Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2017

Prière pour obtenir la grâce d'une bonne mort

Prosterné devant le trône de votre adorable majesté, je viens vous demander, ô mon Dieu, la dernière de toutes les grâces, la grâce d’une bonne mort. Quelque mauvais usage que j’ai fait de la vie que vous m’avez donnée, accordez-moi de la bien finir et de mourir dans votre amour…

Lire la suite

23/11/2016

L'immutabilité de Dieu - 1

   Retour sur la remarque de ma lectrice adventiste mentionnée dans mon premier article, ici : http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/12/04/le-sabbat-introduction-5503627.htm

Lire la suite

25/07/2016

La non-célébration du Sabbat : Motif 5

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Christophe

(Martyr  254)

christophe.jpg

 

FAUT-IL OBSERVER LE SABBAT ? - 8

 

LA NON-CELEBRATION DU SABBAT : MOTIF 5

 

     CINQUIEME MOTIF :

     - Pour que les maîtres témoignent de la bonté envers leurs subordonnés

« Observez le jour du sabbat, et ayez soin de le sanctifier, selon que le Seigneur votre Dieu vous l’a ordonné. Vous travaillerez pendant six jours, et vous ferez alors tous vos ouvrages. Mais le septième jour est celui du sabbat, c’est-à-dire du jour de repos du Seigneur votre Dieu. Vous ne ferez aucune œuvre servile ce jour-là, ni vous, ni votre fils, ni votre fille, ni votre serviteur, ni votre servante, ni votre bœuf, ni votre âne, ni aucune de vos bêtes, ni l’étranger qui est au milieu de vous ; afin que votre serviteur et votre servante se reposent comme vous. » (Deutéronome V, 12-14) 

     En effet, en mentionnant ce cinquième motif, saint Thomas fait observer que :

« Certains hommes en effet, cruels à eux-mêmes et aux leurs, ne cessent jamais de travailler pour le gain ; et c’est le fait surtout des Juifs, à cause de leur extrême avarice. »

     Comme quoi la réputation sur la cupidité juive demeure constante à travers les siècles, et sous toutes les latitudes. (1)

     Récapitulons les cinq motifs qui justifièrent la promulgation du précepte de la sanctification du Sabbat et ses significations et applications dans le temps :

    * En souvenir de la première création « souviens-toi » pour les Juifs, dans la seconde création en Jésus-Christ pour les chrétiens, et pour détruire l’erreur de l’éternité du monde.

    * Pour nous instruire dans la foi au Rédempteur, et dans le repos de sa chair dans le tombeau.

    * Pour figurer à l’avance le repos des labeurs de la vie présente par le repos de l’éternité promis par Dieu.

    * Pour que l’homme ravive en lui l’amour de Dieu par la prière et la louange.

    * Pour que les maîtres ou les employeurs témoignent de la bonté en accordant du repos à leurs serviteurs ou employés.

(A suivre…« La non-célébration du Sabbat : Le rôle de l’Eglise »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) C’est comme membre de la secte des négateurs de complots ou de manipulations et mensonges étatiques, de surcroît fondamentaliste et radicalisé de la République et de la laïcité, que l’ombrageux et très agité M. Valls - prenant de plus en plus de français pour des imbéciles ou des oublieux du passé - se constitue grand défenseur et louangeur, devant l’Eternel, des Juifs déicides et talmudisés. Il doit être sous influence, ou sous hypnose, pour faire preuve d’un tel aveuglement spirituel en refusant de voir la cupidité séculaire et la totalité de la réalité historique de l’ « l’avant-garde de la République » et leurs néfastes conséquences morales, philosophiques, sociales et politiques sur la société française, et le monde en général.

René Pellegrini

Capture05.jpg

20/05/2016

Le doigt de Dieu - 2

Elevez vos regards sur une création plus magnifique ; contemplez les ordres et les hiérarchies, de beauté et de puissance inégale, du monde angélique, elles vous diront encore…

Lire la suite

02/05/2016

Le semeur sortit pour semer...

     La cause pourquoi il jette cette semence dans l’âme n’est pas pour son intérêt, comme les autres semeurs, mais pour le profit et l’utilité de cette âme, - d’autant que cette semence a une vertu spéciale de changer et améliorer la terre où elle est semée, quoique de soi cette terre soit mauvaise, stérile, aride et inutile. C’est pourquoi Dieu la sème…

Lire la suite

30/11/2015

Le Roi de la Cité du bien

L’ordre visible n’est que le reflet de l’ordre invisible. Dans les gouvernements de la terre, l’ordre se compose essentiellement d’une autorité suprême et d’autorités subalternes, chargées d’exécuter les volontés de la première. Nulle société ne peut se concevoir sans ces deux éléments : de même en est-il de la Cité du bien et de la Cité du mal. Dans l’une comme dans l’autre, le gouvernement se compose d’un roi, et de ministres de puissance inégale soumis à ses ordres. Or, ainsi que nous l’avons indiqué, le Roi de la Cité du bien, c’est le SAINT-ESPRIT…

Lire la suite

25/10/2015

Les moyens de Dieu pour le salut - 4

Tels étaient, en général, les moyens de salut donnés aux païens avant la venue du Rédempteur. L’Incarnation, mystère d’infinie miséricorde, a–t-elle rendu pire la condition des infidèles d’aujourd’hui, placés dans les mêmes conditions que ceux d’autrefois ? Qui oserait le prétendre ? De ces explications découlent rigoureusement les corollaires suivants…

Lire la suite

19/09/2015

Les moyens de Dieu pour le salut - 3

De plus, on trouve, à toutes les époques et sous tous les climats, l’usage des sacrifices, des purifications, des adorations, des prières, conservés chez les peuples païens comme chez les Juifs. Qui pourrait affirmer qu’aucun de ces actes, manifestation d’une foi quelconque, n’avait dans aucune circonstance un rapport plus ou moins compris, avec l’expiation du péché en général…

Lire la suite

23/06/2015

Le souvenez-vous à Saint Joseph

Souvenez-vous, ô très chaste époux de la Vierge Marie, ô mon aimable protecteur, saint Joseph, qu’on a jamais entendu dire que quelqu’un ait invoqué votre protection, et demandé votre secours, sans avoir été consolé…

Lire la suite

09/06/2015

La Cité du bien et la Cité du mal - 8

L’homme est fils de l’homme par une génération humaine : il devient fils de Dieu par une génération divine. Cette génération s’accomplit au baptême. Ici reparaît, comme une objection insoluble, l’immense empire du démon, à toutes les époques de l’histoire...

Lire la suite

05/03/2015

Qu'attendre des Exercices Spirituels ?

Qui sait si Dieu, justement, ne nous attend pas dans le calme de cette retraite pour nous aider, après beaucoup de légèreté et d’illusions, à prendre enfin conscience de ce qu’est réellement le péché, son extrême gravité et, ce faisant , ne nous incite à remettre notre vie en ordre et à nous retirer de cette fausse sécurité qui consiste à se tranquilliser en croyant toujours bénéficier de la bienveillance divine, simplement…

Lire la suite

09/02/2015

La Cité du bien et la Cité du mal - 4

Demander pourquoi Dieu a permis cette terrible puissance ? Pourquoi dans de telles limites plutôt que dans telles autres ? Questions impertinentes. Qui est l’homme pour demander à Dieu raison de sa conduite, et lui dire : Pourquoi avez-vous fait cela ? S’il ose, malheur à lui, car il est écrit

Lire la suite

23/11/2014

Qui aime Jésus-Christ croit à toutes ses paroles - 2

 

Lire la suite

26/06/2014

La prière de la foi

 PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

   Fête de Saint Basile le Grand

(Archevêque de Césarée en Cappadoce)

LA PRIERE DE LA FOI

     Mon Rédempteur bien-aimé, ô vie de mon âme, je crois que vous êtes l’unique bien, digne d’amour. Je le crois, vous êtes mon meilleur ami, vous qui, uniquement par amour pour moi, en êtes venu à mourir consommé de douleurs. Je le crois, sur la terre et au ciel, il n’est de trésor plus précieux que de vous aimer et d’accomplir votre volonté. Oui, je crois fermement tout cela. C’est pourquoi je renonce à tout pour être tout à vous et vous posséder vous seul. Par les mérites de votre Passion, aidez-moi et rendez-moi tel que vous me désirez.

     Vérité infaillible, je crois en vous ; Miséricorde infinie, j’ai confiance en vous ; Bonté infinie, je vous aime ; Amour infini, qui vous êtes donné tout à moi durant votre Passion et dans le Sacrement de l’autel, je me donne à vous sans réserve. 

     Je me recommande à vous, ô refuge des pécheurs et Mère de Dieu, Marie.

 

(Saint Alphonse de Liguori)

Capture05.jpg

16/12/2013

Prière après la communion

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Adon

(Archevêque de Vienne 875)

 

PRIÈRES APRES LA COMMUNION

 

ACTE DE FOI ET D’ADORATION  

 

adoration,affection,affligé,aimable,aimer,âme,amour,bienfait,bonté,coeur,créateur,crèche,croix,faveur,foi,grâce,jésus-christ,louange,maître,majesté de dieu,mérite,mort de jésus-christ,mourir,naissance,néant,paille,plaire,prier,purgatoire,recevoir,reconnaissance,répandre,repos éternel,respect,servir,serviteur de jésus-christ,vie de jésus-christ,volonté     O Jésus, je le crois, c’est vous que je viens de recevoir, vous, mon Dieu, mon Créateur et mon Maître, vous qui, par amour pour moi, avez été, à votre naissance, couché sur la paille de la crèche, vous qui avez voulu mourir pour moi sur la Croix. J’ai été tiré du néant par votre toute-puissance, et vous venez habiter en moi ! O mon Dieu, saisi d’un profond respect, je me prosterne devant votre souveraine majesté, je vous adore, et je vous offre mes plus humbles louanges. 

ACTE DE RECONNAISSANCE ET D’AMOUR  

     Très doux Jésus, Dieu d’infinie bonté, je vous remercie de tout mon coeur, pour la grâce insigne que vous venez de me faire. Que vous rendrai-je pour un tel bienfait ? Je voudrais vous aimer, autant que vous êtes aimable, et vous servir, autant que vous méritez de l’être. O Dieu, qui êtes tout amour, apprenez-moi à vous aimer, d’une affection véritable et fidèle, et enseignez-moi, je me donne à vous pour toujours.   

ACTE DE DEMANDE   

     Vous êtes en moi, ô Jésus, Vous qui avez dit : « Demandez et vous recevrez ». Vous y êtes, rempli de bonté pour moi, les mains pleines de grâces ; daignez les répandre sur mon âme, qui en a tant besoin. Ôtez de mon coeur tout ce qui vous déplaît, mettez-y tout ce qui peut le rendre agréable à vos yeux. Appliquez-moi les mérites de votre vie et de votre mort, unissez-vous à moi, vivez en moi, faîtes que je vive par vous et pour vous.   

     Accordez aussi, Dieu infiniment bon, les mêmes grâces, à toutes les personnes pour lesquelles je suis obligé de prier, où à qui j’ai promis particulièrement de le faire. – Coeur miséricordieux de Jésus, ayez pitié des pauvres âmes du purgatoire, et donnez-leur le repos éternel. 

Capture010.jpg

BONNES  ET  SAINTES FÊTES  DE  NOËL

René Pellegrini

Capture05.jpg

29/09/2013

La communion spirituelle

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête du Bienheureux Jean de Montmirel (1)

(Religieux cistercien 1217

 

LA COMMUNION SPIRITUELLE  

 

1789,abjection,agneau,ambition,âme,amour,assemblée nationale,Âge des ténèbres,bête immonde,bonté,charité,communion,confiance,contrition,croix,démocratie,dieu,droits de l'homme,eucharistie,faute,foi,grâce,genre humain,guerre,hollande,humanisme,hypocrisie,jésus-christ,lépreux,massacre,mérite,miséricorde,pauvre,péché mortel,piété,religieux,sacrement,salut,sang,sarkozy,sauveur,siècle des lumières,vanité,volonté      O Jésus, mon aimable Sauveur, que je voudrais en ce moment, m’approcher de votre Table sainte, plein de confiance, non en mes propres mérites, mais en votre infinie bonté ! Que je voudrais aller à Vous, Source de miséricorde ; être guéri par Vous, divin Médecin de mon âme ; chercher en Vous mon appui, en Vous, Seigneur, qui serez un jour mon Juge, mais qui ne voulez être, maintenant, que mon Sauveur ! 

     Je vous aime, ô Jésus, Agneau divin, innocente Victime, immolée par amour sur la Croix, pour moi et pour le salut du genre humain. O mon Dieu, souvenez-vous de votre humble créature, rachetée de votre Sang ! Je me repens de vous avoir offensé, et je désire réparer mes fautes par les efforts que je ferai pour obéir à votre sainte volonté.  

     O bon Jésus, qui, par votre grâce toute-puissante, me fortifiez contre les ennemis de mon âme et de mon corps, faîtes que bientôt, purifié de toute souillure, j’aie le bonheur de vous recevoir dans la Sainte Eucharistie, afin de travailler avec une constante générosité, à l’oeuvre de mon salut. Ainsi soit-il. 

NOTA BENE :

     Si vous ne communiez pas sacramentellement, faites du moins la communion spirituelle. Elle consiste à désirer, avec foi et amour, recevoir Notre-Seigneur, dans le Sacrement de l’Eucharistie.

     Si vous avez le malheur d’être en état de péché mortel, implorez d’abord la miséricorde divine par un acte de contrition.

     Pour cette communion spirituelle, vous pouvez, par exemple, réciter lentement les actes ci-dessus, essayant d’avoir les sentiments qu’ils expriment.  

(1) Avant de devenir religieux c’était un prince très valeureux, seigneur de Montmirel, de la Ferté-Faucher et Ancoul, d’Oisy, Crévecoeur, Trèmes, Gandeluz, châtelain de Cambrai, et vicomte de Meaux. Sa charité était grande envers les pauvres, les ayant d’ordinaire à sa table, leur offrant d’ordinaire son lit pendant que lui reposait sur la terre nue. Sa piété était grande, sa charité singulière avec les lépreux, se mettant à genoux devant eux, baisant leurs mains et le visage. Un jour, rencontrant un lépreux, il lui donna sa tunique brochée d’or et prit en échange sa chemise infectée. En une autre circonstance il échangea son cheval de grand prix contre la chétive monture d’un lépreux : en somme l’âge des ténèbres.

- Maintenant, essayez d’imaginer ce type de comportement de la part de dirigeants politiques bouffis d’humanisme verbal, tels que, par exemple,  Messieurs Sarkozy, Hollande, leur suite, et ceux qui pontifient à l’Assemblée Nationale et dans les différents ministères. Ces thuriféraires et chantres '' éclairés '' du soi-disant siècle des Lumières, de la démocratie et des Droits de l’homme sans Dieu. Il n’y a pas photo entre ces hommes ruisselants d’ambition, de vanité, d’hypocrisie, et les comportements de grands personnages de cet âge dit des ténèbres. On connaît bien une des méthodes de la bête immonde révolutionnaire et voltairienne : Pour paraître propre, focaliser constamment et exagérer outre mesure sur « âge des ténèbres » pour qu'il devienne un réflexe collectif d'abjection, chargé de tous les maux, servant de réceptacle hideux destiné à lui renvoyer - en s’efforçant mensongèrement de les rendre comparables par la simple allusion à cette époque - toutes les bassesses, ignominies, guerres, massacres, tortures, tragédies et horreurs qui ont pu se commettre de façon incessante depuis 1789 et, ainsi salir, le plus possible et sans nuance, ce qui fût avant cette sinistre date dont, mondialement, nous n’avons pas fini de manger les fruits amers et sataniques.

René Pellegrini

Capture05.jpg

1789,abjection,agneau,ambition,âme,amour,assemblée nationale,Âge des ténèbres,bête immonde,bonté,charité,communion,confiance,contrition,croix,démocratie,dieu,droits de l'homme,eucharistie,faute,foi,grâce,genre humain,guerre,hollande,humanisme,hypocrisie,jésus-christ,lépreux,massacre,mérite,miséricorde,pauvre,péché mortel,piété,religieux,sacrement,salut,sang,sarkozy,sauveur,siècle des lumières,vanité,volonté

10/07/2013

Prière du soir

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de saint Servais

(Evêque de Tongres 383) 

 

PRIÈRE DU SOIR

 

Mettons-nous en la présence de Dieu et adorons-le 

Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il. 

affligé,agonisant,âme,ami,amour,ange,ave maria,bénédiction,bienfaiteur,bonté,confiteor,confusion,conscience,credo,crucifix,douleur,ennemi,esprit-saint,éternité,gloire,grâce,hérétique,infidèle,ingratitude,lumière,malade,marie,miséricorde,mort,néant,notre père,omission,pardon,parents,pater noster,pauvre,péché,pénitence,pitié,présence de dieu,prochain,purgatoire,repos,résolution,saint joseph,saint patron,sainte vierge,sang,ténèbres,vérité     Je vous adore, ô mon Dieu, avec la soumission que m’inspire la présence de votre souveraine grandeur. Je crois en vous, parce que vous êtes la vérité même. J’espère en vous, parce que vous êtes infiniment bon. Je vous aime de tout mon cœur, parce que vous êtes souverainement aimable ; et j’aime mon prochain comme moi-même pour l’amour de vous. 

REMERCIONS DIEU DES GRÂCES QU’IL NOUS A FAITES 

     Quelles actions de grâces vous rendrai-je, ô mon Dieu, pour tous les biens que j’ai reçus de vous ? Vous avez songé à moi de toute éternité ; vous m’avez tiré du néant, vous avez donné votre vie pour me racheter, et vous me comblez encore tous les jours d’une infinité de faveurs. Hélas ! Seigneur, que puis-je faire en reconnaissance de tant de bontés ? Joignez-vous à moi, Esprits bienheureux, pour louer le Dieu des miséricordes, qui ne cesse de faire du bien à la plus indigne et à la plus ingrate de ses créatures.

DEMANDONS A DIEU DE CONNAÎTRE NOS PECHES

     Source éternelle de lumière, Esprit-Saint, dissipez les ténèbres qui me cachent la laideur et la malice du péché. Faites-m’en concevoir une si grande horreur, ô mon Dieu, que je le haïsse, s’il se peut, autant que vous le haïssez vous-même, et que je ne craigne rien tant que de le commettre à l’avenir.

EXAMEN GENERAL

     Examinons notre conscience sur les péchés commis pendant cette journée, envers Dieu, envers le prochain et envers nous-mêmes : en pensées, en paroles, en actions et par omission. (1

 DEMANDONS PARDON A DIEU DE NOS PECHES

     Me voici, Seigneur, tout couvert de confusion, et pénétré de douleur à la vue de mes fautes. Je viens les détester devant vous, avec un vrai déplaisir d’avoir offensé un Dieu si bon, si aimable et si digne d’être aimé. Etait-ce donc là, ô mon Dieu, ce que vous deviez attendre de ma reconnaissance, après m’avoir aimé jusqu’à répandre votre sang pour moi ? Oui, Seigneur, j’ai poussé trop loin mon ingratitude. Je vous en demande très humblement pardon, et je vous conjure, ô mon Dieu, par cette même bonté dont j’ai ressenti tant de fois les effets, de m’accorder la grâce d’en faire, dès aujourd’hui et jusqu’à la mort, une sincère pénitence.

 PRENONS UNE FERME RESOLUTION DE NE PLUS PECHER 

     Que je souhaiterai, ô mon Dieu, de ne vous avoir jamais offensé ! Mais puisque j’ai été assez malheureux pour vous déplaire, je vais vous marquer mon repentir, par une conduite meilleure que celle que j’ai gardée jusqu’ici. Je renonce, dès à présent, au péché et à l’occasion du péché, surtout de celui où j’ai la faiblesse de retomber le plus souvent. Et si vous daignez m’accorder votre grâce, ainsi que je la demande et que je l’espère, je tâcherai de remplir fidèlement mes devoirs, et rien ne sera capable de m’arrêter, quand il s’agira de vous servir. Ainsi soit-il.

 

Le Pater (Notre Père),

L’Ave Maria (Je vous salue Marie)

Le Credo (Je crois en Dieu),

Le Confiteor (Je confesse à Dieu) 

 

 RECOMMANDONS-NOUS A DIEU, A LA SAINTE VIERGE ET AUX SAINTS 

     Bénissez, ô mon Dieu, le repos que je vais prendre, pour réparer mes forces, afin de vous mieux servir. Vierge sainte, Mère de mon Dieu, et après lui ma plus ferme espérance, saint Joseph, mon bon Ange, mon saint Patron, intercédez pour moi, protégez-moi pendant cette nuit, tout le temps de ma vie, et à l’heure de ma mort. Ainsi soit-il. 

 PRIONS POUR LES VIVANTS ET POUR LES FIDELES TREPASSES 

     Répandez Seigneur, vos bénédictions sur mes parents, mes bienfaiteurs, mes amis et mes ennemis. Protégez tous ceux que vous m’avez donnés pour supérieurs, tant spirituels que temporels. Secourez les pauvres, les prisonniers, les affligés, les voyageurs, les malades et les agonisants. Convertissez les hérétiques, et éclairez les infidèles. 

     Dieu de bonté et de miséricorde, ayez aussi pitié des âmes des fidèles qui sont dans le purgatoire, spécialement de celles pour lesquelles je suis obligé de prier. Donnez-leur le repos et la lumière éternelle. 

PRIÈRE A TOUS LES SAINTS 

     Âmes très heureuses, qui avez eu le bonheur de parvenir à la gloire, obtenez-moi deux choses de celui qui est notre Dieu et notre Père : que je ne l’offense jamais mortellement, et qu’il ôte de moi tout ce qui lui déplaît. Ainsi soit-il. 

 DEMANDONS A DIEU SA SAINTE BENEDICTION 

     Mon Dieu faites-moi la grâce de passer cette nuit dans votre saint amour, et sans vous offenser ; donnez-moi pour cela votre sainte bénédiction. 

     Cœur douloureux et immaculé de Marie, veillez sur moi et bénissez-moi. 

     Qu’avec son Enfant si bon, la Vierge Marie nous bénisse, au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

(Prière prise dans mon Livre des Exercices spirituels de Saint-Ignace de Loyola)

 

(1) En considérant les commandements de Dieu et de l’Eglise.   

     Elle se fait  à genoux, si les conditions de santé le permettent, et devant un Crucifix lorsque cela est possible

Nota bene :

     On récite cette prière en s’efforçant d’avoir les sentiments de piété que les mots expriment. Le respect de la ponctuation facilite l’expression de ces sentiments.

René Pellegrini

Capture05.jpg

07/04/2013

Division du monde surnaturel - 1

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Albert d’Espain

(Moine et reclus 1140)  

 

CHAPITRE 2

 

DIVISION DU MONDE SURNATUREL - 1 

 

     Ce chapitre explicite les points suivants : (1)

- Certitude de cette division : le dualisme universel et permanent.

- Cause de cette division : un acte coupable.

- Origine historique du mal.

- Explication du passage de saint Jean : Un grand combat eut lieu dans le ciel, etc.

- Nature de ce combat.

- Grandeur de ce combat.

- Dans quel ciel il eut lieu.

- Deux ordres de vérités : les vérités naturelles et les vérités surnaturelles.

- Les anges connaissent naturellement les premières avec certitude.

- L’épreuve eut pour objet une vérité de l’ordre surnaturel.

- Chute des anges.

     Nous venons de voir que le monde supérieur, le monde des intelligences pures, gouverne nécessairement l’homme et le monde qui lui est inférieur. Logiquement il en résulte que le Roi du monde supérieur est le vrai Roi de toutes choses. Anges, hommes, forces de la nature ne sont que ses agents. Tout relève de lui ; lui seul ne relève de personne. Dès lors, il semble que dans l’univers tout devrait être paix et unité. Autre est la réalité : le dualisme est partout.

     Or, le dualisme n’est dans le monde inférieur que parce qu’il est dans le monde supérieur ; dans le monde des faits, que parce qu’il est dans le monde des causes. La division et la guerre ont donc éclaté dans le ciel, avant de descendre sur la terre. Profondes, acharnées, universelles, permanentes, ce qu’elles sont parmi les hommes, elles le sont parmi les anges. En un mot, le monde surnaturel divisé en bon et en mauvais, telle est la seconde vérité fondamentale qu’il faudra mettre en lumière.

     Dieu étant la bonté par essence, tout ce qui sort de ses mains ne peut être que bon (2).

« Quant à nous, nous avons connu la charité que Dieu a pour nous, et nous y avons cru Dieu est charité (…) » (I Jean IV, 16)

« Et Dieu vit toutes les choses qu’il avait faites, et elles étaient très bonnes (Genèse I, 31)

     Puisqu’une partie des habitants du monde supérieur sont mauvais, et qu’ils ne sont pas tels par nature, il faut nécessairement conclure qu’ils le sont devenus. Nul ne devient mauvais que par sa faute. Toute faute suppose le libre arbitre. Les mauvais anges ont donc été libres, et ils ont abusé de leur liberté. Mais qu’elle est l’épreuve à laquelle ils ont volontairement failli ? Si la raison en constate l’existence, seul la révélation peut en expliquer la nature. Sous peine de déraisonner éternellement, il faut donc interroger Dieu lui-même, auteur de l’épreuve et témoin de ses résultats.

     Voici ce que l’Ancien des jours dit à son confident le plus intime :

« Un grand combat eu lieu dans le ciel ; Michel et ses anges combattaient contre le Dragon ; et le Dragon combattait, et ses anges avec lui ». (Apocalypse XII, 8 )

     Ces quelques mots renferment des trésors de lumière. Là, et là seulement, est l’origine historique du mal. Partout ailleurs incertitudes, contradictions, ténèbres, tâtonnements éternels. Comme nous touchons au grand problème du monde, insistons sur chaque syllabe de l’oracle divin.

     Quel est ce combat, praelium ? Les anges étant de purs esprits, ce combat ne fut pas une lutte matérielle, comme celle des Titans de la mythologie ; ni une bataille semblable à celles qui se livrent sur la terre, où tour à tour les combattants s’attaquent de loin avec des projectiles, se prennent corps à corps, se renversent et se foulent aux pieds. Comme les êtres qui en sont les acteurs, un combat d’anges est purement intellectuel. C’est une opposition entre purs esprits, dont les uns disent oui à la vérité, et les autres non.

     C’est un grand combat, praelium magmum. Il est grand, en effet, à quelque point de vue qu’on l’envisage. Grand, par le nombre et la puissance des combattants ; grand, parce qu’il fut le commencement de tous les autres ; grand, par ses résultats immenses, éternels ; grand, par la vérité qui en fut l’objet. Pour diviser le ciel en deux camps irréconciliables, pour entraîner dans l’abîme la troisième partie des anges, et pour assurer à jamais la félicité des autres : il faut que la vérité en litige ait été un dogme fondamental.

« Or sa queue entraînait la troisième partie des étoiles, et elle les jeta sur la terre (…) (Apocalypse XII, 4)

     Qu’elle peut être la nature de cette vérité proposée, comme épreuve, à l’adoration des célestes hiérarchies ? Pour les anges, comme pour les hommes, il y a deux sortes de vérités : les vérités, de l’ordre naturel et les vérités de l’ordre surnaturel. Les premières n’excèdent pas les facultés naturelles de l’ange et de l’homme. Il en autrement des secondes : expliquons ce point de doctrine.

     Ouvrage d’un Dieu infiniment bon, tout être est créé pour le bonheur. Le bonheur de l’être consiste dans son union avec la fin pour laquelle il a été créé. Tous les êtres ayant été créés par Dieu et pour Dieu, leur bonheur consiste dans leur union avec Dieu. Dans les êtres intelligents, faits pour connaître et pour aimer, cette union a lieu par la connaissance et par l’amour. Développés autant que le permettent les forces de la nature, cette connaissance et cet amour constituent le bonheur naturel de la créature.

     Dieu ne s’en est pas contenté. Afin de procurer aux êtres doués d’intelligence un bonheur infiniment plus grand, sa bonté, essentiellement communicative, a voulu que les anges et les hommes s’unissent au Dieu suprême, par une connaissance beaucoup plus claire et par un amour beaucoup plus intime, que ne l’exigeait leur bonheur naturel : de là, le bonheur surnaturel.

(A suivre… « Division du monde surnaturel – 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) C’est moi qui mets cette phrase.

(2) L’auteur ne donne que les références, c’est moi qui mets les textes.

Capture05.jpg

26/03/2013

Prière du matin

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Braule (1)

(Evêque de Saragosse 646)  

 Déjà mis sur blogue le 26 mars 2013

PRIÈRE DU MATIN   

 

Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il. 

Mettons-nous en la présence de Dieu et adorons-le   

     Très sainte et très auguste Trinité, Dieu unique en trois Personnes, je crois que vous êtes ici présent. Je vous adore avec les sentiments de l’humilité la plus profonde, et je vous rends de tout mon coeur les hommages qui sont dus à votre souveraine Majesté. 

ACTE DE FOI   

     Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous avez révélées, et que vous nous enseignez par votre Eglise, parce que, étant la Vérité même, vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. 

ACTE D’ESPÉRANCE 

     Mon Dieu, j’espère avec une ferme confiance, que vous me donnerez, par les mérites de Jésus-Christ, votre grâce en ce monde et, si j’observe vos commandements, le bonheur éternel dans l’autre, parce que vous l’avez promis, et que vous êtes fidèle dans vos promesses. 

ACTE DE CHARITÉ 

     Mon Dieu, je vous aime de tout mon coeur, et par-dessus toutes choses, parce que vous êtes infiniment bon et infiniment aimable, et j’aime mon prochain comme moi-même pour l’amour de vous. 

Remercions Dieu des grâces qu’Il nous a faites et offrons-nous à Lui. 

     Mon Dieu, je vous remercie très humblement de toutes les grâces que vous m’avez faites jusqu’ici. C’est encore par un effet de votre bonté que je vois ce jour ; je veux aussi l’employer uniquement à vous servir. 

     Je vous en consacre toutes les pensées, les paroles, les actions et les peines. Bénissez-les, Seigneur, afin qu’il n’y en ait aucune qui ne soit animée de votre amour, et qui, ne tende à votre plus grande gloire. 

Formons la résolution d’éviter le péché et de pratiquer la vertu. 

     Adorable Jésus, divin modèle de la perfection à laquelle nous devons aspirer, je vais m’appliquer autant que je le pourrai, à me rendre semblable à vous : doux, humble, obéissant, chaste, zélé, patient, charitable et résigné comme vous ; et je ferai particulièrement tous mes efforts, pour ne pas retomber aujourd’hui dans les fautes que je commets si souvent, et dont je souhaite sincèrement de me corriger. 

Demandons à Dieu les grâces qui nous sont nécessaires. 

     Mon Dieu, vous connaissez ma faiblesse. Je ne puis rien sans le secours de votre grâce. Ne me la refusez pas, ô mon Dieu, proportionnez-là à mes besoins ; donnez-moi assez de force, pour éviter tout le mal que vous défendez, pour pratiquer tout le bien que vous attendez de moi, et pour souffrir patiemment toutes les peines qu’il vous plaira de m’envoyer.   

Le Pater (Notre Père), 

L’Ave Maria (Je vous salue Marie) 

Le Credo (Je crois en Dieu), 

Le Confiteor (Je confesse à Dieu) 

Ensuite :  

Invoquons la Sainte Vierge, Saint Joseph, notre bon Ange et notre Saint Patron. 

     Sainte Vierge, Mère de Dieu, ma Mère et ma Patronne, je me mets sous votre protection, et je me jette avec confiance dans le sein de votre miséricorde. Soyez, ô Mère de bonté, mon refuge dans mes besoins, ma consolation dans mes peines, et mon avocate auprès de votre adorable Fils, aujourd’hui, tous les jours de ma vie, et particulièrement à l’heure de ma mort. 

     Très Saint Patriarche Saint Joseph, par cette sollicitude pleine d’amour avec laquelle vous vous êtes occupé en ce monde de Jésus et de Marie, daignez veiller sur notre existence jusqu’au dernier soupir. 

     Ange du ciel, mon fidèle et charitable guide, obtenez-moi d’être si docile à vos inspirations, et de régler si bien mes pas, que je ne m’écarte en rien de la voie des commandements de mon Dieu.   

     Grand Saint, dont j’ai l’honneur de porter le nom, protégez-moi, priez pour moi, afin que je puisse servir Dieu, comme vous, sur la terre, et le glorifiez éternellement avec vous dans le ciel. Ainsi soit-il.     

(Prière prise dans mon Livre des Exercices spirituels de Saint Ignace de Loyola)

 

Elle se fait au lever, avant tout autre chose,

à genoux et devant un Crucifix lorsque cela est possible

ou que les conditions de santé le permettent.

Nota bene : 

     On récite cette prière en s’efforçant d’avoir les sentiments de piété qu’elle exprime. Le respect de la ponctuation facilite l’expression de ces sentiments.

René Pellegrini

 

06/02/2013

L'esprit du bien et l'Esprit du mal - 3

Qu’on ne croit pas que cette confiance au pouvoir et à la bonté des êtres surnaturels soit une chimère. D’abord, je voudrais qu’on me montrât une chimère universelle. Ensuite, personne ne méconnaît la valeur morale et intérieure de la prière. Par cela seul qu’elle prie, l’âme se soulage, se relève, s’apaise, se fortifie. Elle éprouve, en se tournant vers Dieu...

Lire la suite