Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2017

Laïcité révolutionnaire - 2 ou tout restaurer dans le Christ - 1

Pour un homme politique catholique serait-ce un gros mot d’en référer au Christ et à l’enseignement de l’Eglise dans une assemblée parlementaire qui doit légiférer pour un peuple à majorité catholique ? D’en référer à leurs enseignements moraux ?...


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Jules Ier

(Pape 352)

 

LAICITE REVOLUTIONNAIRE – 2 OU TOUT RESTAURER DANS LE CHRIST ? - 1

« Ote ! Ote ! crucifie-le ! (…) Nous n’avons de roi que César »

(St Jean XIX, 15)

 

anticatholiques, apostats, assassinat, avortement, baptême, bien, César, camps de concentration, chrétien, Christ, conscience, crimes, damnation, députés, diable, dignité humaine, droits de l’homme, embryons, enfer, enseignements de Dieu, enseignement de l’Eglise, Fillon, fœtus, gloire de Dieu, grand nombre, homme politique, hypocrite, innocents, Jésus, juste, laïcité, mal, mensonge, morale, pardon, péchés, pécheurs, peine de mort, prolétariat, puissance, religion laïque, sagesse, sainte Trinité, sénateurs, société française, théories, Veil, vérité, vipères, votes                Pour un homme politique catholique serait-ce un gros mot d’en référer au Christ et à l’enseignement de l’Eglise dans une assemblée parlementaire qui doit légiférer pour un peuple à majorité catholique ? D’en référer à leurs enseignements moraux ? Les mœurs n’auraient-ils rien à voir avec la vie en société et sa stabilité, l’édification morale et vertueuse des jeunes et des moins jeunes ? Jésus serait-il moins compétent en ce domaine que nos hommes politiques et législateurs pécheurs à hautes doses pour certains, pour s’en remettre aux propagandistes de références spirituelles ou philosophiques notoirement antichrétiennes, ou à celles de dépravés et jouisseurs de tous calibres ? Si le Christ est rejeté en ce qui concerne les bonnes mœurs, chez qui les adeptes et défenseurs de la laïcité révolutionnaire iront-ils chercher et défendre ce qui, pour eux, relève du bien et du mal, du normal et de l’anormal, du juste et de l’injuste ?

     Par exemple, chez quels cerveaux détraqués puisent-ils la loi sur l’avortement, cet assassinat légal, reflet de la bassesse et de la déchéance humaine non moins que la pourriture de l’esprit de celle qui a présenté le projet de loi : Madame Simone Veil, ministre de la santé de 1974 à 1979. Tu parles d’une santé d’envoyer des embryons et des fœtus humain finir dans l’incinérateur !!! La peine de mort est abolie pour les criminels récidivistes ou pas ; mais elle existe pour les embryons et les fœtus non désirés. IGNOBLES HYPOCRITES ! Pourtant, Madame Veil est une rescapée des camps de concentration. Elle a certainement béni le jour où elle en est sortie. Elle a survécu à ces camps mais elle ne laisse aucune chance aux bébés à naître dès qu’ils entrent dans l’avortoir : cette chambre de mort pour innocents et de médecins à la conscience atrophiée. Aucune chance, sauf remords de conscience de la mère, à l’ultime moment.

     Cette femme, responsable d’une loi qui permet l’assassinat annuel d’environ 200 à 250 000 embryons et fœtus humains (1), est louangée et décorée. Dans une société normale, respectueuse de la vie dès sa conception, (2) mériterait-t-elle de tels honneurs ? C’est quoi ce nid de serpents venimeux, cette Assemblée d’estropiés mentaux qui décorent la permission d’assassiner de petits êtres sans défense ? Plutôt qu’accepter ces honneurs, il eût été préférable que, revenant à résipiscence pour sa loi scélérate, elle demande pardon à Dieu et aille pleurer ses péchés, jusqu’à la fin de ses jours, dans un couvent ou dans la solitude, pour tous les crimes qu’elle a permis de commettre en France. D’un point de vue statistique, Josef Mengele est un enfant de chœur.

     On vous demande, à vous catholiques, de vous taire au Parlement sur la référence aux valeurs morales du Christ, pendant qu’on porte aux nues la loi génocidaire d’un tel monstre ouvrant la porte de la bonne conscience pour l’extermination en masse d’innocents ? C’est bas, c’est sale, c’est indigne, c’est méprisable, non parce qu’elle est juive, mais elle est, comme bien des catholiques et autres spécimens de chrétiens, la négation même de la dignité humaine dont-on se glorifie généreusement tout en permettant sa négation dès le principe, en s’appuyant sur une science complaisante. Ceci, est à l’image même de la puanteur morale déversée sur la société française depuis les gradins de l’Assemblée nationale par des dirigeants politiques et des idéologues encartés, traîtres à leur propre pays et porteurs complaisants, de longue date, des valises d’ennemis de la France, et prêts, le monde ouvrier et employé autochtone les fuyant de plus en plus pour se réfugier dans d’autres partis politiques, à favoriser le chaos pour se constituer un socle électoral avec un nouveau prolétariat étranger. Ne vous laissez pas duper par ceux (individus ou partis politiques) qui s’affichent ennemis en apparence et sont amis en secret.

     Des cerveaux enténébrés, logés dans une boîte crânienne qui ressemblent plus à une fosse à purin qu’a un habitacle de la sagesse humaine, estimeraient que pour vous, catholiques, ce serait un dérapage inconséquent d’en référer au Christ quand les membres de la cage aux folles peuvent s’exprimer et revendiquer leur adhésion à la jaquette flottante, et même organiser des défilés urbains ? Cette panacée universelle qu’est la religion laïque révolutionnaire peut débattre et légiférer pour les adeptes des mœurs contre-nature en s’appuyant sur de pseudo-présupposés idéologiques, sociologiques ou scientifiques issus de tous les corpus anticatholiques et apostats pour justifier ces pratiques, dont l’origine est plutôt sulfureuse, mais vous, catholiques qui refuseriez de jouer la comédie du double jeu et de l’hypocrite, vous devriez taire les références aux enseignements de Dieu sur ces mêmes questions d’un point de vue chrétien s’appuyant, lui aussi, sur des préceptes moraux, des enseignements sociaux et philosophiques éprouvés par le temps, et, en matière scientifique, refusant sur le plan anthropologique, social et d’explication du monde, de prendre appui sur des hypothèses ou des théories contredites par des faits concrets dûment établis. De qui se moque-t-on ?

     Députés et sénateurs catholiques comment pouvez-vous collaborer  à ce jeu sordide et immonde et le cautionner par vos votes ? Pensez-vous que Jésus-Christ soit honoré par de telles lois ? Pour vous, ces misérables pêcheurs qui s’agitent dans cet antre de l’enfer qu’est le Palais Bourbon, seraient-ils au-dessus de Dieu ? Si c’est le cas, qu’avez-vous fait de votre baptême au nom de la Très Sainte Trinité (Père, Fils et Saint-Esprit) et de vos devoirs envers elle, qui consistent à faire sa volonté en tous lieux ? Seriez-vous des chrétiens de jours de fête ou à mi-temps ? Dieu vous accorde-t-il le souffle de vie, l’être et le mouvement à temps partiel ?

     Que recherchez-vous en faisant de la politique : l’honneur et la gloire de Dieu, ou les décorations, les honneurs mondains et la satisfaction d’une ambition personnelle ? Qui servez-vous en réalité ? Vers qui vont vos affections ? De qui êtes-vous les disciples et les collaborateurs : De Dieu ou du diable et sa République apostate favorisant la damnation du plus grand nombre ? Rentrez en vous-mêmes et cessez de faire honte à Dieu, aux anges et aux hommes ! Si c’est de Dieu, seule la vérité doit vous contraindre et non les désidératas de pervers, de conscience marquée au fer rouge, de jouisseurs, d’apostats ou d’ennemis de l’Eglise et du Christ. Et, prenez garde, car cette même vérité vous oblige à ceci, à moins d’être le portait type du menteur et de l’hypocrite à qui, en l’état, on ne peut accorder aucune confiance :

« La vertu de vérité fait que l’on se montre au-dehors tel qu’on est au-dedans, ce qui a lieu non seulement par des paroles, mais encore par des actes. Donc, s’il est contraire à la vérité de parler contre sa penséece qui constitue le mensonge : il l’est aussi d’agir de manière à se faire passer pour autre que l’on est, ce qui constitue la simulation, qui est ainsi, à proprement parler, un mensonge en action. Or le mensonge est toujours un péché, quelle que soit sa manière ; la simulation est donc, elle aussi, toujours un péché. » (Somme Théologique (IIa-IIæ question 111, article 1)

     N’est-ce pas MM les politiciens catholiques, et ceux qui leurs ressemblent sur l’échiquier politique et en dehors ? Propos de Saint Thomas d’Aquin sans aucune commune mesure avec les postures et les pratiques politiciennes. Pour un Catholique,  c’est une question de foi dans laquelle l’intelligence adhère, sous les feux de la grâce, aux vérités révélées par Dieu parce qu’Il ne peut ni se tromper, ni nous tromper. En dehors de cala, ce n’est qu’une vague croyance ou une religiosité à la carte sans véritable consistance, qui vole en éclat face aux décisions morales, sociales et politiques, aussi impopulaires soient-elles, que la foi oblige à prendre sous le regard de Dieu.

(A suivre…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Soit, depuis 42 ans, entre 8 à 10 millions de créatures exterminées, en France, non pour appartenance religieuse ou ethnique, mais pour leur avoir refusés la qualité d’êtres humains et d’adultes en devenir.

(2) Les Droits de l’homme ou ‘’Evangile’’ de la laïcité, furent assassins dès leur origine. Et, en continuité, c’est dès l’origine de la vie qu’ils s’attaquent à elle refusant d’accorder la qualité de personne humaine à l’œuf fécondé, et, par conséquent, la protection que ces Droits sont censés lui accorder. De la même façon que le gland possède, en lui-même, tous les caractères de la vie végétale lui permettant (si on ne le détruit pas) de devenir un chêne imposant et vigoureux, il y a, en sommeil, dès la fécondation de l’œuf tous les caractères d’une vie intellectuelle lui permettant, (si on ne détruit pas cet œuf) de l’enfance à l’état d’adulte, le plein développement de la raison avec ses caractéristiques propres. La vie qui va favoriser le développement de ce nouvel être humain avec toutes ses potentialités, est déjà en acte dans cet œuf fécondé comme le chêne imposant est déjà en puissance dans la vie végétale du petit gland si on ne le détruit pas.

VOUS POUVEZ DIFFUSER A QUI VOUS VOUDREZ

Capture05.jpg

copyright.jpg

Les commentaires sont fermés.