Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2017

12 certitudes sur l'Antéchrist - 1

     Pour traiter cette question je m’appuierai sur l’Abbé Augustin Lehmann (1836-1909) et le Vénérable Barthélemy Holzhauser (1613-1658). Les textes bibliques seront pris dans l’Ancien Testament, dans les Evangiles, les Epîtres et l’Apocalypse de Saint Jean…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Sainte Rose de Sainte-Marie

 

(Vierge de Lima, religieuse du Tiers-Ordre de Saint-Dominique 1617)

 

ANTECHRIST – 4

 

12 CERTITUDES SUR L’ANTECHRIST - 1

 

Capture rené.jpg     Pour traiter cette question je m’appuierai sur l’Abbé Augustin Lehmann (1836-1909) et le Vénérable Barthélemy Holzhauser (1613-1658). Les textes bibliques seront pris dans l’Ancien Testament, dans les Evangiles, les Epîtres et l’Apocalypse de Saint Jean.

     Dans cet article sera traitée la première certitude.

CERTITUDE 1

     L’Antéchrist sera une épreuve pour les bons, un châtiment pour les impies et les apostats.

EPREUVE POUR LES BONS :

     Dans ses prophéties, le prophète Daniel ajoute après sa vision des quatre bêtes :

« (…) et voici, une autre petite corne sortit du milieu d’elle ; et voici, cette corne avait des yeux comme les yeux d’un homme, et une bouche qui disait de grandes choses. » (Daniel VII, 8)

« Je regardais, et voici que cette corne faisait la guerre contre les saints et avait l’avantage sur eux » (Daniel VII, 21)

     Beaucoup plus tard, l’Apocalypse de Saint Jean confirme cette guerre contre les saints ainsi que son avantage sur eux.

« Il lui fut donnée (à la bête (1) le pouvoir de faire la guerre aux saints, et de les vaincre ; et la puissance lui fut donnée sur toute tribu, sur tout peuple, sur toute langue et toute nation. » (Apocalypse XIII, 7)

     C’est ce que suggérait déjà l’ouverture du cinquième sceau de l’Apocalypse où ceux qui étaient déjà morts martyrs, depuis l’origine de l’Eglise doivent « demeurer encore en repos » avant que Dieu tire vengeance du sang versé par ses martyrs de la foi :  

« Et lorsqu’il eut ouvert le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été tués pour la parole de Dieu, et pour le témoignage qu’ils avaient rendu (…) Et il leur fut donné à chacun une robe blanche, et il leur fut dit de demeurer encore un peu de temps en repos, jusqu’à ce que fût complété le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux. » (VI, 9-11)

     Les meilleurs interprètes de l’Eglise – Saint Irénée de Lyon, Théodore, Lactance, Saint Jérôme, Cornelius a Lapide, etc. – ont interprété « la croissance de cette petite corne » comme une figure de l’Antéchrist. Rappelons que dans la Bible la « corne » est un symbole de force et de puissance. Ce suppôt de Satan est appelé à devenir, pour un court espace de temps, le maître du monde car, comme l’indique l’Apocalypse, sa puissance s’exercera « sur toute tribu, sur tout peuple, sur toute langue et toute nation. » (XIII, 7)

     Cette petite corne (l’Antéchrist) veut l’adoration et la domination mondiales. Il livrera donc une guerre totale contre les saints car, à cette époque, ils seront les seuls à ne pas s’être laissés subjugués par ses artifices. Il mettra tout en œuvre, comme le dit l’Apocalypse,  pour les « vaincre » car rien ne devra lui résister pour qu’il puisse exercer une puissance totale sur le monde, et étendre son emprise « sur toute tribu, sur tout peuple, sur toute langue et toute nation. » jusqu’au temps marqué par Dieu.

     Fort de cette information, écoutons cet avertissement solennel de Dieu :

« Si quelqu’un à des oreilles, qu’il entende. Celui qui aura conduit en captivité, s’en ira en captivité ; celui qui aura tué avec l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée. » (Apocalypse XIII, 9-10)

     A l’époque de l’Antéchrist, il n’y aura pas d’autre alternative pour les hommes que d’être captifs de ses faux enseignements en étant ses adeptes, soit en apostasiant, soit après résistance, ou d’être tué en le combattant. Quant aux saints, Dieu lui a donné la permission de les « vaincre ».

     Voici le commentaire du Vénérable Barthélémy Holzhauser, sans doute la meilleure interprétation de l’Apocalypse faite dans le jeûne et la prière.

« Mener en captivité et tuer par le glaive est le propre des soldats et des guerriers. Le sens de ces paroles est donc : Tout roi, tout prince ou tout peuple chrétien qui voudra résister à la bête par la force des armes, succombera, sera tué ou conduit en captivité. La fin du monde (2) étant très rapprochée en ces temps-là, Dieu permettra que tous ses saints et courageux soldats qui combattront pour la justice et la vérité, soient vaincus et immolés comme des victimes, pour combler le nombre des martyrs. Ainsi donc, dans ces jours de douleur, il n’y aura nulle puissance et nulle victoire à espérer, si ce n’est la plus belle de toutes les victoires, le triomphe du martyre. Car nulle armée ne pourra faire face à celle de la bête (…) »       

     Autrement dit, Notre-Seigneur nous prévient que cette « petite corne » doit « vaincre les saints ». Elle les vaincra soit par l’apostasie, soit par le martyre. Les chrétiens persécutés en ces temps, précédant la fin du monde, devront prendre patience, et accepter le sort que la Providence de Dieu leur a destiné, non parce qu’ils ne plaisent point à Dieu, mais pour que nous comprenions bien quelles sont les vertus qui sont en jeu dans cet avertissement solennel :

« C’est ici qu’est la patience et la foi des saints. » (Fin du verset 10)

     Qui sont ces saints ? Ce sont des hommes justes et pieux qui résisteront à cette « petite corne » (l’Antéchrist), à ses faux prophètes et à ses faux apôtres, en conservant la patience qui permet d’endurer dans la souffrance, et la foi en prêchant et confessant le nom de Jésus-Christ. Ces deux vertus que nous devons cultiver dès à présent, si ce n’est pas encore fait. Contrairement aux apparences, le Christ a vaincu ses ennemis, le démon et Satan par sa mort. De même, ces hommes justes et pieux qui mourront dans la fidélité recevront leur « récompense » car cette épreuve aura un épilogue heureux pour les saints comme le prophète Daniel l’atteste en disant :

 « Jusqu’à ce que l’Ancien des jours (Dieu) vint et donna le jugement aux saints du Très-Haut ; et le temps arriva où les saints obtinrent la récompense» (Daniel VII, 22)

     Ce sera donc une épreuve redoutable pour la foi, un temps de grande détresse et de grande apostasie. C’est avec la permission de Dieu que l’Antéchrist pourra déclencher sa persécution visant à exterminer les chrétiens, car personne ne pourrait entreprendre une guerre contre l’Eglise contre sa volonté.

« En ce temps-là, Michel, le grand prince, s’élèvera, lui qui protège les enfants de ton peuple ; et il viendra un temps tel qu’il n’y en a pas eu depuis que les peuples ont commencé à exister jusqu’à ce jour. En ce temps-là, quiconque, parmi ton peuple, sera écrit dans le livre, sera sauvé. » Daniel XII, 1)

     Après avoir enduré l’épreuve et les malheurs annoncés, le prophète Daniel fortifie les saints qui auront subi le martyre par ces paroles de grande consolation, car leur récompense sera le salut éternel pour avoir mérité d’être inscrit dans le « Livre de vie » par leur patience et leur foi dans la confrontation avec l’épreuve.

CHÂTIMENTS POUR LES IMPIES ET LES APOSTATS

     Comme nous l’enseigne la Bible, les impiétés, les iniquités et les apostasies ont toujours été sévèrement sanctionnées par Dieu. Celles qui règnent présentement dans le monde donnent une idée de celles qui seront à l’œuvre à l’époque de l’Antéchrist. Toutes les écluses ouvertes à la violence, à la corruption et à l’immoralité doivent atteindre un paroxysme, car il faut que l’iniquité soit à son comble, comme l’a caractérisée Notre-Seigneur dans sa prophétie sur son second avènement, en évoquant « les graves péchés des hommes » lors du déluge universel aux jours de Noé :

« Mais Dieu, voyant que la malice des hommes qui vivaient sur la terre était extrême et que toutes les pensées de leur cœur étaient en tout temps appliquées au mal, (…) Or la terre était corrompue devant Dieu, et remplie d’iniquité (…) j’ai résolu de faire périr tous les hommes. Ils ont rempli la terre d’iniquité, et je les exterminerai avec la terre. » 

(Genèse VI, 5,11,13)

« Et comme il est arrivé aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il aux jours du Fils de l’Homme. Les hommes mangeaient, et donnaient leurs filles en mariage, jusqu’au jour ou Noé entra dans l’arche ; et alors le déluge vint, et les fit tous périr.» (St Luc XVII, 26-27)

     Et « les abominations sodomites » lors de la ruine de Sodome et Gomorrhe, par le feu et le soufre.

« Car nous allons détruire ce lieu, car le cri des abominations de ces peuples s’est élevé de plus en plus devant le Seigneur, et il nous a envoyé pour les perdre. » Genèse XIX, 23)

« Et comme il est arrivé encore aux jours de Lot : les hommes mangeaient et buvaient, achetaient et vendaient, plantaient et bâtissaient ; mais le jour ou Lot sortie de Sodome, il tomba du ciel une pluie de feu et de soufre, qui les fit tous périr. Il en sera de même le jour ou le Fils de l’homme sera révélé. » (St Luc XVII, 28-30)

     Tels sont les ingrédients « malice extrême, pensées appliquées au mal, corruption, iniquité, immoralité » qui déterminèrent Dieu à provoquer le déluge et à anéantir l’humanité à l’exception de Noé (le juste), sa femme et ses enfants, et à sauver Lot et sa famille des abominations de Sodome et Gomorrhe. Quant à notre époque, elle ne vaut pas mieux : il est urgent d’opérer un retour sincère vers Dieu.

     Notre-Seigneur en évoquant ces deux destructions exemplaires y apportent un complément d’informations en mettant en évidence l’insouciance, l’effet de surprise et d’impréparation des impies et des apostats trop accaparés par la satisfaction de leurs affaires matérielles, leurs désirs et plaisirs temporels. Nous retrouvons cela de nos jours caractérisés par une recherche et une frénésie de possessions matérielles, de jeux et de plaisirs en tous genres. 

     Chacun est libre de ses choix mais, en l’état, il est inutile de se lancer dans des mouvements de masse, de pétitions ou d’appeler à la Révolution pour tenter de résoudre les problèmes. Le faire, c’est ne pas avoir encore compris que depuis la révolte contre Dieu de la Fille aînée de l’Eglise, en 1789, nous vivons une époque de châtiments qui vont crescendo, avec répercussions planétaires. Désormais, le mal étant trop avancé, ces problèmes ne peuvent se résoudre par des moyens naturalistes, ou par l’escroquerie morale et intellectuelle qu’est le suffrage universel, qu’elles que soient les bonnes intentions de ceux qui les mettent en avant. Ils ne se résoudront, pour le temps situé avant la venue de l’Antéchrist, à titre individuel et collectif, que par la conversion, la prière, la pénitence et les moyens surnaturels que la Providence de Dieu à prévus : les gras de la note 1 ci-dessous. Toute autre initiative est illusoire, une voie de garage pour une nouvelle et grosse désillusion.

(A suivre…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) La bête de l’Apocalypse comme la « petite corne » de la prophétie de Daniel étant identifiées par les meilleurs interprètes de l’Eglise comme étant l’Antéchrist, ce qu’on peut dire, dès maintenant, c’est de ne pas se laisser troubler par certaines affirmations sur Youtube, ou ailleurs, de son apparition en 2017. Même M. Macron est évoqué pour ce rôle !!! Ces prédictions sont aussi farfelues que celles annonçant la fin du monde en 2012. Elles sont fondées sur un amalgame de prophéties chrétiennes, pseudo-chrétiennes ou totalement étrangères au christianisme et, pour la plupart, extraites d’auteurs gnostiques ennemis de l’Eglise catholique. Au-delà des catastrophes certaines que vit, et doit encore vivre l’humanité, ces interprétations datées anticipent sa venue, la fixant pour le temps présent, au détriment d’événements pas encore réalisés tels que : la conversion de la Russie au Cœur immaculé de la Sainte Vierge (prophétie de Fatima), la venue d’un avant-coureur (ou précurseur) de l’Antéchrist – comme le Christ eut un précurseur pour annoncer sa venue, en la personne de Saint Jean Baptiste) - et celle d’un Grand Monarque (3) et d’un Saint Pape (prophétie apocalyptique de la Salette) déjà annoncés tout au long de l’histoire par des saints, bien avant La Salette. Ces deux personnages inaugurant la sixième période de l’Eglise (Eglise de Philadelphie Apocalypse III, 3-11) (4) : courte période de restauration de l’Eglise préparant les âmes, avant la venue effective de l’Antéchrist, à subir l’assaut de sa cruelle persécution.

(2) En effet, le règne de l’Antéchrist sera très court selon la Bible (3 ans ½) il n’est donc pas nécessaire qu’il reste des témoins vivants pendant des centaines d’années pour bâtir l’Eglise puisque à cette époque, et sous ce règne, nous toucherons au terme de sa construction. C’est donc le martyre vécu par les saints éparpillés dans le monde entier qui servira de témoignage et d’aide à la conversion, pour compléter l’Eglise avec les derniers élus de Dieu car, comme disait Tertullien, « le sang des martyrs est une semence de chrétiens ».

(3) Attention ! Il est probable que soit mise en œuvre une fausse restauration monarchique, qui risque de surprendre les nostalgiques d’une certaine royauté prenant son origine en dehors de celle prévue par les saints, ou de la filiation légitime. Si je suis monarchiste, ce n’est pas de n’importe quelle monarchie, sûrement pas d’une monarchie constitutionnelle, gnostique ou surgissant des délires de Rennes le Château, mais d’une monarchie catholique avec un roi selon le cœur de Dieu, défendant l’honneur du Christ, de sa Sainte Mère et de l’Eglise contre ses ennemis, et ils sont nombreux jusqu’à l’intérieur même du catholicisme.

(4) Eglise de Philadelphie caractérisée, selon l’étymologie du mot, par l’amour des frères ou la réconciliation du sacerdoce et du laïcat.

images 1.jpg

image 2.jpg

Les commentaires sont fermés.