Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2018

Acte : Nature et espèces

Après l’article précédent sur la puissance, examinons l’acte dans sa nature et ses espèces. Le mot acte possède différents sens…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Eustache

(Abbé de Luxeuil 617)

 

ONTOLOGIE

 

THESE 1

 

ACTE : NATURE ET ESPECES

 

acte accidentel, acte essentiel, acte imparfait, acte pur, actif, changement, connaissance, création, devenir, Dieu, espèces, essence, essentiel, êtres crées, existence, faculté, fer, germination, intelligence, intervention, matière, mélange, métaphysique, mort, mouvement, nature, néant, objet, opération, ordre réel, parfait, passage, passif, perfectionnement, possibilité, principe, principes premiers, propriété, puissance, récipient, saint Benoît, salade, science, semence, substance, vase     Après l’article précédent sur la puissance, examinons l’acte dans sa nature et ses espèces.

NATURE DE L’ACTE

     Le mot acte possède différents sens :

- Sens vulgaire : il désigne l’opération effectuée proprement dite : faire quelque chose.

- Sens strict : il désigne ce par quoi l’être se détermine et devient plus parfait. Être en acte, c’est donc avoir une existence complète, tandis qu’être en puissance, c’est n’avoir qu’une existence incomplète, imparfaite, et comme enveloppée dans des causes actives ou passives. Le passage de la puissance réelle à l’acte est appelée mouvement de l’être. Au contraire, le passage du néant ou de la pure possibilité à l’existence ce nomme création.

- Au sens large ou métaphysique » : il signifie l’existence, et s’oppose à la pure possibilité (puissance) dont il est comme une perfection.

ESPECES D’ACTE

     Examinées selon trois points de vue différents :

1Au point de vue de sa nature, l’acte est double : l’existence et l’essence sont des actes. Soit il range la substance même dans telle ou telle espèce, et alors on le nomme essentiel ; tel est le principe en vertu duquel une matière se trouve être du fer et non de l’or ; ou bien il donne à l’objet un perfectionnement accidentel ; comme par exemple, la science dans un homme savant ; et dans ce cas, on est en présence d’une propriété, d’un accident ou mode : c’est l’acte accidentel.

2Au point de vue de l’ordre, l’acte est premier ou second, selon qu’il est conçu comme existant le premier ou le second dans l’être. Ainsi dans l’ordre réel, non pas toutefois dans l’ordre de la connaissance, l’opération est un acte second par rapport à la faculté d’où elle procède.

3Au point de vue de la perfection, on distincte l’acte pur et l’acte imparfait. L’un est sans mélange, l’autre est mélangé de puissance. L’acte pur c’est Dieu. Quant aux êtres créés, ils passent de la puissance à l’acte ou de l’acte à la puissance : ce ne sont donc jamais des actes purs. Notre intelligence, en étudiant, en fournit un exemple.

     En définitive, comme l’énonce la première thèse thomiste :

« La puissance et l’acte divisent l’être de telle sorte que tout ce qui est ou bien soit acte pur ou bien soit composé nécessairement de puissance et d’acte comme principes premiers et intrinsèques. » (Somme théologique, I pars, q. 77, article 1)   

     Par exemple : J’ai un vase, il est, il existe. Il est en acte car il est réalisé en tant que récipient ; mais il est vide : il n’est pas plein. A ce stade, n’étant pas ‘’plein’’ il est en puissance de le devenir. Si je verse du liquide dans ce vase, il sera plein en acte.

     De vide à plein, c’est un changement, ou un mouvement, du passage de la puissance à l’acte. Dans cet exemple, le passage est passif puisqu’il y a une intervention extérieure à l’objet : la mienne. Dans le cas de la germination d’une semence de salade, le passage sera actif.

(A suivre…« Rapports de l’acte et de la puissance »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Mort en 542 selon Baronius. En 543 selon Léon d’Ostie et Rohrbacher

images 1.jpg

Les commentaires sont fermés.