Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2017

Les qualités des anges - 2

Si l’intelligence des princes de la Cité du bien est pour eux la source d’ineffables voluptés, elle est pour nous un triple sujet de consolation, de tristesse et d’espérance. De consolation ; les bons anges ne se servent de leur intelligence que dans notre intérêt et celui de notre Père céleste. De tristesse… 


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête Saint Basile le Grand

(Archevêque de Césarée 378)

 

 CHAPITRE IX

 

LES QUALITE DES ANGES - 2

 

adam,agilité,âme,ange supérieur,antéchrist,bons anges,ciel,cité,consolation,corps,créatures corporelles,créatures matérielles,créatures spirituelles,croyance,dalmatie,erreur,espace,espérance,essence divine,être fini,être intellectuel,êtres inférieurs,êtres spirituels,êtres supérieurs,foi,force naturelle,incorporéité,intelligence,lieu,lumières,maison de lorette,mélenchon,monde,mouvement,nature matérielle,nazareth,païens,philosophie,qualité,princes,sagesse divine,sans-culotte,système planétaire,tristesse,ubiquité,voluptés     Si l’intelligence des princes de la Cité du bien est pour eux la source d’ineffables voluptés, elle est pour nous un triple sujet de consolation, de tristesse et d’espérance. De consolation ; les bons anges ne se servent de leur intelligence que dans notre intérêt et celui de notre Père céleste. De tristesse ; dans Adam nous possédions une intelligence semblable à la leur, exempte d’erreur, et nous l’avons perdue (1). D’espérance ; nous la retrouverons dans le ciel, et déjà nous en possédons les prémices dans les lumières de la foi.

     De l’incorporéité des anges nait leur agilité. Être fini, l’ange ne peut pas être partout en même temps ; mais telle est la rapidité de ses mouvements, qu’ils équivalent presque à l’ubiquité. « L’ange, dit saint Thomas, n’est pas composé de diverses natures, en sorte que le mouvement de l’une empêche ou retarde le mouvement de l’autre : comme il arrive à l’homme en qui le mouvement de l’âme est gêné par les organes. Or, comme nul obstacle ne le retarde ni ne l’empêche, l’être intellectuel se meut dans toute la plénitude de sa force. Pour lui l’espace disparaît. Ainsi, les princes de la Cité du bien peuvent, en un clin d’œil, être dans un lieu ; et, en un autre clin d’œil, dans un autre lieu, sans durée intermédiaire (2). » (3) Telle est, d’ailleurs, leur subtilité, que les corps les plus opaques sont moins pour eux qu’un voile diaphane pour les rayons du soleil.

     Comme l’agilité, la force des anges prend sa source dans l’essence de leur être, qui participe plus abondamment que toute autre de l’essence divine, force infinie. Ainsi, l’une et l’autre surpassent tout ce que nous connaissons d’agilité et de force dans la nature, c’est-à-dire qu’elles sont incalculables et s’exercent sur le monde et sur l’homme.

     Sur le monde : ce sont les anges qui lui impriment le mouvement. Inertes de leur nature, toutes les créatures, toutes les créatures matérielles sont nées pour être mises en mouvement par des créatures spirituelles, comme notre corps par notre âme.

« C’est une loi de la sagesse divine, enseigne le Docteur angélique, que les êtres inférieurs soient mus par les êtres supérieurs. Or, la nature matérielle étant inférieure à la nature spirituelle, il est manifeste qu’elle est mise en mouvement par des êtres spirituels. Tel est l’enseignement de la philosophie et de la foi (4). »

     Or, la force d’impulsion dont les anges sont doués est si grande, qu’un seul suffit pour mettre en mouvement tous les corps du système planétaire ; et, bien qu’il soit à l’orient, suivant une antique croyance conservée même chez les païens, son action se fait sentir à toutes les parties du globe. C’est ainsi que l’homme lui-même, dont la main met en jeu la maîtresse roue d’une immense machine, produit, sans changer de place, le mouvement de tous les rouages secondaires (5).

     La conséquence logique de cette force d’impulsion est que les anges peuvent déplacer les corps les plus volumineux et les transporter où ils veulent, avec une rapidité qui échappe au calcul. Suivant saint Augustin, la force naturelle du dernier des anges est telle, que toutes les créatures corporelles et matérielles lui obéissent, quant au mouvement local, dans la sphère de leur activité, à moins que Dieu ou un ange supérieur n’y mette obstacle. Si donc Dieu le permettait, un seul ange pourrait transporter une ville entière d’un lieu dans un autre, comme ils l’ont fait pour la sainte maison de Lorette, transportée de Nazareth en Dalmatie, et de Dalmatie au lieu où elle reçoit les hommages du monde catholique (6).

(A suivre… « La nature des anges – 3 »…si Dieu veut)

(1) I pars, q. 94, art. 1 et 4, cor.

(2) I pars, q.53, art. 3 ; q. 62, art. 6, cor.

(3)  Imitation ‘’angélique’’ du sans-culotte Mélenchon visible à Lyon et à Aubervilliers en un instant, par la technologie holographique qu’utilisera probablement l’Antéchrist, à son heure, pour s’adresser à la terre entière.

(4)  I pars, q.110, art. 3, cor.

(5 et 6)  Viguier, p. 81

René Pellegrini

Capture05.jpg

copyright.jpg

Les commentaires sont fermés.