête Saint Vincent Ferrier

(Confesseur, de l’Ordre de Saint Dominique 1419)

 

 CHAPITRE IX

 

LES QUALITE DES ANGES – 1

 

acte, agilité, âme humaine, anges, beauté, choses sensibles, ciel, cieux, cité du bien, connaissance, corps, Créateur, Dieu, enfance, erreur, faiblesses, foi, force, gouvernement du monde, grâce, humanité, image, incorporéité, incorruptibles, infirmités, instinct, intellectuels, intelligence, jour du jugement, maladies, mouvement, ordre inférieur, ordre naturel, ordre surnaturel, perfection, prédestinés, princes, principe, puissance, qualité, raisonnables, raisonnement, ravissement, rayonnement, repos, salut, simplicité, substance, vérité, vieillesse                     Qualité des anges. De la simplicité ou incorporéité de leur nature, il résulte que les princes de la Cité du bien sont incorruptibles. Exempts de langueurs et de maladies, ils ne connaissent ni le besoin de la nourriture ou du repos, ni les faiblesses de l’enfance, ni les infirmités de la vieillesse. Il résulte encore qu’ils sont doués d’une beauté, d’une intelligence, d’une agilité et d’une force incompréhensibles à l’homme.

     Dieu est la beauté parfaite et la source de toute beauté. Plus un être lui ressemble, plus il est beau. Les cieux sont beaux, la terre est belle, parce que les cieux et la terre reflètent quelques rayons de la beauté du Créateur. De tous les êtres matériels, le corps humain est le plus beau, parce qu’il possède à un degré plus élevé la force et la grâce, dont l’heureuse union forme le cachet de la beauté. L’âme est plus belle que le corps, parce qu’elle est l’image plus parfaite de la beauté éternelle. A son tour, parce qu’il est l’image incomparablement plus parfaite de cette beauté, l’ange est incomparablement plus beau que l’âme humaine.

     Aussi quel spectacle présente aux regards de la foi, le Roi de la Cité du bien, environné de tous ces princes, resplendissants comme des soleils, et dont le moins beau éclipse toutes les beautés visibles ! Le jour où il sera donné à l’homme de le voir face à face, il entrera dans un ravissement, indicible même à Paul qui en fut témoin. En attendant, l’humanité a l’instinct de cette beauté suprême ; car, pour marquer le degré le plus parfait de la beauté sensible, elle dit : beau comme un ange.

     La beauté des anges est le rayonnement de leur perfection essentielle, et leur perfection essentielle, c’est l’intelligence. Qui en dira l’étendue ? Saint Thomas répond :

« L’intelligence angélique est déiforme, c’est-à-dire que l’ange n’acquiert la connaissance de la vérité ni par la vue des choses sensibles, ni par le raisonnement, mais par le simple regard (1). » Substance exclusivement spirituelle, en lui la puissance intellectuelle est complète, c’est-à-dire qu’elle n’est jamais en puissance comme dans l’homme, mais toujours en acte, de sorte que l’ange connaît actuellement tout ce qu’il peut naturellement connaître (2).

     Il le connaît tout entier, dans l’ensemble et dans les détails, dans le principe et dans les dernières conséquences.

« Les intelligences d’un ordre inférieur, comme l’âme humaine, ont besoin, pour arriver à la parfaite connaissance de la vérité, d’un certain mouvement, d’un certain travail intellectuel, par lequel elles procèdent du connu à l’inconnu. Cette opération n’aurait pas lieu si, dès qu’elles connaissent un principe, elles ont voyaient instantanément toutes les conséquences. Telle est la prérogative des anges. En possession d’un principe, aussitôt ils connaissent tout ce qu’il renferme ; voilà pourquoi on les appelle intellectuels, et les âmes humaines simplement raisonnables. Ainsi, il ne peut y avoir ni fausseté, ni erreur, ni déception dans l’intelligence d’aucun ange (3). » 

     A quoi s’étend la connaissance des princes de la Cité du bien ? Elle s’étend à toutes les vérités de l’ordre naturel (4). Pour eux, le ciel et la terre n’ont rien de caché ; et, depuis qu’ils sont confirmés en grâce, ils connaissent la plupart des vérités de l’ordre surnaturel. Nous disons la plupart, car jusqu’au jour du jugement, où le cours des siècles finira, les anges recevront des communications nouvelles sur le gouvernement du monde et en particulier sur le salut des prédestinés (5). 

(A suivre… « Les qualités des anges – 2 »…si Dieu veut)  

- Les italiques sont dans le texte

(1)  Somme théologique 2a 2ae, q.CLXXX, art. 6 ad 2.

(2)  id. q. 1, art. 1, ad 2 ; q. LV, art. 1, cor.; et art. 2, cor.

(3)  Ip. q.58, art. 3, c. et art. 5? C.

(4)  I p. q. LXXV, art. 1, cor. Etc.

René Pellegrini

Capture05.jpg

copyright.jpg

Les commentaires sont fermés.