Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2018

Les Sept Anges Assistants auprès du trône de Dieu

     Avant de quitter la première hiérarchie angélique, il nous paraît nécessaire de dire un mot des Sept Anges Assistants au trône de Dieu, dont il est parlé dans l’un et l’autre Testament...


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Ethelwode

(Evêque de Winchester 984)

Mis sur blogue le 1er août 2018

CHAPITRE XI

 

LES SEPT ANGES ASSISTANTS AUPRES DU TRÔNE DE DIEU

 

apôtres, archanges, anges gardiens, charité, cité du bien, causes secondes, damnation, diacres, diocèse, dominations, dons du Saint-Esprit, Eglise militante, Eglise triomphante, espérance, évêque, foi, force, gouvernement, hiérarchie angélique, histoire de l’Eglise, juifs, justice, manteau de lumière, martyrs, monde moral, monde physique, péchés capitaux, philosophes, principautés, prudence, révolutions, rois, saints, salut éternel, Satan, sept démons, sept Eglises, sept Esprits, septénaire, souverain pontife, tempérance, tradition catholique, trône de Dieu, univers matériel, vertus cardinales, vertus morales, vertus théologales, vie éternelle, volontés       Articulation de ce chapitre :    

- Les sept anges assistants au trône de Dieu.

- Ils sont les suprêmes gouverneurs du monde.

- Preuves : Culte que l’Eglise leur rend.

- Histoire de l’Eglise de Sainte Marie des Anges, à Rome, dédiée en son honneur.

- Fonctions des Dominations – Des principautés. – Des puissances.

- Fonctions des Vertus. – Des Archanges. – Anges gardiens.

- Preuves et détails.

     Avant de quitter la première hiérarchie angélique, il nous paraît nécessaire de dire un mot des Sept Anges Assistants au trône de Dieu, dont il est parlé dans l’un et l’autre Testament. « Je suis Raphaël, un des sept Anges qui nous tenons debout devant Dieu (…) » disait Raphaël à Tobie (1). « Jean, aux sept Eglises qui sont en Asie. Grâce à vous et paix de la part de Celui qui est, et qui était, et qui doit venir, et de la part des sept Esprits qui sont en présence de son Trône » écrivait le disciple bien-aimé. (2) 

     Fidèle interprète des enseignements divins, la tradition catholique vénère, en effet, sept Anges plus beaux, plus grands, plus puissants que tous les autres, qui entourent le Trône de Dieu, toujours prêts à exécuter, soit par eux-mêmes, soit par d’autres, ses volontés souveraines (3). Afin de la confirmer, le Roi des Anges s’est plu souvent à se montrer aux saints et aux martyrs, environné de ces sept Princes éblouissants de splendeur. Ainsi il apparut au commandant de la première cohorte prétorienne, saint Sébastien, pour l’animer au combat du martyre ; et, comme gage de victoire, le fit revêtir par ces Sept Anges d’un manteau de lumière. (4) 

     Commune aux juifs, aux philosophes et aux théologiens, une autre tradition attribue à ces sept Anges le gouvernement suprême du monde physique et du monde moral. En cela, ils sont semblables aux ministres des rois, dont la vie semble inactive, parce qu’elle s’écoule dans le voisinage du Trône ; mais qui, en réalité, est l’âme de tous les mouvements de l’empire. Figurés, selon saint Jérôme, par le chandelier aux sept branches du tabernacle mosaïque, ils président aux sept grandes planètes, dont les révolutions, déterminent la marche de tous les rouages secondaires, dans la merveilleuse machine qu’on appelle l’univers matériel.

     Sous la même figure nous voyons ces sept Esprits présidant au monde moral. « De là vient, suivant la remarque d’un savant commentateur, la distribution septénaire, si fréquente dans les œuvres divines. Comme il y a dans le monde sept planètes et sept jours dans la semaine ; de même il y a dans l’Eglise sept dons du Saint-Esprit et sept vertus principales, auxquels président ces sept Anges supérieurs, afin de conduire par leur moyen les hommes à la vie éternelle. » (5)

     Ecoutons encore un autre théologien :

« Le nombre sept, qui désigne les sept grands Princes de la cour céleste, est un nombre précis ; car, lorsqu’on trouve dans l’Ecriture le même nombre, employé plusieurs fois dans différents endroits, surtout en matière d’histoire, la règle est de la prendre dans son acception mathématique. Il y a donc sept Anges supérieurs à tous les autres. Leurs fonctions spéciales sont de veiller aux sept dons du Saint-Esprit, afin de les obtenir, de nous les communiquer et de les faire fructifier ; de dompter, en vertu d’une force spéciale, les sept démons qui président aux sept péchés capitaux, de présider aux sept corps les plus brillants du firmament, de nous faire pratiquer les sept vertu nécessaires au salut, les trois théologales (6) et les quatre cardinales. » (7)

« Puisque, sous la direction de Satan, sept démons président aux sept péchés capitaux et, dans leur haine implacable de l’homme, ne négligent rien pour nous faire commettre ces péchés et nous entraîner à la damnation : pourquoi ne croirions-nous pas que, sous le grand Roi de la Cité du bien, sept Anges, choisis parmi les plus nobles, sont chargés de tenir tête à ces sept ennemis principaux, de nous mettre à couvert de leurs attaques et de nous faire pratiquer les vertus qui doivent assurer notre salut éternel ? L’attaque peut-elle être supérieure à la défense ? Et, s’il y a parmi les mauvais anges un accord pour perdre les hommes, pourquoi n’y en aurait-il pas un parmi les bons anges pour les sauver ? » (8)

     Héritière fidèle de ces hauts enseignements, l’Eglise a eu soin de les reproduire dans sa hiérarchie. Disons mieux, le divin fondateur de l’Eglise militante a voulu qu’elle offrît, dans sa hiérarchie, l’image de la hiérarchie de sa sœur, l’Eglise triomphante. Pourquoi voyons-nous les apôtres, dirigés par le Saint-Esprit, établir sept diacres et non pas six ou huit ? Pourquoi les premiers successeurs de saint Pierre créent-ils sept cardinaux-diacres ? Pourquoi ordonnent-ils que sept diacres assistants le souverain Pontife et même l’évêque, quand il pontifie ? Afin de rappeler les sept Anges assistants au Trône de Dieu.

« Ces sept diacres, dit un ancien auteur, étaient appelés les yeux de l’évêque, par lesquels il voyait tout ce qui se passait dans son diocèse. Or, Dieu est le premier et le plus grand des évêques. Son diocèse, c’est le monde. Il voit tout ce qui s’y passe au moyen de sept diacres angéliques. Non pas, à coup sûr, qu’il ait besoin des créatures, comme l’évêque à besoin de ses diacres, pour connaître toutes choses ; mais il s’en sert par la même raison qui lui fait employer les causes secondes au gouvernement de l’univers. Cette raison est d’honorer ses créatures. » (9)

(A suivre…si Dieu veut)

(1) Tobie XII, 5

(2) Apocalypse I, 4

(3) Clément d’Alexandrie, Stromates, livre VI.

(4 et 5) Cornelius a Lapide, in Apocalypse I, 4.

- C’est moi qui ajoute les notes 6 et 7.

(6) Vertus théologales : Foi, Espérance et Charité. Appelées ainsi car Dieu est leur objet direct.

(7) Vertus cardinales : Prudence, Justice, Force, Tempérance. Elles font parties des vertus morales. Appelées ainsi car, sous les vertus théologales, elles sont comme les gonds sur lesquels roulent toutes les autres vertus.

(8) Serarius, in Bibliam, c.XI ; Tob. Quaestiuncul. 3 , édit. In-folio; 1610

(9) Texte latin, Id., id.; et Cornelius a Lapide. Voir encore le savant traité de M. de Mirville, Pneumatologie des Esprits. Tome II, 352. Cet ouvrage, fruit d’une vaste érudition, contient des détails aussi intéressants que peu connus sur le monde angélique, bon et mauvais.

René Pellegrini

Les commentaires sont fermés.