Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2019

La morale juive talmudique - 5 : L'adultère

     Concernant l’adultère Moïse a dit, dans le dixième commandement de la Loi de Dieu, ce précepte formel qui atteint les pensées les plus profondes et pénètre (devrait pénétrer pour qui ce veut chrétien, ou ceux qui prétendent suivre la Loi de Moïse) jusqu’au tréfonds de l’âme…


PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Macaire d’Alexandrie

(Moine et Père du désert IVe siècle)

 

LA MORALE JUIVE TALMUDIQUE – 5 : L’ADULTERE

 

1791,adultère,âme,animaux,animosités,bétail,assassin,caïn,campagnes électorales,chrétien,citoyens,contre-révolution,décadence morale,démolition,descendance,détresse,dictature,diviser,droits politiques,éducation,ennemis,enseignement,esprit juif,exégèse,femme,france chrétienne,gilets jaunes,haine,hymne national,jésus-christ,judaïsme rabbinique,judéo-maçonnique,loi de dieu,mariage,mœurs,moïse,morale chrétienne,porc,pouvoir,prochain,prophètes,pureté,race supérieure,régner,république révolutionnaire,sang impur,synagogue fidèle,talmud,valls,vengeance     Concernant l’adultère Moïse a dit, dans le dixième commandement de la Loi de Dieu, ce précepte formel qui atteint les pensées les plus profondes et pénètre (devrait pénétrer pour qui ce veut chrétien, ou ceux qui prétendent suivre la Loi de Moïse) jusqu’au tréfonds de l’âme :

« Vous ne désirerez pas la femme de votre prochain. » (Deutéronome V, 21 ; Exode XX, 17)

     Mais qu’est-ce que « la femme du prochain » ? Pour l’esprit juif formé par le Talmud, sûrement pas la femme d’un non-Juif ! Alors, s’il en est ainsi :

« Il est permis d’abuser une femme non-juive ».

     Mais qui donc peut enseigner qu’il n’y aurait pas adultère dans ce cas ? Celui qui est surnommé l’aigle de la Synagogue rabbi Maïmonides (Jad Chaz, hilch Melachim)

     Mais aussi des savants docteurs tels que : rabbi Raschi, rabbi Bachaï, rabbi Levy ben Gerson et avec quels arguments ? Parce que les non-Juifs étant qu’une simple variété d’animaux, ils ne sauraient pratiquer validement le mariage qui est d’institution divine. Et ce sont des hommes formés pendant des générations par l’exégèse de tels abrutis qui se prennent pour des êtres supérieurs…surtout dans les vices.

    Ce n’est pas tout, qu’en est-il de la femme juive ? Elle n’est pas mieux traitée que la non-juive. En effet, voici l’enseignement du Talmud concernant la femme juive, à cet homme prétendument de race supérieure, le seul qui aie le droit d’être appelé homme :

« L’homme peut user de sa femme de telle façon qu’il lui plaît. Ce cas n’est nullement différent de celui qui achète du boucher un morceau de viande ; selon qu’il lui plaît, il le mange ou rôti, ou bouilli, ou cuit sur la braise. » (Traité Calla, traitant de la mariée et du devoir conjugal)

     Le niveau d’abjection est tel que la vraie animalité et le degré inférieur de l’humanité ne peuvent se retrouver que chez ceux qui proposent une telle conception de la femme. Pour justifier de tels propos ce sinistre individu se référera encore à la sentence d’un rabbin, à qui une femme se plaignait des habitudes sodomiques de son mari :

« Ma fille, je ne puis pas vous venir en aide, car la Loi vous a sacrifiée. » (Traité Nécarim, folio 20b, dans l’édition de Varsovie en 1964)

     On a envie de dire à ce fifrelin de l’enfer, non pas la Loi de Moïse, mais le délire satanique  de votre esprit tordu, de celui de vos rabbins et pères spirituels, que Jésus à sévèrement fustigés à son époque.

CONSEQUENCES POUR LA FRANCE :

     On comprend donc qu’un peuple, dont l’esprit a été façonné par un tel enseignement, vouant une haine implacable à tout enseignement exaltant et enseignant la pratique de la pureté chez l‘homme et chez la femme, manigancera pour que l’éducation délétère se propage à l’intérieur des nations qu’il vampirise, et que tout sera fait pour les inciter à corrompre leurs mœurs dès que les moyens éducatifs et gouvernementaux lui seront donnés pour le faire. C’est chose faite depuis les droits civils et politiques donnés aux Juifs en 1791, aidés dans leur entreprise de démolition de la morale chrétienne et de la France par leurs jumeaux dans la descendance de Caïn : les francs-maçons.

     Lorsque j’entends dire par ce renégat de Manuel Valls : « Juifs de France, sans vous la France n’est plus la France » il a raison à condition de savoir de quelle France il parle.

     Evidemment, ce n’est pas de la France chrétienne et catholique, mais la France judéo-maçonnique avec sa République révolutionnaire et sionisée qui en est la caricature la plus grotesque, avec son hymne national aux accents meurtriers et sanguinaires indignes d’un peuple chrétien nourri pendant treize siècles de l’enseignement et des exemples de Notre-Seigneur Jésus-Christ, mais en parfaite harmonie avec la mentalité révolutionnaire et celle de chrétiens apostats ou incohérents. Ce chant ignoble qui augure bien de la crédibilité des droits de l’homme sans Dieu, et que des hommes politiques chrétiens, et leur soutien, chantent à tue-tête lors des campagnes électorales. Est-il donc nécessaire, pour un esprit chrétien façonné par l’Evangile, d’entonner ce chant ignoble pour défendre sa patrie ? Surtout qu’avec ce tonitruant appel aux meurtres, force est de constater qu’on la défend de moins en moins moralement, culturellement, intellectuellement, socialement et politiquement jusqu’à pousser l’imbécillité jusqu’à remettre certaines clés régaliennes de la maison à des entités étrangères.

     Même les gilets jaunes (attelage mal assorti de désirs et orientations contradictoires) s’emparent de ce chant qui doit faire se marrer les planificateurs mondiaux de désordre et de coups tordus. Ce chant haineux qui ne leur est pas étranger car il est de nature à exacerber et à exalter les révolutions dont ils sont toujours, par influence, par participation ou par financement, les inspirateurs et les maîtres d’œuvre et qui, en France, de génération en génération, entretien et fait avancer les intérêts de ses ennemis, et reculer ceux des gens pauvres et des classes moyennes. Ce chant révolutionnaire qui, loin de régler les vrais problèmes des gilets jaunes et des autres, perpétuera et entretiendra ce qu’il a déjà produit par le passé : les animosités, les rancoeurs, les désirs de vengeance, les divisions entre citoyens, en définitive le fameux diviser pour régner qui est le meilleur terreau sur lequel puisse s’appuyer ceux qui travaillent pour parvenir à la dictature, ou à la consolider, non seulement française (déjà à l’œuvre par la censure opérée par les dogmes laïcs, et une presse écrite et audiovisuelle écoeurantes), mais aussi mondiale.

     A MEDITER : Vous criez sur Macron qui n’est qu’une potiche remplaçable par une autre potiche que vous élirez, comme toujours, en exultant et en faisant le V de la victoire, tout en la conspuant peu après, à moins de sombrer dans l’anarchie et le désordre permanent qui affaiblira encore plus votre pays contre les menaces intérieures et extérieures. Vous organisez des blocages ici ou là perturbant la vie de ceux qui ne sont pas forcément ou guère mieux lotis que vous, mais la famille Rothschild, à l’origine de bien des malheurs anciens et actuels de la France, a traversé plusieurs siècles et tous les régimes politiques en s’enrichissant toujours plus en biens matériels et financiers, sans être inquiétée outre mesure ou à pâtir de vos décisions. Moralité de l’histoire : on braille après les oligarchies et les dynasties financières mais la France des gilets jaunes (pas tous pauvres) met dans les difficultés d’autres pauvres ou guère plus riches qu’eux.

     Prôner la Révolution c’est faire le jeu des ennemis de la France, de ceux qui, grâce à elle, nous (vous) en sucés et qui nous (vous) sucent encore le sang jusqu’à la moelle. Au contraire, c’est la Contre-révolution qui permettrait de sortir notre pays de sa détresse. Mais celle-ci est d’une toute autre nature (1) et nécessite autre chose que des vociférations, des grossièretés à la pelle, des obscénités et des cris de haine contre ceux qui ne nous plaisent pas. Dans cette affaire, M. Macron et ses ministres n’étant, comme ceux qui l’ont précédé, comme ceux qui viendront après, que les agents d’exécution en CDD des vrais détenteurs du pouvoir.

     Soyez honnête : il n’est, en définitive, avec ses devanciers, que la manifestation de votre manque de discernement délaissé au profit des promesses matérielles, des plaisirs et des jeux alors que « l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (St Matthieu IV, 4) et, par voie de conséquence, comme retombée de ce choix malheureux, la juste sanction des iniquités accumulées élection après élection car, si vous êtes un gilet jaune chrétien, vous savez, ou devriez savoir, qu’on ne se moque pas impunément de Dieu sans que l’on reçoive en retour son châtiment, et, se moquer ou mépriser Dieu, c’est ce que fait la France révolutionnaire, avec une délectation déconcertante, depuis plus de deux siècles.

     De plus, c’est qui ce « sang impur » qui doit « abreuver les sillons » chanté lors des réunions préparatoires aux élections françaises (aux dés pipés) desquelles vous espérez vainement une amélioration durable de votre sort, car ce n’est pas le but final de ceux qui les ont instituées ? Ou dans les joutes sportives internationales qui se veulent fraternelles, où l’on demande le respect de l’adversaire ? Ce « sang impur » n’aurait-il rien à voir avec la ‘’race supérieure’’ qui considère les autres « comme une semence de bétail ? » ou « n’ont droit qu’au nom de porc ? » qui est un animal impur pour les Juifs. Après cela, je ne m’étonne guère de cette inexorable décadence morale, intellectuelle, sociale, politique et religieuse de la France.

     Jamais la France chrétienne ne ressemblera, et n’aura à voir, avec cette prostituée républicaine aux mœurs de plus en plus abominables que lui insufflent ses ennemis séculaires, et qui, au grand jamais, ne trouveront leur justification dans l’enseignement formel des Saintes Ecritures (Ancien Testament et Nouveau Testament), ni dans l’enseignement de l’Eglise catholique, ni dans celui de l’ancien judaïsme de la synagogue fidèle et des prophètes préparant l’avènement du christianisme, mais dans les cerveaux pervertis et destructeurs de toute morale et de toute société, issus du judaïsme rabbinique assassin de Jésus-Christ, de celui de bien des chrétiens apostats ou scandaleux, du Talmud et de leurs adeptes laïcisés ou religieux abusés et continuateurs de leurs œuvres mauvaises au cours des siècles.

(A suivre…si Dieu veut) 

René Pellegrini

(1) La Contre-révolution à fait l’objet de 8 articles dans la rubrique « Politique – la Contre-révolution » http://lechrist-roi.hautetfort.com/politique-la-contre-revolution/

 

MEILLEURS VŒUX POUR 2019 !

Même si ça craint.

images 1.jpg

Les commentaires sont fermés.