Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2017

L'obéissance à Dieu

Après avoir considéré le respect que Dieu exige de la part des hommes de toutes conditions intéressons-nous, maintenant, à l’obéissance que lui doivent les autorités et ceux qui aspirent à le devenir…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de la Bienheureuse Alida de Sienne

(Tertiaire de l’Ordre des Humiliés 1309)

 

LA ROYAUTE UNIVERSELLE DE JESUS-CHRIST – 32

 

LES OBLIGATIONS DU POUVOIR CIVIL - 3

L’OBEISSANCE A DIEU

ambition, ange de l’Apocalypse, athées, autorité politique, bienfaiteurs, catholiques, César, chrétiens, ciel, créatures, crédibilité, diable, dictature, Eglise, ennemis, ferveur, Fillon, Fils de Dieu, finance mondialiste, Francs-maçons, Hamon, hypocrisie, inconscience, Jésus-Christ, Judas, judéo-maçonnerie, juifs, lâcheté, laïcs, Le Pen, Macron, mécréants, Mélenchon, nations, obéissance, ordre social, parti politique, patrie, persécution, Pilate, pouvoir civil, prospérité, puissance, république, respect, Rothschild, royauté, trahison, vertu morale, volonté de Die     Après avoir considéré le respect que Dieu exige de la part des hommes de toutes conditions intéressons-nous, maintenant, à l’obéissance que lui doivent les autorités et ceux qui aspirent à le devenir.

     Pour cela, reprenons le texte de l’Encyclique que nous avons cité précédemment :

« Que les chefs des nations ne refusent donc pas de rendre par eux-mêmes et par le peuple à la puissance du Christ leurs hommages publics de respect et d’obéissance, s’ils veulent, en sauvegardant leur autorité, promouvoir et accroître la prospérité de la patrie ! »

     Cette exigence d’obéissance à « la puissance du Christ » demandée aux gouvernants des nations est capitale et bénéfique à un double point de vue si on se réfère à ce qu’enseigne le Pape.

     - D’abord pour les « chefs » des nations eux-mêmes qui, par ce comportement, « sauvegardent leur autorité ». Il est manifeste qu’un Etat qui refuse son obéissance au Christ se trouve, par le fait même, contesté dans sa propre autorité. Observation assez évidente de nos jours où c’est pratiquement la rue qui commande.

     Comment voulez-vous que des Juifs et des Francs-maçons ennemis du Christ et de son Eglise - secondés par des chrétiens arrivistes, félons et opportunistes - auxquels les Catholiques ont confié les clefs de la gouvernance de leur pays puissent accorder leur obéissance au Christ ? Autant demander au Diable de servir Jésus !     

     - Ensuite, pour la « patrie » qui, par le comportement obéissant des chefs envers Dieu, assure en son sein la stabilité qui en découle normalement, et en reçoit nécessairement les dividendes par le rejaillissement permettant de « promouvoir et d’accroître sa prospérité » aussi bien temporelle que spirituelle.

     Inversement, et pour les mêmes raisons que ci-dessus, c’est la voie royale pour l’instabilité et une dictature de plus en plus féroce pour conserver l’autorité et les privilèges.

     Dieu ayant un domaine absolu sur toutes ses créatures, nous Lui devons la vertu morale d’obéissance en toutes choses avec promptitude, ponctualité et ferveur car comme dit Saint Thomas d’Aquin :

« (…) il est impossible que Dieu donne un ordre contraire à la vertu, puisque la vertu et la rectitude de la volonté humaine consistent avant tout dans la conformité à la volonté de Dieu et l’obéissance à ses ordres (…) » (Somme théologique 2-2 question 104, article 4, solution 1)

     Puisque Dieu ne donne à ses sujets que des ordres conformes à la vertu, ceux-ci ne peuvent que s’incliner devant ses exigences, à moins d’être ennemi de la vertu. Il est donc vain pour tout homme ou parti politique de promettre des lendemains meilleurs à son pays si cet homme, aussi sympathique soit-il, ou ce parti politique refuse de se soumette à ces lois divines vertueuses, ou se fait une gloire de faire l’impasse sur la prééminence de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans l’ordre social, politique et religieux, et use de tout son pouvoir pour refuser de les inclure dans sa législation nationale.

APPLICATION PRATIQUE

     Parmi les prétendants qui s’étaient déclarés pour postuler à la Présidence de la République, depuis l’ultra libéral et fausse barbe catholique Fillon, au tribun sans-culotte, franc-maçon de gauche du Grand Orient de France et antichrétien Mélenchon, en passant par le faux patriotisme, mais nationalisme naturaliste avéré de Marine Le Pen, l’illuminé et grand illusionniste Macron, créature politique et médiatique poussée en avant pour les intérêts de la finance mondialiste depuis les coulisses du sioniste Rothschild, et le socialiste utopiste Hamon bâtisseur dans les nuées d’une nouvelle proposition choc, bien en phase avec les performances actuelles de son parti politique ‘’le naufrage universel’’ (1) sans oublier les autres postulants proposés à votre suffrage :

     - Combien, dans leur programme ou projet politiques, avaient mis le « respect et l’obéissance au Christ » dans leurs propositions ?

     Désormais, ils ne sont plus que deux. Vous avez « En Marche » vers l’auberge espagnole de l’ambitieux et souriant ''VRP Sansodine'' Emmanuel Macron pour qui la culture française n’existe pas. Il ne craint pas le ridicule en s’autoproclamant patriote tout en étant le candidat de l’oligarchie financière apatride. Alors, que penser du patriotisme, ou de l’état d’hypnose des ouvriers, employés et classes moyennes qui votent pour lui ? En face, la nationaliste (à ne pas confondre avec patriotisme) Marine le Pen. Avancer masqué comme Macron, ou se présenter comme patriote en bafouant les valeurs chrétiennes sur lesquelles s’est construite sa patrie, c’est se situer à l’opposé, en actes et en paroles, du vrai patriotisme de Sainte Jeanne d’Arc fondé sur la foi et les mœurs… Vains espoirs. L’un comme l’autre ne changeront rien à la catastrophe qui s’annonce. On ne redresse pas le pays en le paganisant toujours plus.

     - Comment peuvent-ils mériter votre confiance «  la vertu et la rectitude de la volonté humaine consistent avant tout dans la conformité à la volonté de Dieu et l’obéissance à ses ordres » lorsque tous deux les piétinent allègrement sur le plan moral : fornication et concubinage et, de surcroît, adeptes de la laïcité et de la démocratie négatrices de la souveraineté de Dieu sur les hommes et les sociétés ? En fait, ils préfèrent leur volonté propre à celle de Dieu, comme leurs votants d’ailleurs.

     Un homme (femme) d’honneur et de confiance est prêt à se retirer si le programme proposé ne peut pas être maintenu tel que présenté, défendu et chiffré lors de son parcours politique. Par ambition du pouvoir, et pas pour la France - même avec des trémolos dans la voix - ils sont prêts à tous les reniements et à tous les ajustements de programme pour ratisser plus large ou pour briser le ''plafond de verre''. Et vous allez faire confiance à de telles girouettes ? Alors, ne vous plaignez pas après, puisque leurs comportements étaient déjà des signaux de nature à vous éclairer sur leur crédibilité. Quant au Front républicain il permettra aux caméléons de masquer leur déshonneur.

     Méditez plutôt sur votre inconséquence et sur votre peu d’amour de la droiture ! En définitive, qu’elle que soit la coloration politique du vainqueur, ne rêvez pas ! Demain ne sera pas meilleur mais toujours de plus en plus contraignant, puisque Celui qui pourrait l’améliorer est considéré, avec une persistance diabolique, comme  persona non grata depuis les rangs des catholiques affadis jusqu’aux athées incrédules : une bien belle brochette de redresseurs et guérisseurs de la France !

     Pour un chrétien, ou quelqu’un se disant chrétien, taire cette prééminence du Christ et les obligations afférentes, relève pour le moins de l’inconscience voire d’une grande lâcheté, sinon d’une trahison à la Judas. Ce simple constat, permet d’écarter toute prétention d’hommes ou de femmes politiques voulant assurer un mieux-être à leurs nationaux sans vouloir mettre son pays en harmonie avec les exigences divines.

     Notre-Seigneur n’a pas craint d’affirmer courageusement Sa royauté malgré les risques encourus devant Pilate, l’autorité politique de l’époque « Tu le dis, je suis roi » (St Jean XVIII, 37). L’ange de l’Apocalypse confirme cette Royauté en appelant Jésus « Roi des rois, et Seigneur des seigneurs » (Apocalypse XIX, 16). Il n’y a donc aucun doute sur cette Royauté. Elle est confirmée aussi bien sur la terre par Jésus Lui-même, que dans les cieux par l’ange. Si elle peut être refusée et méprisée sur la terre par ses ennemis et les mécréants avec les conséquences temporelles qui s’y rattachent, elle est reconnue en plénitude par les vrais chrétiens et dans le ciel.

     Et vous, hommes politiques, hommes d’Eglise ou simples laïcs qui vous dîtes ses disciples vous préférez taire cette Royauté sur les individus et sur les nations, ne pas la rappeler avec ses exigences à qui de droit, pour complaire aux judéo-maçons qui, pour le malheur et l’affaiblissement constant de la France, tiennent fermement le pouvoir et les clefs permettant d’y accéder ou d’y postuler, ou pour ne pas choquer les gens, ce qui serait un faux respect humain, où, plus lamentable encore, pour ne pas courir le risque de voir les subsides de certains généreux donateurs ou bienfaiteurs – généreux et bienfaiteurs à cette seule condition – se tarir subitement ? Quelle honte ! Quelle hypocrisie ! Quels misérables et indignes chrétiens vous faîtes !

     Un tel silence ne serait-il pas l’aveu, malgré toutes les protestations de fidélité à l’égard de Jésus-Christ, que nous serions à ce point judaïsés qu’il équivaudrait, en creux, à ce cri proféré par les Juifs rebelles et hostiles à Jésus « nous n’avons de roi que César » ? (St Jean XIX, 15) dont l’aboutissement fut la condamnation à mort du Fils de Dieu par les Romains, mais expressément demandé par les Juifs et, ensuite, la persécution des chrétiens par les Juifs eux-mêmes.

(A suivre…« Conséquences du refus d’obéissance à Dieu »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Pour ceux qui ont encore des illusions, qui n’ont pas le temps ou la volonté de s’intéresser à l’histoire ancienne ou récente, j’ai trouvé cette vidéo pour illustrer, en actes et en paroles, le panier de crabes actuel au service de la Judéo-maçonnerie qui, à eux deux, et au-delà des apparences affichées sont, avec l’islam utilisé et manipulé comme déstabilisateur, les pires ennemis de la France et de sa civilisation chrétienne. https://www.youtube.com/watch?v=Dzkq_em4ClU

Capture05.jpg

copyright.jpg

Les commentaires sont fermés.