Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2019

Lucifer, le Roi de la Cité du mal - 3 : Le Serpent, le Vautour, le Lion

     Elle l’appelle Serpent, Serpens, vieux Serpent, Serpentus antiquus. Ce nom convient à Lucifer, et parce que, comme serpent, il est âgé de six mille ans, et qu’une longue pratique le rend on ne peut plus redoutable ; et parce qu’il se servit, pour tenter Eve, du ministère du serpent ; et parce qu’il a toutes les qualités de l’odieux reptile…


440499167 (1).jpg

Fête de Saint Alexis de Rome

(Confesseur, Pèlerin et mendiant Ve siècle)

 

CHAPITRE XII

 

LUCIFER, LE ROI DE LA CITE DU MAL – 3 :

LE SERPENT, LE VAUTOUR, LE LION.

 

3398689152.jpg     Elle l’appelle Serpent, Serpens, vieux Serpent, Serpentus antiquus. Ce nom convient à Lucifer, et parce que, comme serpent, il est âgé de six mille ans, et qu’une longue pratique le rend on ne peut plus redoutable ; et parce qu’il se servit, pour tenter Eve, du ministère du serpent ; et parce qu’il a toutes les qualités de l’odieux reptile. Serpent par la ruse, serpent par le venin, serpent par la force, serpent par la puissance de fascination. Telle est cette puissance, qu’il séduit le monde entier : seducit universum orbem, en sorte que le culte du démon, sous la forme du serpent, a fait le tour du globe. Les Babyloniens, les Egyptiens, les Grecs, les Romains, tous les grands peuples, prétendus civilisés, de l’antiquité païenne, ont adoré le serpent, comme l’adore encore aujourd’hui les nègres dégradés de l’Afrique (1).

     Et ce serpent, plus affreux que tous les autres, c’est l’Archange déchu, c’est le roi de la Cité du mal.

     Elle l’appelle Vautour, Oiseau de proie, Avis. Par les régions qu’il habite, par l’agilité de ses mouvements, par l’habileté à découvrir sa proie, par sa promptitude à fondre sur elle, par sa rapidité à l’enlever dans son aire, par la cruauté avec laquelle il lui suce le sang et lui dévore les chairs, le démon est bien un oiseau de proie, un vautour. Et ce vautour, plus cruel que tous les autres, c’est l’Archange déchu, le roi de la Cité du mal (2).

     Elle l’appelle Lion, Leo. Comme le Verbe incarné est appelé le Lion de la tribu de Juda, Leo de tribu Judae, à cause de sa force ; l’Ecriture a soin d’appeler le démon, Lion rugissant, Leo rugiens, Lion toujours en fureur et cherchant une proie, quoerens quem devoret (3).

     Jamais nom ne fut mieux appliqué. Le lion est le roi des animaux : Lucifer est le prince des démons. Orgueil, vigilance, force, cruauté : tel est le lion et tel est l’ange déchu. Le lion dévore non-seulement quand il a faim, mais surtout lorsqu’il est en colère. Dans Lucifer, la faim et la haine des âmes sont insatiables. Le lion dédaigne les restes souillés de ses victimes. Il n’est sorte d’avanies, quelquefois de mauvais traitements que le démon ne fasse subir à ses esclaves, sans parler des hontes auxquelles toujours il les entraîne.

     D’une nature ardente, le lion est libidineux à l’excès. Il en est de même du démon, en ce sens qu’il n’omet rien pour pousser l’homme au vice impur. Le lion exhale une odeur pénétrante et désagréable. Le démon répand une odeur de mort. Aussi l’hébreu l’appelle Bouc ; et l’histoire affirme qu’il prend d’ordinaire la forme de cet animal immonde, pour s’offrir aux regards et aux adorations des évocateurs. Et ce lion rugissant et ce bouc immonde, c’est l’archange déchu, c’est le roi de la Cité du mal (4).

(A suivre…si Dieu veut

(1) Corneille a Lapide, in Genèse III, 15; et Daniel XIV, 22. (texte en latin)

(2) Texte en latin de Saint Grégoire, Livre XXXIII, Moral., XIV.

(3) Texte en latin de Saint Augustin, sermon XLVI, de diversis, n.2.

(4) Corneille  Lapide, I Pierre V, 8 « Soyez sobres et veillez ; car votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui il pourra dévorer ».

René Pellegrini

3822374617.jpg

Les commentaires sont fermés.