Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2017

La mort du juste - 2

     Voilà ce qu’offre le passé à l’âme fidèle au lit de la mort : des violences, des afflictions qui ont peu duré et qui vont être éternellement consolées ; le temps des dangers et des tentations passent ; les attaques que le monde livrait à sa foi, enfin terminées ; les périls où son innocence avait couru tant de risques, enfin disparus ; les occasions…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Juvénal

 (Evêque de Narni, Italie vers 369-376)

 

LA MORT DU PECHEUR, ET LA MORT DU JUSTE - 12

 

« Heureux sont les morts qui meurent dans le Seigneur »

(Apocalypse XIV, 13)

SECONDE PARTIE

 

LA MORT DU JUSTE – 2

 

actions de grâces,afflictions,âme fidèle,avenir,calomnies,cantique,chair,combats,consolation,conversion,crimes,dangers,désert,douleur,egypte,faim,fatigues,ferveur,foi,gémissements,infidélités,innocence,juste,larmes,mer rouge,miséricordes de dieu,moïse,montagne sainte,mort,murmures,nations,orages,passions,patrie,pénitence,piété,récompense,royaumes,sacré,salut,sang,soif,souvenir,tempêtes,tendresse,tentations,tombeau,vainqueur,vertu,violences     Voilà ce qu’offre le passé à l’âme fidèle au lit de la mort : des violences, des afflictions qui ont peu duré et qui vont être éternellement consolées ; le temps des dangers et des tentations passent ; les attaques que le monde livrait à sa foi, enfin terminées ;les périls où son innocence avait couru tant de risques, enfin disparus ; les occasions où sa vertu avait été si près du naufrage, enfin pour toujours éloignées ; les combats éternels qu’elle avait eu à soutenir du côté de ses passions, puis enfin les obstacles que la chair et le sang avaient toujours mis à sa piété, enfin anéantis : Requies de labore. Quand on est arrivé au port, qu’il est doux de rappeler le souvenir des orages et de la tempête ! Quand on est sorti vainqueur de la course, qu’on aime à se retourner en esprit sur ses pas, et à revoir les endroits de la carrière les plus marqués par les travaux, les obstacles, les difficultés, qui les ont rendus célèbres ! Requies de labore. Il me semble que le Juste est alors comme un autre Moïse mourant sur la montagne sainte, où le Seigneur lui avait marqué son tombeau : Ascende in montem et morere (Deutéronome XXXII, 49) (1) ; lequel, avant d’expirer, tournant la tête du haut de ce lieu sacré, et jetant les yeux sur cette étendue de terres, de peuples, de royaumes qu’il vient de parcourir et qu’il laisse derrière lui, y retrouve des périls innombrables auxquels il est échappé ; les combats de tant de nations vaincues, les fatigues du désert, les embûches de Madian, les murmures et les calomnies de ses frères, les rochers brisés, les difficultés des chemins surmontés, les dangers de l’Egypte évités, les eaux de la mer Rouge franchies, la faim, la soif, la lassitude combattues ; et, touchant enfin au terme heureux de tant de travaux, et saluant enfin de loin cette patrie promise à ses pères, il chante un cantique d’actions de grâces ; meurt transporté, et par le souvenir de tant de dangers évités, et par la vue du lieu de repos que le Seigneur lui montre de loin ; et regarde la montagne sainte où il va expirer comme la récompense de ses travaux et le terme heureux de sa course : Requies de Labore.

     Ce n’est pas que le souvenir du passé, en rappelant au Juste mourant les combats et les périls de sa vie passée, ne lui rappelle aussi ses infidélités et ses chutes ; mais ce sont des chutes expiées par les gémissements de la pénitence ; des chutes heureuses par le renouvellement de ferveur et de fidélité dont elles ont été toujours suivies ; des chutes qui lui rappellent les miséricordes de Dieu sur son âme, lequel a fait servir ses crimes à sa pénitence, ses passions à sa conversion et ses chutes à son salut. Ah ! la douleur de ses fautes dans ce dernier moment n’est plus pour elle qu’une douleur de consolation et de tendresse ; les larmes que ce souvenir lui arrache encore ne sont que des larmes de joie et de reconnaissance. Les anciennes miséricordes de Dieu sur elle la remplissent de confiance, et lui en font espérer de nouvelles ; toute la conduite passée de Dieu à son égard la rassure, et semble lui répondre de l’avenir. Elle ne se le représente plus alors, comme dans les jours de son deuil et de sa pénitence, sous l’idée d’un juge terrible, qu’elle avait outragé et qu’il fallait apaiser ; mais comme un père de miséricordes et un Dieu de toute consolation, qui va la recevoir dans son sein et l’y délasser de toutes ses peines.

(A suivre… « La mort du juste – 3 »…si Dieu veut)

(1) « Montez sur cette montagne d’Abarim, c’est-à-dire des passages, sur le mont Nébo, qui est au pays de Moab, vis-à-vis de Jéricho, et contemplez la terre de Chanaan, que je donnerai en possession aux enfants d’Israël ; et mourez sur cette montagne. »

René Pellegrini

Capture05.jpg

copyright.jpg

Les commentaires sont fermés.