Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2017

Le nombre des anges

     Le nombre des anges – Hiérarchies et ordres angéliques – Définition de la hiérarchie – Sa raison d’être – Pourquoi trois hiérarchies parmi les anges, et rien que trois – Définition de l’ordre – Pourquoi trois ordres dans chaque hiérarchie, et rien que trois…

Lire la suite

11/10/2017

Les qualités des anges - 4

         Grâce à eux, les démons fascinent l’imagination par de trompeuses images, qui ôtent au mal sa laideur ou le revêtent de l’apparence du bien ; remuent toute la partie inférieure de l’âme et enflamment ainsi la concupiscence. Les bons anges, au contraire, écartent les nuages de l’erreur, les ténèbres des passions, ramènent les sens à leur pureté native  et produisent comme une seconde vue, au moyen de laquelle les choses se présentent...

Lire la suite

01/06/2016

Pour combattre la Révolution et le modernisme : Les 24 thèses thomistes

     Pour combattre efficacement les fondements doctrinaux de la Révolution et le raz de marée de l’hérésie moderniste sur le plan intellectuel et justifier la pertinence du combat pour la foi : les vingt-quatre thèses philosophiques de Saint Thomas d’Aquin. Face à l’étude de la philosophie deux attitudes sont à proscrire...

Lire la suite

16/04/2016

Le Doigt de Dieu - 1

     Il s’appelle : DOIGT DE DIEU, digitus Dei. D’une richesse incomparable, ce nom indique tout à la fois la procession du Roi de la Cité du bien, sa puissance infinie, ainsi que la diversité de ses dons et de ses opérations dans l’éternelle unité de l’amour. Qu’un instant l’homme s’étudie, et, image de Dieu, il contrôlera sur lui-même la justesse de ce nom divin…

Lire la suite

29/01/2016

L'éternité pour une éternité !

Car elle durera toujours, elle ne finira JAMAIS ! O TOUJOURS ! O JAMAIS ! O ETERNITE : Si c’est l’ETERNITE dans les cieux, incompréhensible bonheur ! TOUJOURS la vérité et la vertu, la vie et les délices, les bienheureux et les anges…

Lire la suite

12/11/2015

Eternité ! Ô éternité !

Homme mortel, ton corps tombera bientôt en poussière, mais tu as une âme immortelle et tu n’y penses pas !

     Etudie, médite, approfondie ce grand mot...

Lire la suite

19/10/2015

Eglise conciliaire : Immoralité et apostasie - 2

On comprend mieux, pourquoi un certain clergé démasqué, bien avant l’heure, par le Message de La Salette s’est efforcé, et s’efforce encore, de décrédibiliser ce Message qui dévoile la pénétration de la pestilence morale au sein du clergé catholique…

Lire la suite

29/12/2014

Prière sur la prédestination de la Sainte Vierge

     O Vierge, ô ma souveraine, je me réjouis de vous voir choisie comme le soleil. Jamais l’ombre du péché ne s’est approché de vous ; sur la terre, vous avez toujours été éclairée des splendeurs de la grâce ; dans le ciel, vous êtes environnée d’une lumière de gloire qui surpasse autant celle des autres saints, que la lumière du soleil l’emporte sur celle des étoiles. Soyez à mon âme un soleil qui dissipe toutes ses ténèbres ; faites que je brille comme les étoiles du firmament, dans toute l’éternité.

Lire la suite

12/08/2013

Le front national : les avertissements de la Sainte Vierge

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Sainte Claire

  (Vierge et première abbesse des religieuses franciscaines 1253  

 

FRONT NATIONAL - 3

 

LES AVERTISSEMENTS DE LA SAINTE VIERGE   

En bleu, ce qui a été rajouté au texte initial

1958,antéchrist,apostasie,athéisme,catholiques,chefs,cieux,clergé,conversion,corruption,damnation,démon,diable,dieu,dirigeants politique,dirigeants de l’eglise,étoiles,feu,fin des temps,fin du monde,foi,france,gouvernements civils,humanité,immigration,jour du jugement,jigement dernier,la salette,laïcs,le pen,matérialisme,mensonge,morts,pénitence,peuple de dieu,prêtres,prière,prières,résurrection,révélation biblique,révélation privée,sacrilège,sainte ecriture,sainte jeanne d’arc,salut,soutane,spiritisme,suffrage universel,terre,vices     Bien que les Messages ci-dessous ne soient pas des objets de foi puisque appartenant à la révélation privée, (6) et non à la révélation biblique, ils sont néanmoins en parfaite harmonie, du moins se révèlent non contradictoires, avec ce que nous dit la Sainte Ecriture Sainte concernant la fin des temps (7) (à ne pas confondre avec la fin du monde) (8). C’est donc à l’aune des observations de la Sainte Vierge qu’il faut se référer pour juger de la valeur et de la réalité des ''sauveurs'' qui nous sont proposés par des laïcs ou des prêtres. En dehors de ce critère, aucune illusion à se faire, même avec l’approbation soutenue du clergé avec ou sans soutane.   

« (…) Les chefs, les conducteurs du peuple de Dieu ont négligé la prière, la pénitence, et le démon a obscurci leurs intelligences ; ils sont devenus ces étoiles errantes que le vieux diable traînera avec sa queue pour les faire périr (…) Les gouvernements civils auront tous le même dessein qui sera d’abolir et de faire disparaître tout principe religieux, pour faire place au matérialisme, à l’athéisme, au spiritisme et à toutes sortes de vices» (Message de La Salette en 1846)     

« (…) L’humanité a été sacrilège et elle foule aux pieds le don qu’elle a reçu (…) Le temps des temps vient et la fin des fins si l’humanité ne se convertit pas et si cette conversion ne vient pas d’en haut, des dirigeants du monde et des dirigeants de l’Eglise» (Message de Fatima du 13 octobre 1917)   

     La Sainte Vierge aux cours de ses deux interventions a parfaitement situé le problème et la solution : à cause de « l’obscurcissement des intelligences » corollaire d’une négligence bien précisée « négligence de la prière et de la pénitence » et que l’on s’attendrait à trouver ailleurs que chez les personnes incriminées. Et, quoiqu’ils en soient des moments chronologiques de ces Messages, les mêmes expressions reviennent toujours, soulignant au passage leur extrême importance, « Prières, pénitence, conversion » aussi bien pour les dirigeants religieux que civils. Ce qui révèle où se situe la priorité de l’effort et, au-delà des apparences, l’état spirituel déplorable dans lequel se trouvent civils et religieux.

    
On observera aussi, avec plus de cent soixante ans de distance (pour La Salette), la justesse descriptive de la situation religieuse et politique qui devait prévaloir, et les conséquences sociales et spirituelles engendrées par les agissements des gouvernements civils se voulant indépendants de Dieu et de l'Eglise dans la gestion politique et morale de leur pays. Ce descriptif rend patent le peu de lucidité et d’esprit de foi de la grande majorité des catholiques qui n’ont cessé d’envoyer au gouvernement des hommes qui ne prévoyaient nullement, et ne prévoient toujours pas dans leur programme – toutes catégories politiques confondues - de remédier à cet état de fait. A ce stade tout vote devient inutile, sinon à cautionner la perpétuation de l'éjection de Dieu de la vie sociale et publique voulue par la scélérate Constitution laïque de 1958 et, par voie de conséquence, le refus de soumission que Lui doivent - en tant que Maître des sociétés humaines - les autorités civiles dans la conduite morale des affaires sociales et de l'Etat, ou, à se faire complice des actes mauvais ou irreligieux contenus dans le programme politique de ceux qui seront portés au pouvoir par le suffrage universel, ou mensonge universel comme disait le Pape Pie IX.  

     Le salut du monde et, en particulier, celui de la France vient « non par la corruption » mais par la « conversion d’en haut » c’est-à-dire : d’abord de ceux – civils ou religieux – qui dirigent temporellement ou spirituellement le pays, ou aspirent à le diriger comme M. Le Pen (sa fille aujourd’hui) dans l’ordre temporel et politique. A défaut, la conversion personnelle demeure néanmoins nécessaire.       

(A suivre…« Immigration et récupération politique de Sainte Jeanne d’Arc »…si Dieu veut)

(6) L’Eglise ne s’est pas opposée, bien au contraire, à la publication de ces Messages à une époque où elle était très sévère sur les conditions de mise en circulation de révélations privées.

(7) La fin des temps ou plutôt les derniers temps du monde sont caractérisés par l’apostasie de l’Eglise (en cours) et les événements menant à la venue de l’Antéchrist.

(8) La fin du monde aura lieu lorsque le dernier élu de Dieu sera marqué par Dieu. Elle sera provoquée par le feu.

« Quant aux cieux qui existent maintenant et à la terre (…) étant réservés au feu pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies. (…) Les cieux passeront, les éléments embrasés seront dissous, et la terre, et tout ce qui est en elle sera consumé par le feu. » (II Pierre III, 7-10)

Elle sera suivie immédiatement par la résurrection de tous les morts et du jugement dernier pour la vie ou pour la damnation éternelles.

René Pellegrini     

Capture05.jpg

 

07/04/2013

Division du monde surnaturel - 1

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Albert d’Espain

(Moine et reclus 1140)  

 

CHAPITRE 2

 

DIVISION DU MONDE SURNATUREL - 1 

 

     Ce chapitre explicite les points suivants : (1)

- Certitude de cette division : le dualisme universel et permanent.

- Cause de cette division : un acte coupable.

- Origine historique du mal.

- Explication du passage de saint Jean : Un grand combat eut lieu dans le ciel, etc.

- Nature de ce combat.

- Grandeur de ce combat.

- Dans quel ciel il eut lieu.

- Deux ordres de vérités : les vérités naturelles et les vérités surnaturelles.

- Les anges connaissent naturellement les premières avec certitude.

- L’épreuve eut pour objet une vérité de l’ordre surnaturel.

- Chute des anges.

     Nous venons de voir que le monde supérieur, le monde des intelligences pures, gouverne nécessairement l’homme et le monde qui lui est inférieur. Logiquement il en résulte que le Roi du monde supérieur est le vrai Roi de toutes choses. Anges, hommes, forces de la nature ne sont que ses agents. Tout relève de lui ; lui seul ne relève de personne. Dès lors, il semble que dans l’univers tout devrait être paix et unité. Autre est la réalité : le dualisme est partout.

     Or, le dualisme n’est dans le monde inférieur que parce qu’il est dans le monde supérieur ; dans le monde des faits, que parce qu’il est dans le monde des causes. La division et la guerre ont donc éclaté dans le ciel, avant de descendre sur la terre. Profondes, acharnées, universelles, permanentes, ce qu’elles sont parmi les hommes, elles le sont parmi les anges. En un mot, le monde surnaturel divisé en bon et en mauvais, telle est la seconde vérité fondamentale qu’il faudra mettre en lumière.

     Dieu étant la bonté par essence, tout ce qui sort de ses mains ne peut être que bon (2).

« Quant à nous, nous avons connu la charité que Dieu a pour nous, et nous y avons cru Dieu est charité (…) » (I Jean IV, 16)

« Et Dieu vit toutes les choses qu’il avait faites, et elles étaient très bonnes (Genèse I, 31)

     Puisqu’une partie des habitants du monde supérieur sont mauvais, et qu’ils ne sont pas tels par nature, il faut nécessairement conclure qu’ils le sont devenus. Nul ne devient mauvais que par sa faute. Toute faute suppose le libre arbitre. Les mauvais anges ont donc été libres, et ils ont abusé de leur liberté. Mais qu’elle est l’épreuve à laquelle ils ont volontairement failli ? Si la raison en constate l’existence, seul la révélation peut en expliquer la nature. Sous peine de déraisonner éternellement, il faut donc interroger Dieu lui-même, auteur de l’épreuve et témoin de ses résultats.

     Voici ce que l’Ancien des jours dit à son confident le plus intime :

« Un grand combat eu lieu dans le ciel ; Michel et ses anges combattaient contre le Dragon ; et le Dragon combattait, et ses anges avec lui ». (Apocalypse XII, 8 )

     Ces quelques mots renferment des trésors de lumière. Là, et là seulement, est l’origine historique du mal. Partout ailleurs incertitudes, contradictions, ténèbres, tâtonnements éternels. Comme nous touchons au grand problème du monde, insistons sur chaque syllabe de l’oracle divin.

     Quel est ce combat, praelium ? Les anges étant de purs esprits, ce combat ne fut pas une lutte matérielle, comme celle des Titans de la mythologie ; ni une bataille semblable à celles qui se livrent sur la terre, où tour à tour les combattants s’attaquent de loin avec des projectiles, se prennent corps à corps, se renversent et se foulent aux pieds. Comme les êtres qui en sont les acteurs, un combat d’anges est purement intellectuel. C’est une opposition entre purs esprits, dont les uns disent oui à la vérité, et les autres non.

     C’est un grand combat, praelium magmum. Il est grand, en effet, à quelque point de vue qu’on l’envisage. Grand, par le nombre et la puissance des combattants ; grand, parce qu’il fut le commencement de tous les autres ; grand, par ses résultats immenses, éternels ; grand, par la vérité qui en fut l’objet. Pour diviser le ciel en deux camps irréconciliables, pour entraîner dans l’abîme la troisième partie des anges, et pour assurer à jamais la félicité des autres : il faut que la vérité en litige ait été un dogme fondamental.

« Or sa queue entraînait la troisième partie des étoiles, et elle les jeta sur la terre (…) (Apocalypse XII, 4)

     Qu’elle peut être la nature de cette vérité proposée, comme épreuve, à l’adoration des célestes hiérarchies ? Pour les anges, comme pour les hommes, il y a deux sortes de vérités : les vérités, de l’ordre naturel et les vérités de l’ordre surnaturel. Les premières n’excèdent pas les facultés naturelles de l’ange et de l’homme. Il en autrement des secondes : expliquons ce point de doctrine.

     Ouvrage d’un Dieu infiniment bon, tout être est créé pour le bonheur. Le bonheur de l’être consiste dans son union avec la fin pour laquelle il a été créé. Tous les êtres ayant été créés par Dieu et pour Dieu, leur bonheur consiste dans leur union avec Dieu. Dans les êtres intelligents, faits pour connaître et pour aimer, cette union a lieu par la connaissance et par l’amour. Développés autant que le permettent les forces de la nature, cette connaissance et cet amour constituent le bonheur naturel de la créature.

     Dieu ne s’en est pas contenté. Afin de procurer aux êtres doués d’intelligence un bonheur infiniment plus grand, sa bonté, essentiellement communicative, a voulu que les anges et les hommes s’unissent au Dieu suprême, par une connaissance beaucoup plus claire et par un amour beaucoup plus intime, que ne l’exigeait leur bonheur naturel : de là, le bonheur surnaturel.

(A suivre… « Division du monde surnaturel – 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) C’est moi qui mets cette phrase.

(2) L’auteur ne donne que les références, c’est moi qui mets les textes.

Capture05.jpg