Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2017

Qu'allez-vous célébrer le 14 juillet ?

A lire, sans esprit de haine, mais sans oublier sur quoi vous célébrez année après année. Que dirait les ‘’grandes consciences’’ si, en France, on dansait et festoyait sur un évènement qui, en cinq lettres, commence par un S et finit avec un H ? On assisterait à une levée de boucliers. Des cris d’indignation et une réprobation en boucle sur les media. Par contre, le 14 juillet c’est la fête. Les cadavres valent moins chers. TARTUFFES !...


 

14 juillet,496,1789,1794,âmes,assassin,christ,classe sociale,clovis,colonnes infernales,communisme,cosmopolitisme mondialiste,crimes,déportation,diable,droits de l’homme,économie,enfants,fils spirituels,france chrétienne,fraternité,génocide,grands ancêtres,humanistes,judaïsme,judéo-maçonnique,juifs,kabbalistes,laïcité,liberté,lumières,massacre des vendéens,moloch,monarchie française,national-socialisme,nazisme,nouvel ordre mondial,noyades,paix,pharisiens,rabbins,religion catholique,république révolutionnaire,roi de france,sans-culottes,science,sexe,talmudistes,terroristes islamiques,turreau

Fête de Saint Léon II

(Pape  683)

Mis sur blogue le 28 juin 2017

QU’ALLEZ-VOUS CELEBRER LE 14 JUILLET ?

 

14 juillet,496,1789,1794,âmes,assassin,christ,classe sociale,clovis,colonnes infernales,communisme,cosmopolitisme mondialiste,crimes,déportation,diable,droits de l’homme,économie,enfants,fils spirituels,france chrétienne,fraternité,génocide,grands ancêtres,humanistes,judaïsme,judéo-maçonnique,juifs,kabbalistes,laïcité,liberté,lumières,massacre des vendéens,moloch,monarchie française,national-socialisme,nazisme,nouvel ordre mondial,noyades,paix,pharisiens,rabbins,religion catholique,république révolutionnaire,roi de france,sans-culottes,science,sexe,talmudistes,terroristes islamiques,turreau     A lire, sans esprit de haine, mais sans oublier sur quoi vous célébrez année après année. Que dirait les ‘’grandes consciences’’ si, en France, on dansait et festoyait sur un événement qui, en cinq lettres, commence par un S et finit par H ? On assisterait à une levée de boucliers. Des cris d’indignation et une réprobation en boucle sur les media. Par contre, le 14 juillet, c’est la fête ! Sans doute que les cadavres catholiques français valent moins chers. TARTUFFES !

     L’année 1789 induira dans le monde, en un peu plus de deux siècles, par appropriation idéologique ou par exportation guerrière, des dizaines de millions de morts et des horreurs indignes d’êtres humains, à l’exemple et méthodes des fondateurs. Telle est la Révolution, telle elle sera toujours, partout où elle s’installera. Il ne peut en être autrement car son inspirateur le diable, éternel révolté, assassin des âmes et des corps, est ennemi de Dieu Notre-Seigneur et de son Eglise, visant sa  destruction avec ses agents d’exécution, les fils spirituels des Rabbins du premier siècle qui firent exécuter le vrai dispensateur de la liberté, de la fraternité et de la paix, sans oublier leurs prosélytes francs-maçons auxquels s’agrègent tous les non judéo-maçons profanes et religieux, les amis du monde et des plaisirs, ceux aspirant aux honneurs, aux dignités, à quelque pouvoir ou reconnaissance dans la société par leur collaboration.

     Cette date marque l’installation et la célébration d’une République révolutionnaire usurpatrice, illégitime et assoiffée de sang, par les Illuminés Francs-Maçons, instruments de la propagation de concepts antichrétiens issus du judaïsme des pharisiens talmudistes et kabbalistes, ennemis séculaires de la France chrétienne et monarchique. Un pouvoir de fait et non de droit. Elle favorisera la propagation d’idéaux révolutionnaires exportés en Europe par les armées napoléoniennes, des désordres sanglants qui aboutiront à la formation et à l’éclosion des deux monstres révolutionnaires que sont le communisme et le national-socialisme (nazisme). Ces deux régimes concentrationnaires venus à l’existence, par des théoriciens et des banquiers juifs ou par des sociétés secrètes d’inspiration kabbaliste, afin d’enserrer la chrétienté entre ces deux mâchoires dialectiques pour l’affaiblir et la réduire, en la plongeant dans des guerres fratricides et meurtrières.

     Au XIXe siècle, en matière criminelle, pour faciliter la recherche du coupable, le jurisconsulte conseilla aux députés de l’Assemblée Nationale « cherchez la femme et vous trouverez le coupable » (1er septembre 1876). En matière révolutionnaire ce sera plutôt « cherchez le(s) Juif(s) ». Ils ne doivent pas s’offusquer de ces propos, car ils savent pertinemment sous quelles influences se meuvent les révolutionnaires, et à quelle communauté appartiennent les personnages agissant derrière les petits ou grands évènements de contestation, de bouleversements, de déstabilisations et de révolte dans les nations. On connaît parfaitement l’ethnie des grands ‘’bienfaiteurs’’ de l’humanité que furent Marx, Lénine, Trotsky et bien d’autres. Quant à Hitler il fut membre de la société secrète la Thulé-Gesellschaft qui lui fournit les premiers membres du National-Socialisme (Nazisme). Le nazisme, au même titre que le bolchévisme, est une idéologie et un mouvement révolutionnaire d’inspiration kabbaliste qui regroupera des sociétés secrètes telles que l’aryo-sophisme, la théosophie, la franc-maçonnerie et l’occultisme.

     Le 14 juillet 1789 c’est le commencement d’un avilissement moral et sa perpétuation toujours plus évidente et outrageante. Une violence sauvage et barbare faite au gouvernement légitime de la France, la monarchie catholique, et à la population française fidèle à son roi et à sa religion. La monarchie française étant le seul et vrai rempart naturel contre la dissolution de la France dans le cosmopolitisme mondialiste de ses ennemis séculaires. La France, au regard de Dieu est, est demeure monarchique par son alliance avec Dieuen 496, au Baptistère de Reims, lors du baptême de Clovis, mais son vrai Roi c‘est le Christ. Le Roi de France, dans l’ordre temporel politique, n’étant que son Lieutenant (tenant-lieu) ici-bas, comme le Pape est son Vicaire dans l’ordre spirituel. 

     Aujourd’hui, le témoin destiné à créer les conditions de dissolution de la France et des nations, et la tentative d’amalgamer la religion catholique dans le magma politico-religieux du Nouvel Ordre Mondial, est entre les mains des financiers judéo-maçonniques mondialistes apatrides et des ecclésiastiques félons, pour le plus grand bonheur des peuples : tels sont les applications pratiques des fruits vénéneux enclenchés par 1789 : le processus révolutionnaire et sa laïcité que vous chérissez tant, et que vous perpétuez par la trahison des valeurs morales, sociales et politiques chrétiennes.

     Cette date inaugurera, de 1789 à 1794, avec la guillotine des défenseurs affublés des Lumières de la raison et grands humanistes des Droits de l’homme, le massacre des dizaines et des dizaines de milliers de français (enfants, femmes, hommes, vieillards), des femmes et des hommes brûlés vifs, des filles et des femmes violées, des noyades, des femmes et des enfants jetés dans des fours chauffés, etc. Rien à envier aux terroristes islamiques – sinon pire à certains égards - dont les crimes et les barbaries vous horrifient, mais devraient vous permettre de faire en retour en arrière.

14 JUILLET 1789 ET SES SUITES :

- Des femmes et des enfants brûlés dans le four à pain de la bourgade des Epesses près de Pouzauges (Vendée)

- Le massacre des Lucs de Boulogne (Vendée) en 1794, perpétrée par la Colonne infernale commandée par le général Cordellier et ordonnée par le général-en-chef Turreau. Massacre de 564 personnes dont 110 enfants de moins de 7 ans

- Les massacres dans la petite ville de La Gaubretière accomplis par les troupes du général Huchet sur ses ordres, avec le planning suivant :

     * Les hommes étaient éventrés à l’arme blanche de manière à faire souffrir le plus possible et à ne provoquer la mort qu’à petit feu. De nos jours, le champ du massacre s’appelle encore, le « champ des royards » (royer, en patois vendéen signifie hurler comme un cochon qu’on égorge)

     * Aux femmes on leur mettait des pétards que l’on faisait exploser dans le sexe, comme cela « les femelles ne pourront plus engendrer » (sic) si elles survivaient.

     * Les enfants étaient suspendus par la gorge aux crochets des plafonds destinés à suspendre la nourriture.

     * Les soldats républicains portaient souvent en trophées des colliers faits d’oreilles de leurs victimes.

     * On brûlait dans des fours à pain les corps des femmes pour une obtenir une graisse « qui était de très bonne qualité », comme l’étaient les peaux des vendéens que l’on tannait à Angers, etc., etc., etc.

     Si on ajoute qu’au pied de l’échafaud des femmes attendaient que les têtes tombent en tricotant, on mesure les instincts bestiaux et l’absence de sentiments humains que peuvent libérer des idéologies haineuses envers une classe sociale, une ethnie, une religion, etc., dès que les conditions le permettent. Dénoncer et combattre des pensées contraires n’oblige pas à la cruauté et à l’inhumanité. La liste des horreurs perpétrées par ces immondes crapules pourraient encore se poursuivre jusqu’à la nausée, il suffit de se documenter, non dans l’histoire officielle des livres scolaires avec la pommade jetée sur les ‘’Grands Ancêtres’’ mais chez ceux qui fouillent dans les archives de cette époque, et qui ne craignent pas pour leur chaire d’histoire ou leur carrière d’historien. Il en va de même pour le respect de la réalité des données pour d’autres disciplines : science, histoire, littérature, économie, etc.

     Si, après les ‘’exploits’’ des sauvages de 1789 et ses suites, vous frétillez à l’idée de célébrer et danser ce jour-là, c’est que vous ne valez pas mieux qu’eux, car il faut être dépourvu de tout sentiment et respect humains pour oser célébrer et danser un 14 juillet qui n’est, en réalité, que la célébration d’un crime odieux contre l’humanité. Ce jour faisant festoyer et danser sur des planification de massacres et de barbaries, sur des tas de cadavres d’enfants, de femmes, d’hommes et de vieillards dont le seul crime fut d’aimer leur roi et leur religion et de sauvegarder l’héritage qu’ils en avaient reçu. On s’évertue, à satiété, à remémorer et à faire pleurer dans les chaumières pour d’autres crimes, mais pas sur celui de ces atrocités, ce génocide qui n’a pas droit de citer, commis par les barbares révolutionnaires. CIRCULEZ !... Y A RIEN A VOIR ET A REMEMORER, SINON A FESTOYER ! FAUSSAIRES DE L’HISTOIRE !

     Un jour, l’histoire (pas celle de la camarilla des auteurs stipendiés et des conservateurs de chaire) fera la lumière sur ce que fut réellement 1789 et ses suites, ses horreurs dignes de barbares, le massacre des Vendéens, déportations de femmes et d’enfants dont ne peuvent se glorifier un certain 14 juillet que des ignorants (de bonne foi, on peut les excuser), des sans cœur ou des sanguinaires aussi cruels que les sinistres Turreau avec ses colonnes infernales, et Carrier avec ses massacres et noyades organisés. Des travaux irréfutables (2) en ce sens sont déjà produits dans le silence médiatique, et pour cause. Il ne faut pas ternir la mémoire des ''Grands Ancêtres'' (3), et que les français ne voient et ne comprennent ce que fut cette monstruosité assoiffée du sang de ses propres fils et filles, et idolâtrée année après année : Ce moloch (4) des temps modernes qui continuent de s’abreuver du sang qu’il fait répandre, ici et là, par la propagation de son idéologie meurtrière et synonyme de décadence morale.

René Pellegrini

(1) Revue du Centre d’Etudes et de Prospective sur la Science (Le Cep, 2011, N° 56 p.49 et 61)

(2) Du génocide au mémoricide de Reynald Secher aux Editions du Cerf, 2011

(3) Certains députés et chefs révolutionnaires (chefs sans-culottes…et sans cervelle) portaient des culottes faites de peaux d’hommes, tannées par un certain Pequel : certainement des chantres des Droits de l’homme. Méthode de fabrication : « On coupe la peau au-dessus de la ceinture, puis le long de chacune des cuisses jusqu’à la cheville, de manière à ce que, après l’écorchement et le tannage de cette peau, il suffise de coudre pour avoir un pantalon confectionné » (Pensez-y si vous avez encore à cœur de célébrer cette commémoration inique qui me donne plus envie de vomir que de festoyer)

(4)  Divinité ammonite représentant un homme avec une face de taureau. A l’intérieur de cette divinité était allumé un grand feu et dans les bras de ce monstre on plaçait des victimes humaines que la chaleur du feu consumait. Cette ignominie fut pratiquée même chez les Israélites (Jérémie XXII, 35)

Capture05.jpg

copyright.jpg

Les commentaires sont fermés.