Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2017

Ennemis de tous les hommes - 1

Paroles sans équivoque de Saint Paul sur l’esprit qui anime les Juifs influencés par l’enseignement anti-christ des pharisiens depuis l’origine du christianisme. Cette haine meurtrière contre Jésus et ses disciples s’est poursuivie, dans le cours de l’histoire, sous la conduite du faux judaïsme des rabbins nourris de traditions pharisiennes lesquelles sont consignées dans le Talmud…

 


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Agapit

(Pape  536)

 

ENNEMIS DE TOUS LES HOMMES

 

« Car, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Eglises de Dieu, qui, en Judée, sont à Jésus-Christ, puisque vous avez souffert, vous aussi, de la part de vos concitoyens, les mêmes choses qu’elles ont souffertes aussi de la part des Juifs, qui ont même tué le Seigneur Jésus, et les prophètes, et qui nous ont persécutés à notre tour ; qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes»

 (I Thessaloniciens II, 14-15)

1789, Antisémitisme, Antéchrist, chrétienté, Christianisme, cœur, communisme, crime contre l’humanité, crucifixion, déicide, dialogue, Ennemis de l’Eglise, foi catholique, grands ancêtres, hérésies, histoire de France, iniquité, Israël, Jésus-Christ, judaïsme, judas, Judée, judéo-maçonnique, juifs, justice, kabbaliste, libéralisme, liberté égalité fraternité, Mahomet, média, mondialistes, mort, musulmans, œcuménisme, opinion publique, Pétain, pharisiens, prophètes, rabbins, raciste, révolutionnaire, Saint-Esprit, serpents, socialisme, Sodome, suffrage universel, talmud, télévision, théorie du complot, vipères                Paroles sans équivoque de Saint Paul sur l’esprit qui anime les Juifs influencés par l’enseignement anti-christ des pharisiens depuis l’origine du christianisme. Cette haine meurtrière contre Jésus et ses disciples s’est poursuivie, dans le cours de l’histoire, sous la conduite du faux judaïsme des rabbins nourris de traditions pharisiennes lesquelles sont consignées dans le Talmud. Ils continuèrent, à travers les siècles, l’œuvre de calomnies contre le Christ et sa Sainte Mère, et de persécutions contre les chrétiens.

     Ces paroles de Saint Paul disqualifient l’attitude complaisante, voire justificatrice d’un certain clergé et de bon nombre de laïcs catholiques bisounours, envers les ennemis de l’Eglise, mais griffes acérées, voire mépris, contre ceux qui refusent ce faux dialogue œcuménique, destructeur avéré de la foi catholique traditionnelle. Ces paroissiens qui, pour complaire, se contorsionnent en tous sens pour tenter de disculper les Juifs du meurtre de Jésus-Christ, au mépris des textes inspirés affirmant et désignant, sous la garantie du Saint-Esprit, les vrais coupables de ce meurtre et, ce faisant, compte tenu de la nature et de la dignité de la Personne mise à mort, ce qui constitue, non seulement un déicide, mais aussi un crime contre l’humanité commis en sa personne la plus parfaite et la plus représentative. Que les Juifs soient responsables, Saint Pierre ne dira pas autre chose :

« Que toute la maison d’Israël sache donc très certainement que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié. » (Actes II, 36 ; IV, 10)

     Ainsi, le texte inspiré, par un double témoignage, celui de l’Apôtre des nations, et celui du premier Pape, Saint Pierre, nous présente, sans équivoque possible, les Juifs comme « ennemis de tous les hommes » et responsables « de la crucifixion et du meurtre de Jésus »  Ce sont des paroles fortes, voire dures, mais ce sont celles du Saint-Esprit. Or qu’est-ce qu’un ennemi ? C’est quelqu’un qui cherche à vous nuire, vous veut du mal. Comment le fait-il ? Lui-même, si cela lui est possible, ou selon les circonstances politiques plus ou moins favorables offertes par le lieu, l’espace et le temps. Malheur, donc, aux peuples qui finissent par tomber sous sa domination en lui accordant des droits régaliens, car il deviendra votre juge et votre maître sans égard à l’hospitalité que vous lui avez accordé lors de sa déchéance !

     La question est donc : Saint Paul et Saint Pierre exagèrent-t-ils ? Serait-ce pure calomnie de leur part ? L’histoire profane et religieuse confirme-t-elle une telle accusation ? Tel sera le but des articles qui constitueront ce sujet.

     En écrivant ce texte et ce qui suivra, pour que tout soit bien clair à l’intention des histrions patentés prêts à hurler en chœur, et comme des imbéciles, à l’antisémitisme et au racisme, commençons par dire, cela va de soi mais ça ira mieux en le disant :

 1 - Je m’inscris en faux contre ceux qui utiliseraient mes écrits pour inciter à la haine contre les Juifs. Je ne mange pas de ce pain-là ! Je m’en suis déjà expliqué par ailleurs. Le journalisme papier ou télévision ressemblant, de plus en plus, à un métier de prostitués, en étant, d’une part, aux mains de fortunes juives et tributaires des subventions de l’Etat judéo-maçonnique et, d’autre part, soucieux d’assurer la gamelle, ils ne peuvent être que silencieux, complaisants ou laudateurs à leur égard. Agir autrement pointerait vers la porte ou la disette économique. Comme je n’attends rien sur cette question de la presse officielle et des grands média, à part leur soporifique et stupide « Théorie du complot » (1) mon but est de montrer, afin que l’histoire ne soit pas continuellement à charge contre les chrétiens, ce qu’ils ont fait dans la chrétienté comme à l’extérieur, par l’enseignement dispensé par leurs rabbins déicides et leurs successeurs.

     Histoire juive qui est loin d’être glorieuse à bien des égards, afin que, faisant leur propre introspection, ils finissent, peut-être, par tirer la conclusion qu’ils ont souvent été, eux-mêmes, ou par les manigances intéressées de leurs élites, les détonateurs des incompréhensions et persécutions subies, étant formatés pendant des siècles religieusement et civilement par des rabbins s’appuyant sur un odieux enseignement talmudique qui érige le vice et le meurtre en vertus, et les applications qu’ils en firent dans leur vie au sein des nations. Des rabbins tout aussi aveugles et hypocrites qu’à l’époque de Jésus-Christ avec comme conséquence pour les Juifs, à terme, d’adorer l’Antéchrist en prenant sa venue pour celle du Christ. Juste châtiment de leur séculaire iniquité. Des rabbins rétrogradés au rang de laïcs, mais qui, aujourd’hui, méritent tout autant que leurs pères spirituels du premier siècle, les apostrophes sévères de Jésus « Serpents, races de vipères. » (St Matthieu XXIII, 33) car, par la judaïsation de l’esprit chrétien consécutive à la propagation de vos enseignements antichrétiens « vous faites de lui un fils de la géhenne deux fois pire que vous » (St Matthieu XXX, 15)

     2 -Je m’inscris en faux contre les crétins (Comment les appeler autrement ?) qui n’ont que le mot antisémite ou raciste à prononcer dès qu’il s’agit de propos raisonnés mais jugés déplaisants sur les Juifs. Ces mots sont utilisés en sachant bien l’effet produit sur des esprits façonnés par des média aux ordres, et valant condamnation dans l’opinion publique. Je conçois que ces vocables sont moins contraignants et beaucoup moins douloureux que d’examiner ses propres actes dans le cours de l’histoire, et, beaucoup plus profitable et gratifiant pour noircir continuellement les autres, en falsifiant l’histoire si besoin, sans toutefois oublier : « on peut tromper tout le monde, un certain temps, et certains, tout le temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps ! »

     L’homme intelligent s’efforce de convaincre les contradicteurs et les dubitatifs par des arguments décisifs. Il ne récuse pas les documents présentés sans un examen sérieux, les démontant publiquement le cas échéant. Attitude intellectuellement beaucoup plus honnête que celle consistant à prouver sa raison en faisant voter des lois agrémentées de lourdes menaces et sanctions, pour interdire toute discussion sur tel ou tel sujet devenu tabou. Cette précision pour les adeptes intéressés de la chape de plomb ou de la poussière sous le tapis : ceux qui s’empressent d’ériger en dogmes des sujets relevant de la recherche historique qui sont toujours tributaires de nouveaux documents mis à jour, inexploités ou volontairement ignorés.

     Soyons sérieux ! Les Juifs seraient-ils si droits, si purs, que rien ne puissent leur être reprochés ? Qu’elle serait cette maladie mentale qui ferait des Juifs des intouchables ou n’auraient aucune casserole à leurs pieds ? Dire cela à un cheval de bois c’est prendre le risque d’en recevoir une ruade ! Leur propre histoire témoigne du contraire. Non, ils ne sont pas purs parce qu’ils mangent casher car, comme le fait remarquer Jésus aux pharisiens hypocrites, ce n’est pas ce qui entre par la bouche qui souille un homme mais ce qui vient du cœur (St Matthieu VII, 21 ; XV, 17-18). Comme cela sera démontré en usant de leurs propres écrits, en examinant le Juif sous l’angle des propos du cœur, selon les préceptes qu’il a reçus, l’effet produit sera comme se coiffer avec un pétard.        

     N’oublions jamais que l’histoire de France est une histoire qui s’écrit et se lit dans la perspective révolutionnaire des instigateurs de 1789 : Les Francs-maçons, les Juifs et ceux qui leur firent allégeance. Les historiens qui pourraient apporter des éléments historiques de nature à modifier ou à nuancer certains faits sont ignorés : il ne faut pas porter atteinte aux ‘’Grands Ancêtres’’ ni au mythe fondateur de ce qui se révèle être la mise en branle programmée de l’entreprise de démolition et de subversion de la France et de l’Eglise catholique. Au besoin, même la justice se fera complice par omissions, voire par parti pris : les attendus de l’affaire Pétain, par exemple, sali à outrance par des spécialistes de la défiguration de l’histoire. C’est la même chose dans la recherche scientifique devenue dogmatique. Qui cela peut-il encore surprendre aujourd’hui ? 

     En système démocratique ou révolutionnaire, inutile de vous agiter en matière politique contre tel ou tel parti, en voulant ignorer les passerelles qui existent entre eux, car leurs dirigeants sont les disciples des géniteurs des diverses idéologies propagées par les divers mouvements politiques de gauche et de droite. Ces mouvements opposés sur la scène publique, sont cornaqués et orientés en sous-mains par des individus dont les finalités sont concordantes, celles de détruire la France moralement (c’est devenu Sodome, et même un peu plus) et politiquement, en la crantant sur un régime politique se voulant démocratique et revendiqué par tous les partis, sans exception, mais dont la constitution est hors, et à rebours, de la véritable nature constitutionnelle de la France.

     Dans un système démocratique et révolutionnaire l’imposture est de taille, car tous les projets et programmes présentés au Parlement, par les diverses composantes politiques, ont fait l’objet de réunions et de décisions préalables dans des groupes restreints, sous influence de noyaux dirigeants judéo-maçonniques et mondialistes. Ces décisions ayant comme objectif, selon le degré d’avancement de leur projet, de poser de nouveaux jalons destinées à lui faire franchir une nouvelle étape, en utilisant et articulant les différentes idéologies existantes, suscitées par la judéo-maçonnerie, et qu’elle contrôle : le libéralisme, le socialisme, le communisme, et sa mouture moderne le mondialisme cosmopolite.

     Ces diverses idéologies qui font la spécificité des partis politiques concourent, chacune à leur manière, tous appuyés sur les faux principes ‘’ liberté égalité fraternité’’ à maintenir un régime pompeusement appelé démocratique alors qu’en réalité, il n’est qu’une ébauche destinée à propulser vers son objectif final, avec l’aide des idiots utiles, de plus ou moins bonne foi, ce qui était contenu dans ses gènes : le mondialisme multiculturelle, à caractère totalitaire - ce à quoi nous assistons actuellement - sous domination théologique juive, c’est-à-dire le fruit d’une conception kabbaliste et talmudique. En l’état actuel de pourrissement spirituel et social, ce ne sont pas les partis politiques démocratiques et révolutionnaires, issus de ce bouillon de culture, qui rétabliront les choses : c’est Dieu, par ses moyens surnaturels qui, à son heure, réglera non seulement le problème politique, mais aussi la grave crise de l’Eglise catholique généré par l’ouverture au monde et le faux œcuménisme du Concile Vatican II.

(A suivre…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Malheureusement pour la France comme pour l’Eglise catholique ce n’est pas une théorie mais un fait, et ce, depuis bien longtemps.

images 1.jpg

image 2.jpg

Les commentaires sont fermés.