Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

12 certitudes sur l'Antéchrist : Certitude 2 et Ben Ezra

     Il est très important de bien comprendre qui sera l’Antéchrist car la subversion  est bien réelle sur ce personnage tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’Eglise…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Mathurin de Larchant

(Confesseur IVe siècle)

Et fête de tous les Saints

Mis sur blogue le 1er novembre 2017

ANTECHRIST – 5

 

12 CERTITUDES SUR L’ANTECHRIST - 2

CERTITUDE 2

1846,antéchrist,antichrists,athéisme,ben ezra,blasphèmes,catholicisme,chrétiens apostats,compagnie de jésus,corps moral,corps mystique,corps social,désorientation diabolique,disciples,10 cornes,eglise catholique,enseignement,évêque,fausses doctrines,fiction,fils de perdition,fin des temps,homme de péché,gloire,idéologie,illusion,impies,interprétation,jésuites,jésus-christ,judéo-gnostique,juifs,la salette,laodicée,messie,mythe,orgueil,palestine,pères de l’eglise,persécution,philosémites,prophète daniel,révélation,sainte vierge,saints,secte,7 têtes,sionisme,subversion,tribu de dan     Il est très important de bien comprendre qui sera l’Antéchrist car la subversion  est bien réelle à son sujet tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’Eglise.

     L’Antéchrist sera un homme, un individu

     Cet article sera un complément à « Les noms de l’Antéchrist » http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2017/03/29/les-noms-de-l-antechrist-5926786.html où fut déjà traitée cette question.

     Si on dresse le catalogue des possibles interprétations sur l’Antéchrist on obtient : C’est une fiction, un mythe, une idéologie universelle, une secte, un ensemble de fausses doctrines, un milieu professant l’athéisme, une époque de persécution, un groupe d’impies, un corps moral, un corps social.

     Il est vrai que l’Antéchrist apparaîtra à une époque qui sera grosse de certaines de ces diverses affirmations et comportements, une époque de désorientation diabolique, et qu’il sera en lien avec les agissements des sectes impies. Cependant, aucune de ces interprétations ne seraient en accord avec l’enseignement des Pères de l’Eglise qui tenaient l’enseignement d’un Antéchrist personnel des premiers disciples de Jésus et de leurs confidents. Pas plus en accord avec celui des Saints (1) qui le font venir de la tribu juive de Dan, et de celle de la Sainte Vierge à la Salette (1846) le faisant naitre d’une religieuse hébraïque et d’un évêque. Il s’agira donc, non d’un corps moral ou d’un corps social, mais bien d’un homme, une réalité individuelle, une personne que Saint Paul appellera : fils de perdition, homme de péché.

     Quant au prophète Daniel et à Saint Jean parlant de cette « corne » (l’Antéchrist) ils lui attribueront certains composants, au singulier et pluriel, « bouche, yeux » qui sont les caractères propres et spécifiques d’un individu, et non ceux d’un groupe humain ou d’un corps social. De plus, le pouvoir qu’elle exerce n’est pas celui d’une multitude, mais celui dictatorial d’un seul s’exerçant sur toutes nations, peuples, tribus, langues, etc.

« Je voulus m’enquérir aussi des dix cornes qu’elle (la bête) avait sur la tête, et de l’autre qui était sortie et devant laquelle trois de ces cornes étaient tombées, et de cette corne qui avait des yeux et une bouche proférant de grandes choses, et qui était plus grande que les autres. » (Daniel VII, 20)

« Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles orgueilleuses et des blasphèmes ; et le pouvoir lui fut donné d’agir pendant quarante-deux mois. » (Apocalypse XIII, 5)

     Ceci étant, on s’intéressera dans cet article à une interprétation sur l’Antéchrist qui circule dans l’Eglise catholique et sur Internet. Elle est portée par des philosémites et des partisans du sionisme, ou retour des Juifs en Palestine : celle de Ben Ezra sur la prophétie de Daniel dans son livre « La venue du Messie en gloire et en majesté. » 

QUI EST BEN EZRA ? Son vrai nom : Manuel de Lacunza y Diaz (1731-1801)

     Il était le fils d’un commerçant juif devenu Jésuite on ne sait trop comment. En effet, les Constitutions des Pères jésuites interdisaient l’entrée dans la Compagnie de Jésus des convertis venus du judaïsme. Ils étaient prudents à l’époque.

     Pour lui, l’Antéchrist c’est la bête de l’apocalypse avec ses 7 têtes et 10 cornes  réunies en un seul corps, animé d’un même esprit et  composées d’une multitude de personnes. Les cornes n’étant que les armes de la bête, et si  Daniel désigne la « corne » en plus des 10 autres cornes, c’est que la bête de servira d’elle plus que les autres.

     Il enseigne qu’à son époque, le XVIIIe siècle :

« La condition présente du monde, l’état de l’Eglise de Jésus-Christ qui est celui de Laodicée, ni froide, ni bouillante, sont autant d’avertissements, autant d’urgents appels aux ministres de l’Eglise à secouer leur indifférence, à ouvrir les yeux, à prendre conscience de la gravité des temps. »

     Ainsi, à moins d’avoir pris ses distances avec lui, pour Ben Ezra et ses partisans et ceux qui le promotionnent aujourd’hui, nous serions depuis plus de deux siècles à l’époque de l’Eglise de Laodicée, c’est-à-dire à la fin des temps.

     Il enseigne donc que l’Antéchrist n’est pas une personne mais un corps moral composé d’une multitude d’individus. Interprétation qu’il appuie sur St Jean IV, 3. Par cette exégèse il confond l’Antéchrist (personne) avec tous les antichrists qui formeront, à terme, la Bête de l’Apocalypse c’est-à-dire le corps mystique de l’Antéchrist composé des ouvriers d’iniquité de toutes les époques. Comme si on confondait le Christ qui est la tête de l’Eglise, avec son corps mystique (l’Eglise) composé de tous les justes manifestés au cours des âges. Débarquant au XVIIIe siècle, Ben Ezra s’inscrit donc en faux contre l’enseignement traditionnel des Pères de l’Eglise et des saints.

     Or, les Concile de Trente (1545-1563) et de Vatican I (1869-1870) déclarent expressément en ce qui concerne l’interprétation de la sainte Ecriture :

« Il n’est permis à personne d’interpréter l’Ecriture Sainte contrairement au sens que tient notre sainte mère l’Eglise ou au sentiment unanime des Pères » (Denzinger 786)

     Partout où se retrouve la publicité pour Ben Ezra se révèle une influence judéo-gnostique - ou une personne de bonne foi placée sous cette influence - et, par là-même, une infiltration ennemie dans le catholicisme. Pour quel tragique résultat s’opposer ainsi à l’enseignement traditionnel de l’Eglise ?

     Dissoudre l’Antéchrist (personne) dans les antichrists de toutes les époques, c’est faire de lui rien de plus qu’un corps moral ou social se formant au cours des âges. C’est aussi enseigner, l’Antéchrist véritable étant dissous dans le corps mystique formé par la masse séculaire des antichrists, cette erreur théologique grave et funeste, pour les Juifs comme pour les chrétiens apostats, qui consistera à prendre, à la fin des temps, la venue de l’Antéchrist (2) pour celle du Christ qui viendra – après lui - pour détruire ses œuvres iniques.

     En voulant, par orgueil, s’éloigner de l’interprétation de l’Eglise, Ben Ezra tombe dans l’erreur et travaille à une diabolique illusion.

     Pour terminer cette deuxième certitude, rappelons que l’œuvre de Ben Ezra fut mise à l’Index par un décret du 6 septembre 1824.

(A suivre…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) C’est-à-dire, les Saints Irénée, Jérôme, Augustin, Grégoire le Grand, etc.

(2) Appelé Antéchrist par l’Eglise, et pas antichrist bien qu’’il le soit évidemment, car venant avant le retour du Christ.

images 1.jpg

image 2.jpg

Les commentaires sont fermés.