Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2018

Les Sept Anges Assistants auprès du trône de Dieu

     Avant de quitter la première hiérarchie angélique, il nous paraît nécessaire de dire un mot des Sept Anges Assistants au trône de Dieu, dont il est parlé dans l’un et l’autre Testament...

Lire la suite

18/04/2018

Antijudaïsme rabbinique, pourquoi ?

Si des chrétiens mettent les Juifs en cause, ce n’est pas parce qu’ils sont de race sémite, ce serait absurde, mais pour l’inoculation et la mise en pratique de leurs principes moraux, sociaux et politiques issus de leur judaïsme rabbinique kabbaliste et talmudique dans les pays qu’ils vampirisent en compagnie de tous ceux qui, par appât de l’argent, intérêt, opportunisme, arrivisme ou haine de la France chrétienne et de l’Eglise, les secondent dans leurs œuvres iniques…

Lire la suite

03/01/2018

La mort du juste - 5

Je n’ajoute pas les changements qui se font au lit de la mort, si désespérants pour le pécheur, ne changeant rien dans l’âme fidèle. Sa raison s’éteint, il est vrai ; mais depuis longtemps elle l’avait captivée sous le joug de la foi, et éteint ses vaines lumières devant la lumière de Dieu et la profondeur…

Lire la suite

27/12/2017

Le retour des Juifs en Palestine - 9 : Versets contredisant un retour en Israël - 3

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Sainte Nicérate

(Vierge  † vers 440)

 

LE SIONISME - 9

« Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations,

jusqu'à ce que les temps des nations soient accomplis.»

 (Luc XXI, 24)

« Je vous retirerai d’entre les nations, et je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous amènerai dans votre pays (…) »

(Ezéchiel XXXVI, 26)

LE RETOUR DES JUIFS EN PALESTINE – 9

1948, 1967, amour, apôtres de Jésus-Christ, bonheur, chaîne d’or, charité, chrétien, commandements, confiance, crucifié, crucifixion, ennemis, fermeté, fin dernière, foi, grâce, honneur, Israël, Jérusalem céleste, juifs, maison de Jacob, méchants, Messie, miséricorde de Dieu, Palestine, parabole, Paradis, possession, prophétie, propriété, prospérité, protection, Providence de Dieu, Rédempteur, repentance, réputation, salut, santé, Sauveur, secours, sionisme, temple, temps des nations, vérité chrétienne, vertu, vie éternelle, vignerons, voleurs, volonté de Dieu   VERSETS CONTREDISANT UN RETOUR EN ISRAÊL - 3

LUC XIII, 35

     Ce verset de Saint Luc peut aussi se lire en rapport avec la parabole des vignerons homicides traitée ici :

http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2017/10/18/le-retour-des-juifs-en-palestine-8-versets-contredisant-un-r-5990261.html

« Voici que votre maison vous sera laissé déserte. Je vous le dit, vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vienne le moment que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » (Saint Luc XIII, 35)

     Cette affirmation de Jésus se retrouve aussi dans Saint Matthieu XXIII, 38.

     Une remarque concernant ce verset. Dans les deux textes évangéliques le mot « déserte » est omis dans de nombreux manuscrits. Ceci fait dire à beaucoup de critiques que ce mot n’est pas authentique. Dans ce cas la phrase deviendrait « votre maison (la cité de Jérusalem, le Temple ou la nation) vous sera laissée »  c’est-à-dire : elle restera votre propriété, et non, celle de Dieu qui ne se chargera plus de la défendre. Ce qui s’est vérifiée quelques années après la crucifixion de Notre-Seigneur. Pendant combien de temps cette « maison laissée…déserte » ?... « Jusqu’à » ce que les Juifs disent : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »

     Deux interprétations de ce verset extraites de la Chaîne d’or, de Saint Thomas d’Aquin :

Saint Basile :

« (…) Vous serez comme un poussin qui a besoin de protection et de secours, et une fois privé de votre mère qui s’envolera, vous serez arraché de votre nid, incapable de vous défendre et trop faible pour prendre la fuite. C’est ce qu’il prédit en ces termes : « Voilà que votre maison va demeurer déserte»

Théophyle :

« Ou bien encore, votre maison, c’est-à-dire votre temple, et tel est le sens de ces paroles : Tant que la vertu a été en honneur parmi vous, ce temple était le mien ; mais depuis que vous en avez fait une caverne de voleurs, ce n’est plus ma maison, c’est la vôtre. Ou bien enfin, cette maison, c’est toute la nation des Juifs, selon ces paroles du Psalmiste : « Maison de Jacob, bénissez le Seigneur, et il leur prouve ainsi que c’est lui qui les gouvernait, et qui les délivrait des mains de leurs ennemis. »

     Si redevenir possesseur de la terre d’Israël devait marquer la fin de cette « maison laissée…ou déserte » Ils auraient dû remercier le Christ, l’aimer, l’honorer, le louer et le servir par ces mots « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » Est-ce cela qu’ils ont dit en 1948 en récupérant la terre d’Israël ? En 1967 en défendant cette même terre ? Depuis lors, c’est-à-dire 50 ans après ? Non ! La cité terrestre de Jérusalem est à nouveau leur propriété et les Juifs de nouveau en Israël...mais le Seigneur qui leur fit cette prophétie, ils le méprisent et le combattent toujours autant.

     A moins de faire mentir Notre-Seigneur, ces paroles montrent que la portée prophétique concernant « la maison laissée…ou déserte » n’est pas en relation - après un laps de temps « jusqu’à » - avec un retour en possession de la terre d’Israël dont ils ont été chassés par la volonté de Dieu, mais avec un acte de repentance que Jésus attend de ceux qui, où ils se trouvent, poursuivent les œuvres mauvaises de leurs prédécesseurs qui l’ont blasphémé et crucifié : qu’ils Le reconnaissent et disent enfin « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »

     Lorsqu’ils diront cela, ce sera pour devenir non plus les habitants d’une cité terrestre, mais des habitants de la Jérusalem céleste fondée sur les Apôtres de Jésus-Christ. (Apocalypse de Saint Jean XXI, 9-27)

     Ce refus continuel par les Juifs de reconnaître Jésus-Christ comme leur Messie, leur Rédempteur et Sauveur, et de le « bénir », montre que ce « jusqu’à » est toujours en cours et que « le temps des nations » n’est pas encore achevé.

(A suivre…si Dieu veut)

René Pellegrini

***************************************

MES VOEUX POUR 2018

     Habituellement, ce sont la santé, le bonheur, la prospérité. Si, bien sûr, ces choses sont appréciables et appréciées dans la vie temporelle, cependant, pour un chrétien, là n’est pas l’essentiel car tous ces biens ne garantissent pas du tout le salut. Ce que nous devons plutôt nous souhaiter, par-dessus tout, c’est la vie éternelle dans le Paradis promis par Dieu en restant fidèles à ses commandements en pratiquant la charité envers tous, car c’est par elle que nous sommes unis à Dieu qui donne la pluie aux bons comme aux méchants, par l’amour de la vérité chrétienne et sa défense, par la fermeté de notre foi sans craindre pour notre réputation, par la confiance en la miséricorde de Dieu en faisant nous-même miséricorde, et l’abandon confiant en la Providence de Dieu qui, sachant de quoi nous sommes faits et ce que nous pouvons supporter avec Sa grâce, choisit les épreuves et les combats qu‘Il sait nous être les plus profitables pour nous permettre d’atteindre notre fin dernière.

***************************************

images 1.jpg

image 2.jpg

25/10/2017

La mort du juste - 4

Ainsi voit le monde et toute sa gloire une âme juste au lit de la mort. Aussi, lorsque les ministres de l’Eglise viennent l’entretenir des discours de Dieu et du néant de toutes les choses humaines, ces vérités saintes, si nouvelles pour le pécheur en ce dernier moment, sont pour elles des objets familiers…

Lire la suite

28/12/2016

Ontologie : Thèse 1 - Partie 1

L’ontologie est la science métaphysique qui a pour objet l’être réel, en tant qu’être, ainsi que les réalités que sa nature implique...

Lire la suite

23/11/2016

L'immutabilité de Dieu - 1

   Retour sur la remarque de ma lectrice adventiste mentionnée dans mon premier article, ici : http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/12/04/le-sabbat-introduction-5503627.htm

Lire la suite

20/05/2016

Le doigt de Dieu - 2

Elevez vos regards sur une création plus magnifique ; contemplez les ordres et les hiérarchies, de beauté et de puissance inégale, du monde angélique, elles vous diront encore…

Lire la suite

16/02/2016

Les noms du Roi de la Cité du bien - 2 : Don

Il s’appelle DON. Tel est le nom propre, le vrai nom du Roi de la Cité du bien. Qui en dira les incompréhensibles richesses ? Le don est ce qu’on donne sans intention de retour : ce qui emporte l’idée de donation gratuite. Or, la raison d’une donation gratuite, c’est l’amour : nous ne donnons gratuitement une chose à quelqu’un que parce…

Lire la suite

30/11/2015

Le Roi de la Cité du bien

L’ordre visible n’est que le reflet de l’ordre invisible. Dans les gouvernements de la terre, l’ordre se compose essentiellement d’une autorité suprême et d’autorités subalternes, chargées d’exécuter les volontés de la première. Nulle société ne peut se concevoir sans ces deux éléments : de même en est-il de la Cité du bien et de la Cité du mal. Dans l’une comme dans l’autre, le gouvernement se compose d’un roi, et de ministres de puissance inégale soumis à ses ordres. Or, ainsi que nous l’avons indiqué, le Roi de la Cité du bien, c’est le SAINT-ESPRIT…

Lire la suite

27/06/2015

Lieu d'exercice de la royauté du Christ

La nature spirituelle et pratique de cette royauté ayant été mise en évidence, sans oublier « l’erreur honteuse » que constituerait le silence et la mise sous le boisseau de Sa royauté « sur les choses civiles » il faut maintenant s’intéresser au… 

Lire la suite

28/04/2015

Prière à Jésus crucifié

O bon et très doux Jésus ! Prosterné à genoux en votre présence, je vous prie et vous conjure avec toute la ferveur de mon âme, de daigner graver dans mon cœur de vifs sentiments de foi, d’espérance et de charité, un vrai repentir de mes péchés…

Lire la suite

10/04/2015

La Cité du bien et la Cité du mal - 6

Eh bien ! Cet être si fragile, si combattu, si exposé à périr que l’épaisseur d’un cheveu, une simple mauvaise pensée, le sépare de l’abîme, luttera pendant soixante ans sans tomber ; ou, s’il tombe quelquefois, il se relève, reprend courage et malgré la nature, malgré l’enfer, malgré lui-même, demeure victorieux dans le dernier combat…

Lire la suite

Perfection chrétienne et contemplation - 1

Le problème mystique et la perfection de la vie chrétienne

Lire la suite

15/02/2015

La Contre-Révolution, qu'est-ce à dire ? - 6 : La hiérarchie - 2

A l’égalitarisme révolutionnaire façonné dans les sociétés de pensée (aujourd’hui, les think Tanks) dont l’aboutissement est le nivellement par le bas, et la mise en place progressive des ingrédients de la mise en esclavage,  s’oppose la hiérarchie qui fonde l’existence d’une institution assise sur des principes chrétiens… 

Lire la suite

16/01/2015

Pourquoi la philosophie chrétienne ? - 2

     La haute considération de l’Eglise pour la philosophie de Saint Thomas d’Aquin se vérifie par diverses déclarations des Papes comme les citations - non exhaustives - ci-dessous.  Notamment, les paroles du Pape Alexandre IV :

Lire la suite

17/12/2014

La Contre-Révolution, qu'est-ce à dire ? - 5 : La hiérarchie - 1

La hiérarchie s’oppose per diametrum à la mensongère égalité révolutionnaire. Cette égalité, fonds de commerce des partis politiques, faisait dire à un humoriste disparu « il y en a qui sont plus égaux que d’autres » ce qu’atteste chaque jour qui passe. De plus, au- delà du droit juridique, elle est en désaccord avec la réalité humaine où l’on observe des différences certaines entre individus, dans tous les domaines. 

Lire la suite

23/11/2014

Qui aime Jésus-Christ croit à toutes ses paroles - 2

 

Lire la suite

17/11/2014

Qui aime Jésus-Christ croit à toutes ses paroles - 1

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Grégoire de Tours

(Evêque de Tours et Confesseur  594)

 

QUI AIME JESUS-CHRIST CROIT A TOUTES SES PAROLES - 1

     «  Un ami ajoute foi à tout ce que dit son ami. Aussi, plus est grand l’amour d’une âme envers Jésus-Christ et plus sa foi est inébranlable est vive.

     En voyant le Rédempteur mourir sur la croix, sans l’avoir mérité, en considérant sa patience dans les supplices, le bon larron se prit à l’aimer ; et bientôt dans son coeur ouvert par cet amour, la lumière de Dieu pénétra, et il crut : il crut que Jésus était vraiment le Fils de Dieu, et il le pria de se souvenir de lui quand il serait dans son royaume.

     Sans doute, la foi est le fondement sur lequel repose la charité ; mais la charité, à son tour, perfectionne la foi. Plus sera parfait notre amour pour Dieu, plus aussi notre foi sera parfaite. Grâce à la charité, on croit, non plus avec l’intelligence seule, mais aussi avec la volonté. Il en est qui ne croient qu’avec leur esprit, mais leur coeur se dérobe : ce sont les pécheurs ; ils savent bien que les enseignements de la foi sont la vérité, mais ils se refusent à vivre suivant les divins préceptes. Leur foi est bien faible : si elle était vive, ils verraient dans la grâce divine un bien plus grand que tout bien, et dans le péché, qui nous prive de la grâce, un mal pire que tout mal, et ce serait certainement la conversion. Pourquoi donc préfèrent-ils à Dieu les misérables biens d’ici-bas ? La cause en est ou dans leur manque de foi ou dans leur foi par trop faible. Tout autre chose est de croire, non plus avec son esprit seul, mais aussi avec sa volonté, une volonté remplie d’amour pour le Dieu qui nous révèle la vérité : non seulement on croit, mais en croit volontiers, mais on est heureux de croire ; c’est la foi parfaite qui nous porte à conformer notre vie à nos convictions.

     D’où vient l’insuffisance de la foi chez ceux qui vivent dans le péché ? Elle n’a point pour origine l’obscurité de la foi. Sans doute, les mystères révélés restent obscurs et impénétrables : Dieu l’a voulu ainsi pour rendre la foi méritoire. Cependant, les motifs de crédibilité nous rendent si évidente l’autorité divine sur laquelle s’appuient nos croyances que refuser notre adhésion serait, non seulement imprudence, mais impiété et folie. La faiblesse de la foi, chez beaucoup, vient d’ailleurs : à savoir des défaillances de leur conduite. Celui qui renonce à l’amitié de Dieu pour n’avoir pas à se priver des plaisirs défendus, voudrait qu’il n’y eût ni loi pour les interdire ni châtiment pour les punir. Il s’applique d’abord à fuir la pensée des vérités éternelles : mort, jugement, enfer, justice de Dieu. Ces vérités, néanmoins, l’épouvantent et troublent ses joies coupables : il s’ingéniera donc à chercher des objections plus ou moins spécieuses pour arriver à une persuasion plus ou moins sincère qu’il n’existe ni âme, ni Dieu, ni enfer. Ainsi, il pourra vivre et mourir comme l’animal, sans loi ni raison.  

(A suivre…« Qui aime Jésus-Christ croit à toutes ses paroles – 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

Capture05.jpg

Lire la suite

13/08/2014

Le pouvoir législatif de Jésus-Christ

 

Lire la suite

20/07/2014

Encyclique Notre Charge Apostolique : Application pratique - 2

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Jérôme Emiliani

(Confesseur et fondateur de la Congrégation des Somasques  1537)

 

EXTRAIT DE L’ENCYCLIQUE NOTRE CHARGE APOSTOLIQUE – 2

 

APPLICATION PRATIQUE - 2

     La laïcité démocratique ou plutôt l’imposture du laïcisme qui se prétend neutre dans l’éducatif et en religion, mais dont les racines sont éminemment religieuses puisqu’elles prennent nécessairement naissance dans les diverses sécrétions philosophico-religieuses qui véhiculent une vision du monde, de l’homme et de la société issues de l’une des deux traditions religieuses et philosophiques (ou sagesses) de l’humanité (3) : celle de Caïn ou d’Abel. Le syncrétisme et le polythéisme de la laïcité se dissimulant, pour sa part, derrière le « vivre ensemble » de la philosophie moderne qui s’origine dans des conceptions religieuses gnostiques et philosophiques fondamentalement antichrétiennes.

     La seule religion qui l’insupporte vraiment, en digne fille du démon, c’est la vision du monde, de l’homme et de la société issue de la tradition d’Abel : le christianisme de Notre-Seigneur propagée par les apôtres, et l’Eglise catholique (4) qui n’acceptera jamais que Notre-Seigneur Jésus-Christ soit mis au même rang, ou relégué en-dessous de Bouddha, Mahomet, Krishna, Vishnu, Confucius, Hermes Trimegiste, Descartes, Rousseau, Kant, Hegel, Marx et autres fausses lumières religieuses et philosophiques de l’humanité.

     Ces deux armes redoutables de la Révolution que sont le laïcisme et l’école laïque, qui ont pour père le diable, n’ont jamais été conçus par ses propagandistes pour rendre la France plus chrétienne mais pour la déchristianiser (5). Ce qui, aujourd'hui, est plus que patent et perceptible par le dernier des imbéciles. Cet état de fait, rendu possible avec l’aide de beaucoup de catholiques laïcs et ecclésiastiques, très majoritaires dans le pays et inconséquents, complices ou traîtres à leur baptême au nom de la Très Sainte Trinité (Père, Fils et Saint-Esprit).

     A quoi bon prier hypocritement le Notre Père – pour ceux qui prient encore - en disant « Que votre règne arrive. Que votre volonté soit faite sur la terre (…) comme au ciel » (Saint Matthieu VI, 10) tout en votant pour donner le pouvoir gouvernemental et civil à des gens qui, par leur programme politique libéral et imprégné de gnostico-kabbalisme, l’éjecte de toutes les institutions publiques, et font tout ce qui est en leur pouvoir pour que ce « règne » n’advienne jamais, en édictant ou cautionnant, en zélé préparateur de l’Antéchrist, des lois antichrétiennes et corruptrices : si ce n’est pas une incohérence magistrale ou du crétinisme abouti, qu’est-ce que c’est ? Réveille-toi, mon frère !... et commence à produire du fruit qui convienne à la repentance.

     Cette tirade ne va pas plaire aux partisans de cette kyrielle de partis politiques sortis du souffle de l’enfer, mais ce blogue n’a pas été ouvert pour plaire, ni pour ratisser large en prêchant le politiquement et religieusement corrects de la pensée unique et conformiste, fabriquée et impulsée dans la société pour servir les intérêts de l’antichristianisme, et véhiculée par des média serviles, dans un but de formatage social.

René Pellegrini

 (3) La tradition d’Abel, la victime, qui s’est perpétuée dans la Postérité de la femme du Livre de la Genèse III, 15 aboutissant à la Vierge Marie et à Jésus-Christ, et la tradition de Caïn, le meurtrier, qui s’est perpétuée dans toutes les sectes, sociétés secrètes, fausses philosophies et fausses religions ennemies de cette postérité de la femme et qui constitueront, dans le modernisme, l’égout collecteur de toutes les gnoses, de toutes les hérésies, de tous les schismes fabriqués depuis l’origine et unis pour combattre, à visage découvert ou dissimulé, contre tous les précurseurs de la postérité de la femme et contre sa manifestation au temps marqué par Dieu : la Sainte Vierge de laquelle sortira le Christ et son unique Eglise, son unique bercail, son unique arche de salut, gardant le dépôt de la foi jusqu’à la fin du monde.

(4) Ne pas confondre l’Eglise catholique jusqu’au Concile Vatican II, avec l’Eglise conciliaire issue de ce Concile et dont les ‘’papes’’, en dépit des apparences, sont des apostats, traîtres au dépôt de la foi et à ses développements magistériels connexes, transmis par leurs prédécesseurs sous le sceau de l’infaillibilité manifestée par la double expression du Magistère Pontifical : ex cathedra ou extraordinaire et ordinaire universel. Désormais, ces faux papes ont pour mission de régulariser la révolution qui s’incarne maintenant dans le mondialisme en préparant, par le biais du diabolique œcuménisme, sa religion universelle syncrétiste luciférienne et antichrétienne.

(5) En digne suppôt de l’enfer, mais au moins c’est clair et vérifiable dans les faits :

« Le but de l’école laïque n’est pas d’apprendre à lire, à écrire et à compter ; c’est de faire des Libres penseurs. L’école laïque n’aura porté ses fruits que si l’enfant est détaché du dogme, s’il a renié la foi de ses pèresL’école laïque est un moule où l’on jette un fils de chrétien et d’où s’échappe un renégat. » (Paroles prononcées par un inspecteur d’Académie, lors du Convent maçonnique du Grand Orient, en 1896)

- C’est moi qui mets en gras dans la citation.

Capture05.jpg

08/07/2014

Encyclique Notre Charge Apostolique : Application pratique - 1

 PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Procope (1)

(Martyr 303)

 

ENCYCLIQUE NOTRE CHARGE APOSTOLIQUE : APPLICATION PRATIQUE - 1

Capture01.jpg

APPLICATION PRATIQUE - 1 :

     Cet extrait de l'Encyclique de Saint Pie X pour rappeler aux catholiques et aux « idiots utiles » qui s’ingénient, par oubli des principes pratiques et cohérents de la foi pour une société chrétienne et contre ce qui lui est fondamentalement nocif, à soutenir le panier de crabes des partis politiques libéraux : tous fils de la Révolution - d’essence satanique - ou de son état d’esprit (UMP, Socialistes, Communistes, Front de Gauche, Front National, NPA, Radicaux de gauche et de droite, MoDem, Ecologistes et tous les autres groupuscules ou sectes politiques devenus adeptes du mantra « liberté,égalité, fraternité ») et, par conséquent, fille et fils volontaires ou involontaires du premier opposant, du premier Protestant et révolté contre Dieu que fut Lucifer.   

     Ces multiples systèmes idéologiques et politiques, fruits vénéneux de la gnose maçonnique, de la kabbale et du Talmud juifs, qui se retrouvent tous, comme larrons en foire, dans cette ignominie qui consiste à bâtir une société dans laquelle Dieu, Notre-Seigneur Jésus-Christ et l’Eglise, par la vertu de la diabolique laïcité, sont relégués très loin derrière le sport, le cinéma, le théâtre, les jeux, les variétés, etc. Ces systèmes gangrenés par les subversives, dissolvantes et immorales émanations gnostico-kabbalistes n’offrent absolument aucun espoir crédible de redressement pour la France mais surtout un présent et un avenir de désillusions et de tragédies.

     Aucune illusion, je le répète, aucune illusion à se faire lorsque Dieu est continuellement bafoué de cette manière par un peuple en état d’apostasie avancée, se donnant de tels porte-paroles de l’enfer, traîtres à leur pays, menteurs patentés et monuments d'incompétence. Pour tous les français qui n’ont pas renié ou galvaudé leur foi catholique et chrétienne non moins que la mission divine de la France conclue lors de son alliance avec Dieu au Baptistère de Reims, c’est : Chrétiens d’abord et français ensuite, et non l’inverse comme le crie stupidement un certain nationalisme républicain qui n’est que la caricature du véritable patriotisme fondé sur la foi et la fidélité à ses ancêtres qui firent la France et la civilisation chrétienne.

     Si le clergé et les laïcs catholiques, très majoritaires en France étaient vraiment chrétiens, ils auraient dû comprendre depuis longtemps, selon les paroles du Pape, qu’on ne bâtit pas une « cité catholique » et une « civilisation chrétienne » – le moins que l’on puisse faire lorsqu’on se prétend catholique et chrétien – « si l’Eglise n’en jette les bases et n’en dirige les travaux » comme le précise et l’enseigne l’Encyclique.

     Mais sûrement pas en envoyant sottement et invariablement au gouvernement pour ''christianiser'' la France, élection après élection, en s’en faisant un devoir civique voire une gloire, des bataillons de disciples du judaïsme kabbalistique et talmudique, et d’adeptes de la franc-maçonnerie boursouflée de gnose protéiforme et ennemis irréductibles et séculaires de l’Eglise catholique, de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de la civilisation chrétienne, ou des ''catholiques'' imbus de libéralisme (2) lui-même fruit moderne de la gnose au nom menteur, et aussi destructeur que les rêveries et utopies politiques et sociales des gnostico-kabbalistes.

     Agir de la sorte serait tout aussi stupide pour des musulmans voulant islamiser l’Arabie Saoudite ou le Qatar en envoyant dans leur gouvernement respectif une pléthore de catholiques traditionalistes fidèles aux enseignements magistériels dispensés par l’Eglise catholique jusqu’à Pie XII. Ceci pour vous montrer dans quel état d’esprit et de cohérence politique se trouve, à notre époque, la fille aînée de l’Eglise avec ses électeurs et ses divers prétendants politiques. Sur la question du vote voir les articles dans la rubrique politique – Le devoir électoral.

     Il y aurait de quoi désespérer pour notre pays s’il n’y avait ces multiples prophéties consolantes de saints, au cours de l’histoire de France, pour annoncer la venue d’un Grand Monarque pour redresser la France lorsqu’elle touchera le fond de la détresse,http://lechristroi.hautetfort.com/archive/2014/05/02/les-... la prophétie de Saint Pie X sur la future conversion de la France, http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/05/08/fra... et l’affirmation de la Sainte Vierge sur le triomphe final de son Coeur Immaculé. Alors : foi, espérance, charité, confiance, patience et lucidité.

(A suivre… « Encyclique Notre Charge Apostolique : Application pratique - 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Après avoir subi d’horribles tourments il fut décapité sous l’empire de Dioclétien.

(2) Le libéralisme, avec toutes ses sécrétions philosophiques et religieuses, est un péché mortel (voir les quatre articles sur l’antilibéralisme dans Rubrique présentation du blog). Péché mortel car il cause la ‘’mort’’ de l’âme, en lui faisant perdre la charité envers Dieu, qui est le principe de la vie surnaturelle. Avec la démocratie chrétienne, fruit du libéralisme, il figure parmi les pires ennemis que l’Eglise catholique aie rencontrés sur sa route.

Capture05.jpg

26/06/2014

Conséquences de cette division - 5

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Maixent (1)

(Prêtre et confesseur 531)

 

CHAPITRE V

CONSEQUENCES DE CETTE DIVISION – 5 

     Ainsi, le Verbe incarné, voilà l’objet éternel de la haine de Satan ; voilà le dernier mot des persécutions, des schismes, des hérésies, des scandales, des tentations et des révolutions sociales ; en d’autres termes, voilà l’explication du grand combat qui, commencé dans le ciel, se perpétue sur la terre, pour aboutir à l’éternité du bonheur ou à l’éternité du malheur.

     Mais pourquoi l’Incarnation a-t-elle été, est-elle encore, sera-t-elle toujours l’unique objet de la lutte entre le ciel et l’enfer ? Cette question est fondamentale. Seule, la réponse peut expliquer l’éternel acharnement du combat, ainsi que la nature et l’ensemble des moyens employés par l’attaque et la défense.

     L’Incarnation, c’est tout le christianisme. Mais quel est le but de l’Incarnation ? Déjà, nous l’avons indiqué : c’est de déifier l’homme. Dieu ne s’en est pas caché. Ses paroles, vingt fois répétées, manifestent son conseil.

« (…) Je l’ai dit : vous êtes des Dieux et tous fils du Très-Haut. » (Psaumes LXXXI, 6) (82 : 6)

« (…) On les appellera :Fils du Dieu vivant. » (Osée I, 10)

« Soyez parfaits comme votre Père céleste lui-même est parfait » (St Matthieu V, 48)

« (…) Car vous participez à la nature divine » (II Pierre I, 4)

« Le pouvoir vous a été donné de devenir fils de Dieu (…) ». (St Jean I, 12 )

« Voyez donc quelle est la charité du Père, il veut que nous ne soyons pas seulement appelés, mais que nous soyons réellement fils de Dieu». (Jean I, 12)

     L’homme connaît le conseil divin, il l’a toujours connu. Il sait, il a toujours su, dans le sens catholique du mot, qu’il doit devenir Dieu. Il y aspire de toutes les puissances de son être. Satan le sait aussi, et il prend l’homme par cet endroit.

« Mangez de ce fruit, et vous serez comme des dieux » (Genèse III, 5) est la première parole qu’il lui adresse. Tel est le sens : « Vous devez être des Dieux, je le sais et ne le conteste pas. Je vous propose seulement un moyen court et facile de le devenir. Pour être des Dieux, on vous a dit : Humiliez-vous ; obéissez ; abstenez-vous ; reconnaissez votre dépendance. Vous soumettre à de pareilles conditions, c’est tourner le dos au but. L’abaissement ne peut conduire à l’élévation. Voulez-vous y arriver ? Brisez vos entraves. Le premier pas vers la déification, c’est la liberté. »

     Comme dans toute hérésie, il y a du vrai dans cette parole. Le vrai est que l’homme doit être déifié. Le faux, est qu’il puisse l’être en suivant la voie indiquée par Satan. Aussi, remarquons-le bien, si étrange qu’elle soit, cette promesse de déification n’excite, dans les pères du genre humain, ni étonnement, ni indignation, ni sourire de mépris. Ils l’accueillent ; et, pour l’avoir prise dans le sens du tentateur, ils se perdent en l’accueillant. Aussi, saint Thomas remarque avec raison que le principal péché de nos premiers parents ne fut ni la désobéissance ni la gourmandise, mais bien le désir déréglé de devenir semblables à Dieu. La désobéissance et la gourmandise furent les moyens ; l’ambition illégitime d’être comme des Dieu, le but final de leur prévarication.

(A suivre… « Conséquences de cette division – 6 »…si Dieu veut)

(1) Il possédait le don des miracles

René Pellegrini

Capture05.jpg

02/06/2014

La Contre-Révolution, qu'est-ce à dire ? - 2

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Jean d’Urtica

(Confesseur † 1163)

 

LA CONTRE-REVOLUTION QU’EST-CE A DIRE ?  - 2 

     Prenons bien garde que la contre-révolution catholique n’est pas une révolution à l’envers - du genre œil pour œil, dent pour dent - mais le contraire de la Révolution. Il faut donc que sa forme constitutive, ou essence, soit celle d’une société chrétienne se substituant à la forme révolutionnaire. 

     Cette forme ou essence révolutionnaire sur laquelle s’appuie la Révolution qui, depuis 1789, fait massivement déraisonner les hommes (1) est constituée par ce qui est pompeusement appelé '' les Immortels principes de 1789 '', à savoir : les faux principes maçonniques de « Liberté Egalité Fraternité » fondés : 

- d’une part, sur le refus, voire la haine, de l’ordre social chrétien, de la culture chrétienne, de la structure sociale et familiale chrétiennes et, son remplacement par la mise en place de processus ''éducatifs'', culturels et politiques judéo-maçonnisés destinés à corrompre et à subvertir tout ce qui revêt un caractère catholique, pour empêcher toute tentative de restauration chrétienne et, 

- d’autre part, sur le déploiement de l’immoralité entretenue journellement par tous les supports qu’offrent les milieux de la mode, de la presse, de la télévision, des variétés, du cinéma, etc., à laquelle s’ajoute la pratique du mensonge socialisé. 

     Cette animosité antichrétienne attestée, depuis l’origine, par les horreurs et les inhumanités de ses premiers agissements contre une population bien ciblée, sa continuité avec ses guerres révolutionnaires exportatrices de ces faux principes, ses conflits sociaux permanents entre classes sociales, la progressive dégénérescence morale de la société et, aboutissement logique de ce satanique et perpétuel esprit de révolte, les conséquences désastreuses actuelles, et pourtant provisoires, car n’ayant pas encore atteint la plénitude de leur ignoble application pratique : celles-ci se dissimulant toujours, et subtilement, derrière les mots mobilisateurs à la sonorité agréable, mais trompeuse, des faux principes républicains.

     Il faut bien comprendre et insister sur cette vérité : la nature d’une chose lui est donnée par sa forme (sens métaphysique du terme) ou essence. Pour l’institution révolutionnaire cette forme est constituée par : «  Liberté , égalité, fraternité ». 

     En utilisant le triptyque révolutionnaire, la Révolution posera la liberté et l’égalité pour qu’elles se substituent à la hiérarchie sur laquelle est fondée l’ordre social chrétien et la contre-révolution catholique, pour les renverser et les détruire. Celles-ci étant posées, pour mettre en acte la Révolution, lui donner l’existence, il faut lui ajouter la fraternité qui s’opposera à l’essence de l’ordre catholique : la vérité et la charité. De façon opposée, pour acter ou donner l’existence à la contre-révolution et à l’ordre catholique, il faut ajouter la hiérarchie à la vérité et la charité. 

     Toute association, institution ou oeuvre – monarchique, politique, sociale ou syndicale – fondée (ou revendiquant) le triptyque « Liberté, égalité, fraternité » est d’essence révolutionnaire. Tous les mouvements de l’échiquier politique, sans exception, sont tombés dans ce travers.

     Il en va de même pour tout mouvement qui se voudrait contre-révolutionnaire en adoptant ce triptyque. Ce mouvement pourrait s’afficher avec des bannières ou des cocardes à l’effigie du Christ-roi, du Cœur sacré de Jésus et ne tolérer en son sein que des catholiques, la forme adoptée en ferait néanmoins un mouvement révolutionnaire car, il faut le répéter, la nature d’une chose lui est conférée par sa forme. D’où la grande prudence que doivent manifester les Catholiques, sur la structuration d’une association, d’une œuvre ou d’un mouvement catholique avant de s’y engager, ou d’obéir à ces mots d’ordre, car le chant des Alléluia n’y changera rien.

     Pour combattre l’hérésie politique et sociale qu’est la Révolution, et sa trilogie satanique issue de la complicité des synagogues et des loges maçonniques contre la société chrétienne, il faut avoir le courage de rompre avec ce qui lui permet d’exister : la fraternité révolutionnaire, et lui opposer le forme de la contre-révolution « Vérité, charité, hiérarchie » en lui soumettant notre intelligence et notre volonté. Ce n’est que cette forme qui est véritablement catholique et contre-révolutionnaire. Hors d’elle, et de ce courage, c’est l’échec assuré et œuvrer, encore et toujours, pour la Révolution, ou comme le disait Blanc de Saint Bonnet « (…) ils espèrent mettre le navire à flot avec une partie des moyens qui le retiennent dans la vase ! »

     Dans les prochains articles nous examinerons chacun des termes de la trilogie contre- révolutionnaire, en commençant par la Vérité.

(A suivre…« La contre-révolution, qu’est-ce à dire ? – 3 : La vérité »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Les hommes constituent la ''matière'' nécessaire en acceptent de se faire imposer cette forme révolutionnaire.

Capture05.jpg

09/04/2014

La Contre-Révolution, qu'est-ce à dire ? - 1

 

Lire la suite