Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2018

Les Républiques seront détruites

        Il n’y a pas d’avenir pour les Républiques. Après avoir provoqué de grands désastres dans le monde, les Républiques judéo-maçonniques et révolutionnaires seront détruites de fond en comble (ainsi que l’Islam) par le Monarque puissant (1). Elles sont devenues des égouts collecteurs de toutes les pourritures morales et hérésies spirituelles que la gnose et la Kabbale antichrétienne ont déversées sur la terre depuis…

Lire la suite

28/02/2018

Hiérarchies et Ordres des anges - 2

     Que les anges et les hommes forment des hiérarchies distinctes, la raison et la preuve en est dans la perfection relative des uns et des autres. Cette perfection est d’autant plus grande, que les êtres participent plus abondamment des perfections de Dieu. Créature purement spirituelle, l’ange y participe plus que l’homme. En effet…

Lire la suite

18/10/2017

Le retour des Juifs en Palestine - 8 : Versets contredisant un retour en Israël - 2

     Avant d’aborder un autre texte contredisant un retour des Juifs en Palestine, celui de St Matthieu XXI, 33-46, considérons une constante dans l’histoire de ce peuple et de ces dirigeants : l’attitude de mépris allant jusqu’aux meurtres à l’égard des prophètes que Dieu leur envoie…

Lire la suite

24/07/2017

Les Juifs persécuteurs - 2 : Aspect religieux

Quand je dis « les Juifs » je ne veux pas dire tous les Juifs - à l’époque de Jésus comme après - mais surtout, même si ça fait pas mal de monde, leurs élites politiques et religieuses fidèles aux doctrines sur le Christ des rabbins pharisiens kabbalistes et talmudistes, et ceux qui adhèrent en actes et paroles à leurs enseignements ; ou ceux qui véhiculent des pratiques sociales et politiques antichrétiennes. Mon propos sur les Juifs ne se veut pas simplificateur...

Lire la suite

14/05/2016

Le ''peuple souverain'' a choisi - 2 : Pas Jésus-Christ

Entre la droite la plus bête du monde, celle qui la suit de près, et toute la gauche confondue, je ne vois pas où se situe la prise de position nette et effective en faveur de Notre-Seigneur et de ses lois morales, sociales et politiques…

Lire la suite

10/04/2016

Le discernement des esprits : Quelques précisions

     Le discernement des esprits n’est pas une faculté naturelle mais un don gratuit de la grâce de Dieu : un charisme. Il permet à l’âme qui le possède de flairer l’œuvre des ténèbres lors même qu’elle se recouvrirait d’un ''manteau de lumière''…

Lire la suite

02/08/2015

Eglise conciliaire : Immoralité et apostasie - 1

Je ne doute pas un seul instant que Saint Jean-Baptiste et Jésus, présents dans la chair, vous diraient comme aux pharisiens de leur temps (dont vous être probablement les fils spirituels) et pour bien moins les concernant : « serpents, races de vipères (…) fils du diable »…

Lire la suite

29/03/2015

Un clergé indigne

     Honte à vous, ecclésiastiques de toutes hiérarchies, vous qui omettez de fustiger cette installation arrogante dans le péché d’hommes et de femmes publics qui, logiquement, devraient guider leurs administrés, par l’exemple, dans les voies de la moralité et de la bienséance, et non dans le honteux spectacle de la débauche et de l’immoralité. Pire encore lorsque, de surcroît, ils nous sont présentés comme catholiques… 

Lire la suite

03/05/2014

Les prophéties sur la France - 2

 

Lire la suite

26/02/2014

Le front national : Mise en garde pour catholiques traditionalistes...et autres - 1

 PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Victor d'Arcis-sur-Aube

(Ermite et Confesseur VIe siècle)

 

FRONT NATIONAL - 6

 

MISE EN GARDE POUR CATHOLIQUES TRADITIONALISTES…ET AUTRES - 1

 

En bleu ce qui est rajouté au texte initial   

     Je ne félicite pas du tout, ni les revues qui soutiennent cet homme politique (sa fille aujourd’hui), ni les abbés déjà nommés et contre lesquels je mets particulièrement en garde, compte tenu de leur comportement, de leurs fréquentations et sympathies douteuses, même s’ils portent la soutane – ce qui, en soi, ne confère aucune garantie d’orthodoxie, car il faut bien se souvenir que les infiltrations gnostiques et maçonniques ont commencé dans l’Eglise catholique alors que tous la portaient, et qu’il est tout à fait illusoire de croire que la Fraternité (?) en soit exemptée – même s’ils participent aux Pèlerinages de Chartres et occupent des positions importantes dans la Fraternité (?) Saint Pie X ; ce qui, en l’occurrence, loin de les accréditer, ne les rend que plus dangereux. (11) Pour notre part, nous n’oublions pas ces paroles révélatrices tombées entre les mains de l’Eglise et écrites, au début du XIXe siècle, par Vindice*** à son complice Nubius*** (12)  

«  C’est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé et du clergé par nous, la corruption qui doit nous conduire à mettre un jour l’ Eglise au tombeau » ( L’ Eglise romaine en face de la Révolution (13)   

     Les fidèles doivent se montrer extrêmement vigilants (relire et méditer les propos tenus par Vindice à Nubius - ci-dessus - qui, jusqu’à la fin, resteront toujours d’actualité) ; rester indéfectiblement attaché aux enseignements magistériels et à ce qui respire et se montre authentiquement catholique, en paroles et en actes, aussi bien dans le domaine politique que religieux ; se rappeler que la Sainte Vierge a clairement laissé entendre, de façon répétitive, et ce, depuis près (plus) de cent cinquante ans, qu’il n’y a maintenant plus d’autre alternative que « la pénitence, la conversion » - en principe ça se voit et ça s’entend – pour se sortir des maux mérités dans lesquels nous sommes plongés.  

     Désormais, et sans vouloir sombrer dans le quiétisme, cela me semble davantage relever de la miséricorde et de la Toute Puissance de Dieu : « (…) car tout est possible à Dieu » (St Marc X, 26) plus que des manigances, de l’activisme politico-religieux menés conjointement par des hommes politiques et des clercs douteux, même agrémentés d’une Messe Saint Pie V, d’une cocarde ou d’un drapeau du Sacré Cœur pour faire plus sérieux, car les ennemis expérimentés de l’ Eglise n’ignorent rien de ce qu’il convient d’utiliser et de flatter pour noyauter plus facilement les groupes de fidèles et gagner leur confiance.

     Il est donc illusoire de croire, de laisser croire ou de faire croire que Monsieur Le Pen (sa fille aujourd’hui) et le mouvement politique qui a le Front de se dire National après ce que nous en avons déjà dit et venons d’en dire concernant ses positions morales et politiques puissent, en l’état, redonner à la France une législation véritablement catholique et chrétienne lui permettant de retrouver sa vocation qui n'est pas révolutionnaire mais évangélique par la défense de l’Eglise catholique et de ses décrets.

(A suivre… « Mise en garde pour catholiques traditionalistes…et autres - 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(11) Cette petite tirade m’avait valu à l’époque, de la part d’un abbé qui recevait mon bulletin, le retour pour le moins cavalier de celui-ci. J’avais donc perdu un lecteur, déjà peu nombreux et pouvant tenir dans une petite fourgonnette. C'est le prix à payer lorsqu'on ne veut pas ratisser large en étant complaisant. Je ne sais pas ce qu'est devenu cet abbé, mais il a de quoi méditer s’il n’était pas lui-même de mèche.

(12) Vindice et Nubius, noms de guerre de deux chefs conjurés contre l’Eglise catholique appartenant à la société secrète politique et révolutionnaire du carbonarisme.

(13) Jacques Crétineau-Joly (1803-1875) fut l’un des principaux historiens et journalistes légitimistes français. Les deux tomes de son ouvrage cité ci-dessus furent écrits à la demande de S.S. Grégoire XVI et approuvé d’un Bref de S.S. Pie IX, en octobre 1858.

Capture05.jpg

29/01/2014

Les élections 2012 : La grande illusion - 1

      Aux bienheureux électeurs de 2012. A l’époque,  vous avez aimé votre champion M. François Hollande, le Président ‘’normal’’ et ennemi acharné de la finance ? Vous allez adorer le passage de témoin au nouveau champion confectionné pour les récidivistes et les lobotomisés, avec ou sans diplôme ronflant, le godelureau illuminé M. Emmanuel Macron, lui aussi...

Lire la suite

12/08/2013

Le front national : les avertissements de la Sainte Vierge

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Sainte Claire

  (Vierge et première abbesse des religieuses franciscaines 1253  

 

FRONT NATIONAL - 3

 

LES AVERTISSEMENTS DE LA SAINTE VIERGE   

En bleu, ce qui a été rajouté au texte initial

1958,antéchrist,apostasie,athéisme,catholiques,chefs,cieux,clergé,conversion,corruption,damnation,démon,diable,dieu,dirigeants politique,dirigeants de l’eglise,étoiles,feu,fin des temps,fin du monde,foi,france,gouvernements civils,humanité,immigration,jour du jugement,jigement dernier,la salette,laïcs,le pen,matérialisme,mensonge,morts,pénitence,peuple de dieu,prêtres,prière,prières,résurrection,révélation biblique,révélation privée,sacrilège,sainte ecriture,sainte jeanne d’arc,salut,soutane,spiritisme,suffrage universel,terre,vices     Bien que les Messages ci-dessous ne soient pas des objets de foi puisque appartenant à la révélation privée, (6) et non à la révélation biblique, ils sont néanmoins en parfaite harmonie, du moins se révèlent non contradictoires, avec ce que nous dit la Sainte Ecriture Sainte concernant la fin des temps (7) (à ne pas confondre avec la fin du monde) (8). C’est donc à l’aune des observations de la Sainte Vierge qu’il faut se référer pour juger de la valeur et de la réalité des ''sauveurs'' qui nous sont proposés par des laïcs ou des prêtres. En dehors de ce critère, aucune illusion à se faire, même avec l’approbation soutenue du clergé avec ou sans soutane.   

« (…) Les chefs, les conducteurs du peuple de Dieu ont négligé la prière, la pénitence, et le démon a obscurci leurs intelligences ; ils sont devenus ces étoiles errantes que le vieux diable traînera avec sa queue pour les faire périr (…) Les gouvernements civils auront tous le même dessein qui sera d’abolir et de faire disparaître tout principe religieux, pour faire place au matérialisme, à l’athéisme, au spiritisme et à toutes sortes de vices» (Message de La Salette en 1846)     

« (…) L’humanité a été sacrilège et elle foule aux pieds le don qu’elle a reçu (…) Le temps des temps vient et la fin des fins si l’humanité ne se convertit pas et si cette conversion ne vient pas d’en haut, des dirigeants du monde et des dirigeants de l’Eglise» (Message de Fatima du 13 octobre 1917)   

     La Sainte Vierge aux cours de ses deux interventions a parfaitement situé le problème et la solution : à cause de « l’obscurcissement des intelligences » corollaire d’une négligence bien précisée « négligence de la prière et de la pénitence » et que l’on s’attendrait à trouver ailleurs que chez les personnes incriminées. Et, quoiqu’ils en soient des moments chronologiques de ces Messages, les mêmes expressions reviennent toujours, soulignant au passage leur extrême importance, « Prières, pénitence, conversion » aussi bien pour les dirigeants religieux que civils. Ce qui révèle où se situe la priorité de l’effort et, au-delà des apparences, l’état spirituel déplorable dans lequel se trouvent civils et religieux.

    
On observera aussi, avec plus de cent soixante ans de distance (pour La Salette), la justesse descriptive de la situation religieuse et politique qui devait prévaloir, et les conséquences sociales et spirituelles engendrées par les agissements des gouvernements civils se voulant indépendants de Dieu et de l'Eglise dans la gestion politique et morale de leur pays. Ce descriptif rend patent le peu de lucidité et d’esprit de foi de la grande majorité des catholiques qui n’ont cessé d’envoyer au gouvernement des hommes qui ne prévoyaient nullement, et ne prévoient toujours pas dans leur programme – toutes catégories politiques confondues - de remédier à cet état de fait. A ce stade tout vote devient inutile, sinon à cautionner la perpétuation de l'éjection de Dieu de la vie sociale et publique voulue par la scélérate Constitution laïque de 1958 et, par voie de conséquence, le refus de soumission que Lui doivent - en tant que Maître des sociétés humaines - les autorités civiles dans la conduite morale des affaires sociales et de l'Etat, ou, à se faire complice des actes mauvais ou irreligieux contenus dans le programme politique de ceux qui seront portés au pouvoir par le suffrage universel, ou mensonge universel comme disait le Pape Pie IX.  

     Le salut du monde et, en particulier, celui de la France vient « non par la corruption » mais par la « conversion d’en haut » c’est-à-dire : d’abord de ceux – civils ou religieux – qui dirigent temporellement ou spirituellement le pays, ou aspirent à le diriger comme M. Le Pen (sa fille aujourd’hui) dans l’ordre temporel et politique. A défaut, la conversion personnelle demeure néanmoins nécessaire.       

(A suivre…« Immigration et récupération politique de Sainte Jeanne d’Arc »…si Dieu veut)

(6) L’Eglise ne s’est pas opposée, bien au contraire, à la publication de ces Messages à une époque où elle était très sévère sur les conditions de mise en circulation de révélations privées.

(7) La fin des temps ou plutôt les derniers temps du monde sont caractérisés par l’apostasie de l’Eglise (en cours) et les événements menant à la venue de l’Antéchrist.

(8) La fin du monde aura lieu lorsque le dernier élu de Dieu sera marqué par Dieu. Elle sera provoquée par le feu.

« Quant aux cieux qui existent maintenant et à la terre (…) étant réservés au feu pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies. (…) Les cieux passeront, les éléments embrasés seront dissous, et la terre, et tout ce qui est en elle sera consumé par le feu. » (II Pierre III, 7-10)

Elle sera suivie immédiatement par la résurrection de tous les morts et du jugement dernier pour la vie ou pour la damnation éternelles.

René Pellegrini     

Capture05.jpg

 

01/07/2013

Politique et religion au service du Nouvel Ordre Mondial - 3

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Thierry

(Abbé 534) 

 

LA ROYAUTE UNIVERSELLE DE JESUS-CHRIST - 8

 

POLITIQUE ET RELIGION AU SERVICE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL – 3

 

LE RETOUR VERS DIEU PAR LA PENITENCE ET LA CONVERSION

ange de lumière,antéchrist,apostasie,benoît xvi,caïphe,catholiques,chômage,ciel,clergé,commandements,concile,confession,conversion,coran,égarements,famines,fidélité,foi,guerres civiles,ignominies,impiétés,iniquités,insécurité,jean-paul ii,jésus-christ,justice,la salette,loi,lucifer,nouvel ordre mondial,oecuménisme,paix,papauté,pardon,péchés,pénitence,persécution,pestes,pollution profanations,prophètes,prophétie,rebelles,rois,royauté,sacrilèges,sainte vierge,syncrétiste,trône,turpitudes,vatican     Ce ne sont plus des couleuvres qu’on s’efforce de faire avaler aux catholiques conciliaires mais des pythons. Dans l’état actuel des choses et des mentalités, vous mettriez Lucifer en personne sur le trône pontifical revêtu des attributs de la Papauté - avec sa facilité à se transformer en ange de lumière - par le fait même qu’il soit installé au Vatican, ils s’exclameraient « Habemus papam ! » 

     Je ne suis pas sûr d’exagérer à en juger, de surcroît, par un ''pape'' (Jean-Paul II) embrassant le Coran, geste public d’apostasie après bien d’autres, auxquels s’ajoutent ceux de son successeur Benoît XVI ; la consternante apathie de l’esprit conciliaire qui en est résulté, et le commentaire sur un forum dit catholique d’un ''théologien'' complètement en l’air, considérant ce geste comme prophétique. Si prophétie il doit y avoir dans ce geste c’est celui de l’annonce de la future persécution de ceux qui voudront rester catholiques et totalement en dehors de cette grimace luciférienne œcuménico-syncrétiste inaugurée par un concile rappelant les intrigues et les brigandages d’Ephèse ou de Bâle, non moins que la préparation de la voie royale pour l’Antéchrist par un clergé apostat. Prophétie du même genre que celle de Caïphe à propos de Jésus : 

« et vous ne réfléchissez pas qu’il vaut mieux pour vous qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse point » (Saint Jean XI, 50)

     Prophétie dans laquelle il faut peut-être substituer « homme/JC » par fidèles/Eglise ; « peuple » par oecuménisme; « nation » par N.O.M (Nouvel Ordre Mondial) 

     Plutôt que nous associer aux oraisons œcuméniques de cette bouffonnerie pagano-chrétienne, à l’effervescence des nations ne désirant la paix que pour pouvoir s’adonner plus sereinement à toutes leurs turpitudes et égarements, et pas pour se convertir,  demandons, à l’instar des prophètes, pardon à Dieu, Notre Père du ciel, du fond du cœur et par une humble confession, en réparation pour tous nos péchés et ceux de nos pères, et pour toutes les ignominies, pour toutes les impiétés, pour tous les sacrilèges qui se commettent dans l’Eglise, en France et dans le monde, à l’égard de la majesté divine :

« Seigneur, nous reconnaissons nos impiétés et l’iniquité de nos pères, car nous avons péché contre vous » (Jérémie XIV, 20)

« Nous avons péché, nous avons commis l’iniquité, nous avons fait des actions impies, nous nous sommes éloignées et nous nous sommes détournés de vos commandements et de vos préceptes (…) Seigneur, à nous la confusion du visage, à nos rois, à nos princes et à nos pères qui ont péché (…) et nous n’avons pas écouté la voix du Seigneur notre Dieu, pour marcher dans sa loi, qu’il nous avait prescrite par ses serviteurs les prophètes. » (Daniel IX, 5,8,10)

     Que Notre Seigneur Jésus-Christ nous garde dans la foi et la fidélité, en ces temps de grande insécurité, de grande impiété et d’apostasie généralisée, où la justice divine se fait néanmoins sentir, sa ''main'' s’appesantissant de plus en plus sur les nations apostates et rebelles par le moyen des causes secondes telles que : multiplication des conflits armés, des séditions, des guerres civiles qui génèrent de graves pénuries alimentaires, des pestes et des famines. Etranges et inquiétants phénomènes climatiques et saisonniers prophétisés, d’ailleurs, par la Sainte Vierge à La Salette en 1846, ouragans, tempêtes et inondations dévastateurs en divers lieux, chômage endémique touchant toutes les classes sociales, et installant dans la précarité d’existence toujours plus de personnes, pollution des eaux, de l’air, etc…un long cortège de maux affectant les hommes et leur milieu naturel.

FIN DE L’AVANT-PROPOS

(A suivre...« La Royauté universelle de Jésus-Christ : Preuves scripturaires »...si Dieu veut)

René Pellegrini

Capture05.jpg

ange de lumière,antéchrist,apostasie,benoît xvi,caïphe,catholiques,chômage,ciel,clergé,commandements,concile,confession,conversion,coran,égarements,famines,fidélité,foi,guerres civiles,ignominies,impiétés,iniquités,insécurité,jean-paul ii,jésus-christ,justice,la salette,loi,lucifer,nouvel ordre mondial,oecuménisme,paix,papauté,pardon,péchés,pénitence,persécution,pestes,pollution profanations,prophètes,prophétie,rebelles,rois,royauté,sacrilèges,sainte vierge,syncrétiste,trône,turpitudes,vatican

 

13/06/2013

Le statut social et spirituel de Maitreya

Ce personnage n’étant qu’un agent spirituel du mondialisme, certaines déclarations peuvent être partiellement divulguées, ajustées ou retardées en fonction des circonstances et de l’état d’avancement des travaux du Nouvel Ordre Mondial qui s’installe dans un grand désordre planétaire...

Lire la suite

01/04/2013

Site monarchiste - 2

     Un clergé, des laïcs catholiques ou non, des hommes politiques catholiques ou non, présentant une autre alternative, d’autres chemins pour la France (sur quelque support de communication que ce soit) ne peuvent être – à moins d’ignorance - qu’un clergé, des laïcs et des politiciens trompeurs, inféodés consciemment ou inconsciemment à la cause antichrétienne de la judéo-maçonnerie... 

Lire la suite

18/02/2013

Considérations personnelles sur les messages du ciel

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Siméon (1)

(Evêque et martyr 120 )

 

PROTECTION CONTRE L’ILLUMINISME LUCIFERIEN - 5

Déjà mis sur blogue le 18 février 2013 

CONSIDERATIONS PERSONNELLES SUR LES MESSAGES DU CIEL 

 

     En ce qui concerne les « Messages du ciel » nous avons ce qu’il faut pour nous guider en ces temps pré-antéchristiques, et de grands dangers spirituels. Pour affronter ces temps périlleux pour la foi, les catholiques ont, en plus de la Sainte Ecriture et de l’enseignement constant de l’Eglise, deux messages sérieux provenant de la révélation privée, contenant ce qui est nécessaire pour marcher avec assurance : Les messages de La Salette et de Fatima. Il suffit de bien vouloir s’en imprégner et de les méditer. De plus, ils sont reconnus par l’Eglise comme ne contenant rien qui soit contraire à la foi.  

     Ces deux messages, que je vous invite à lire et à relire, tout en aidant à bien comprendre ce qu’annonce pour les Catholiques fidèles, la crise de l’Eglise conciliaire et son apostasie qui finira par devenir manifeste pour tous, sont deux clés, deux phares en même temps que deux remèdes pour :

     * d’abord, tracer notre chemin de piété et de sainteté, en mettant l’accent sur ce qui est indispensable, en soulignant par contraste ce qui fait défaut.

      * Ensuite, nous éclairer sur le résultat que l’on peut raisonnablement attendre de l’imposture des prières œcuméniques pour la paix, initiées par la mascarade d’Assise 1986 et les suivantes. Ces prières communes, d’attelages religieux mal assortis, impuissantes à apporter la paix, achèvent de discréditer l’initiateur, les continuateurs et les participants de cette pantalonnade, par la multiplication des conflits et des tragédies de toutes sortes depuis la mise en place de ces rassemblements œcuméniques qui fonctionnent comme des mystificateurs, et se caractérisent par le refus obstiné des participants de se placer sous le règne et la protection du Sacré-cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie avec, pour réponse du ciel, après tous les malheurs déjà vécus par l’humanité depuis ce pandémonium d’Assise, à plus ou moins long terme, comme autre conséquence surajoutée à ces refus obstinés et répétés : 

« La France, l'Italie, l’Espagne et l’Angleterre seront en guerre ; le sang coulera dans les rues ; le Français se battra avec le Français, l’Italien avec l’Italien ; ensuite il y aura une guerre générale qui sera épouvantable. Pour un temps, Dieu ne se souviendra plus de la France ni de l’Italie, parce que l’Évangile de Jésus-Christ n'est plus connu. Les méchants déploieront toute leur malice ; on se tuera, on se massacrera mutuellement jusque dans les maisons. » 

     Voilà qui remettent à leur juste place les illusions œcuméniques de paix par les prières communes d’un capharnaüm religieux hétéroclite, ainsi que les illusions des hommes politiques avec leurs promesses mensongères de résolution des problèmes par leurs initiatives nationales et internationales.

     A quoi bon courir, ça et là, pour s’accrocher aux basques de ‘’révélations’’ et de ‘’Messagers’’ très douteux du genre Medjugorje qui, s’ils peuvent inciter à une certaine piété, n’apporte rien de nouveau (hormis l’œcuménisme destructeur de la foi catholique) dont le but est de faire ombrage au contenu des deux messages précités, en détournant l’attention sur le contre-feu bosniaque comme, dans un autre contexte, le fait régulièrement le grotesque Père Noël avec ses festivités mercantiles et païennes, pour détourner notre attention du respect en actes et en paroles, et de la piété que nous devons à la Nativité de Jésus, à son but, et à ses conséquences pour l’humanité. Les fêtes chrétiennes ne servant plus, aujourd'hui, et pour la grande majorité, qu’à s’avachir dans la satisfaction des plaisirs matériels et sensuels. 

     Medjugorje est un leurre, en même temps qu’une énième attaque, destinés a court-circuiter et à éclipser le message de La Salette (1846) dont la crédibilité se trouve renforcée, non seulement par l’aval de l’Eglise, mais aussi par la mise en évidence de la corruption du clergé qualifié de « cloaque d’impureté », et l’annonce des bouleversements climatiques dont nous sommes témoins, et aussi par celui de Fatima (1917), ô combien révélateurs, en confirmant la crise de l’Eglise, non moins que son issue et les conditions de salut pour le monde. 

     Medjugorje est très œcuménique et s’oppose per diametrum à l’Encyclique « Mortalium animos » qui relève du Magistère ordinaire infaillible du Pape. Ce seul fait suffit à discréditer ce genre de ‘’Message’’ et ses ‘’voyants’’ 

     Avant de conclure, cet autre avertissement du grand thaumaturge que fut Saint Vincent Ferrier : 

« Voici donc les remèdes contre les tentations spirituelles que le diable soulève dans quelques âmes : ne pas désirer les grâces extraordinaires. Ceux qui veulent vivre dans la volonté de Dieu ne doivent pas désirer obtenir par l’oraison, contemplation et autres œuvres de perfection, des visions, des révélations ou des sentiments surnaturels dépassant l’état ordinaire de ceux qui ont pour Dieu une crainte et un amour très sincères. Car pareil désir ne peut venir que d’un fond d’orgueil et de présomption, d’une curiosité vaine à l’égard de Dieu, et d’une foi trop fragile. La grâce de Dieu abandonne l’âme prise de ce désir et la laisse tomber dans les illusions et tentations du diable qui la séduit en des visions et des révélations trompeuses » 

« Fuyez la société et la familiarité de ceux qui sèment et répandent ces tentations comme ceux qui les défendent et les louent. N’écoutez ni leurs récits, ni leurs explications. Ne cherchez pas à voir ce qu’ils font. Car le démon ne manquerait pas de vous faire voir en leurs paroles et leurs gestes des signes de perfection auxquels vous ajouteriez foi pour tomber et vous perdre avec eux. » (in la vie spirituelle)

     Maintenant, après les sages et sérieux avertissements de Saint Jean de la Croix, des articles précédents, et celui de Saint Vincent Ferrier, si vous estimez être plus compétent qu’eux en matière de faits mystiques et de communications extraordinaires, libre à vous, mais à vos risques et périls.

Que Dieu vous garde et vous bénisse !

 René Pellegrini

 

(1) C’est Egésippe, auteur très ancien, qui écrit la vie et le martyr de saint Siméon. Elle est rapportée par Eusèbe de Césarée en son histoire ecclésiastique. Il était le fils de Cléophas, cousin germain de Notre-Seigneur selon la chair. Il menait une vie si sainte et de si grand mérite, qu’après le massacre par les juifs de saint Jacques le Mineur, premier évêque de Jérusalem, les apôtres de Jésus-Christ qui vivaient alors, s’assemblèrent de divers lieux, et l’élurent pour successeur de saint Jacques, second évêque de Jérusalem. Ayant refusé de renoncer à sa foi en Jésus-Christ, Attique, le lieutenant de l’empereur, le fit fouetter et subir de cruels tourments. Il consomma son martyre sous l'empire d'Adrien. Le martyre de ce saint est écrit aussi par Nicéphore Calixte, et le Martyologe romain en fait aussi mention.

Capture05.jpg

19/01/2013

Conséquences de l'esprit païen de la Renaissance

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Laumer(1) 

(Abbé 594) 

 

LA ROYAUTE UNIVERSELLE DE JESUS-CHRIST - 5

 

CONSEQUENCES DE L’ESPRIT PAÏEN DE LA RENAISSANCE

 

 496,1789,1905,1958,altermondialisme,anges,apostasie nationale,arts libéraux,assassinat,avancées sociales,avenir,baptême,benoît xvi,bête immonde,bien commun,bonne volonté,classe politique,clergé,clovis,communisme,consitution maçonnique,conversion,dégénérescence,dépravés,déviations idéologiques,dialectique,dialogue œcuménique,droits de l’homme,éducation,effondrement moral,élites intellectuelles,enfants,enseignement,enseignements de l’eglise,esprit païen,esprit révolutionnaire,etat,évêques,fascisme,fêtes publiques,fidèles,fille aînée de l’eglise,foi,formation philosophique,france,haine,hérésie,honte,impiété,iniquité    Cet esprit païen – fruit d’influences judéo-gnostiques - que véhicula la Renaissance dans l’enseignement, la littérature, le théâtre, les ballets, les modes, les arts libéraux et mécaniques, les fêtes publiques et domestiques, sema ses germes corrupteurs qui, peu à peu, minèrent la foi et les mœurs chrétiennes de la société française la faisant aboutir à la sinistre et sanguinaire Révolution dite française de 1789, ponctuée par son double assaut satanique contre :

   . Le pouvoir temporel monarchique d’institution divine par la conversion de Clovis et son baptême par Saint Rémy en 496. Assaut des ténèbres qui aboutira au régicide, aux actes atroces, horribles et inhumains de la Terreur révolutionnaire qui suivirent l’assassinat de Louis XVI, et perpétrés par les chantres et thuriféraires des Droits de l’homme sans Dieu.

   . Le pouvoir spirituel exercé par l’Eglise catholique romaine aboutissant à la spoliation des biens d’Eglise et, en 1905, à la séparation de l’Eglise et de l’Etat, au lieu de la distinction comme dans un couple humain normalement constitué (2) dans lequel on distingue l’homme et la femme - leurs devoirs respectifs ordonnés au bien commun temporel et spirituel - sans les séparer, si l’on veut se conformer à la volonté de Dieu et non, par cet acte inique de séparation, pour pouvoir s’approprier et se doter, en s’affranchissant de la direction morale des enseignements de l’Eglise, de tous les moyens législatifs pour privilégier la satisfaction des instincts les plus bas, les plus vils qui, à terme, se révèlent destructeurs de l’ordre familial et social.

     L’apostasie nationale, dans l’ordre social, fut officiellement consommée par l’ignoble et scélérate Constitution maçonnique de 1958 qui osa proclamer orgueilleusement à la face du monde « la France est une République laïque… » (Article 2). Cette Constitution d’esprit révolutionnaire, oeuvre de l’impiété et de l’iniquité, qui excluait Dieu et Notre Seigneur Jésus-Christ de la vie sociale, fut votée grâce à l’appui et aux encouragements donnés aux fidèles, peu cohérents en la circonstance, par un groupe d’évêques félons…ou stupides…ou naïfs. Cet état de fait, dans un pays très majoritairement catholique, ne peut s’expliquer que par l’affadissement spirituel et la trahison doctrinale :

     1 - d’abord, de ses élites intellectuelles et de sa classe politique dans leur quasi généralité, lesquels permettront par leur totale adhésion à cette formidable hérésie que constitue le laïcisme, d’imprégner, de tétaniser l’esprit de la jeunesse estudiantine, par le naturalisme intégral du système d’enseignement mis en place, qui la prédisposera à accepter ces pestilences idéologiques que sont : le libéralisme, le socialisme, le communisme, le fascisme….,et, aujourd’hui, le mondialisme et l’altermondialisme ces deux nouveaux avatars de la dialectique révolutionnaire.

     2 - ensuite, d’un clergé qui, lorsqu’il n’était pas infiltré pour tenir le rôle de cinquième colonne, était toujours plus nombreux à être complaisant ou dévoyé, soutenant d’une manière patente ou tacite ces déviations idéologiques, l’intelligence obscurcie dans ses analyses et ses jugements par : 

     - Son adhésion plus ou moins marquée au laïcisme, au libéralisme, au socialisme et autres pestilences idéologiques mises en place par l’esprit révolutionnaire mais, condamnées à plusieurs reprises, par l’Eglise ante Vatican II.

    - L’étude négligée (ou modernisée), ou la mise à l’écart, pure et simple, de saint Thomas d’Aquin dans sa formation théologique et philosophique.

     3 - Enfin, des parents catholiques en très grande majorité terriblement atteints dans leur foi, se traduisant par l’inversion radicale qu’ils opéreront concernant le choix des priorités et des finalités dans l’éducation qu’ils donneront ou feront donner à leurs enfants (la réussite sociale et matérielle étant prioritaire pour la plupart). Quand Notre Seigneur Jésus-Christ déclarera :

« Ne vous inquiétez donc pas, en disant : Que mangerons-nous, ou que boirons-nous, ou de quoi nous couvrirons-nous ? Car ce sont toutes ces choses que les païens recherchent (…) Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces autres choses vous seront données par surcroît. » (St Matthieu VI, 31-33). 

     Les parents catholiques y répondront en montrant, avec évidence, que les préoccupations matérielles et sociales, c’est-à-dire « toutes ces choses que les païens recherchent premièrement » leurs deviendront essentielles et prendront le pas sur « cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice » avec toutes les conséquences politiques et sociales qui en découleront. 

     La France, « Fille aînée de l’Eglise » (n’en déplaisent à tous les chantres de la subversion et de la haine contre l’Eglise) détournée de ses véritables origines, de sa vraie et plus que millénaire Constitution, de son authentique mission dans le monde et de sa vocation, par le courant révolutionnaire issu de la Renaissance passant ensuite par la Réforme protestante, se trouve ainsi ''plongée'' socialement et politiquement par ses trois « R » sataniques (Renaissance païenne, Réforme Protestante et Révolution de 1789) dans un grave effondrement moral et religieux, la faisant rouler d’abîmes en abîmes. 

     Quant au mondialisme, fruit et synthèse de l’esprit généré par les trois Révoltes précédentes contre l’Eglise catholique, il construit son assise religieuse par l’intermédiaire du dialogue œcuménique, en s’appuyant sur la caution que lui apporte un quatrième « R » (Ratzinger alias Benoît XVI). 

(A suivre...« Politique et religion au service du Nouvel Ordre Mondial »…Si Dieu veut) 

René Pellegrini

(1) Il naquit près de Chartres, sous le règne de Clotaire, roi de France, fils du grand Clovis, premier roi chrétien.

(2) Aujourd’hui, les dépravés de la bête immonde qui nous gouvernent, englués dans leur nauséabonde impiété, salissent et pervertissent tout ce qu’ils touchent en nous proposant en guise de ''mariage'' - ayant manifestement perdu le sens de l’orientation - les déviations sexuelles les plus sordides comme des ''avancées sociales'' affichant ainsi le niveau de perversité morale qui les habite. Pauvre, pauvre France, tu es en passe de toucher le fond de l’ignoble quand tu livres ton avenir à de tels dégénérés, ayant perdu tout sens moral et destructeurs avérés des fondements de toute société humaine et de tout ordre social. D’ailleurs, quel autre qualificatif que dégénérés pour ce genre d’individu, propagandistes des moeurs de Sodome et Gomorrhe, véritable honte de la race humaine. L’ignoble, le monstrueux, le pervers non plus endigués et réprimés par la loi mais faisant tous ses efforts pour s’inviter au cœur même de celle-ci : phase ultime de la dégénérescence d’un gouvernement, d’une société qui porte au pouvoir de tels gouvernants et des comptes qu’ils se doivent de rendre à Dieu. Effrayant et effroyable spectacle à la face de Dieu, des anges et des hommes de bonne volonté.

Capture05.jpg

28/11/2012

La morale dans une République en état d'apostasie - 2

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Jacques de la Marche

(De l'Ordre des Frères Mineurs 1476)  

 

ADULTERE ET FORNICATION - 2

 

LA MORALE DANS UNE REPUBLIQUE EN ETAT D’APOSTASIE - 2

 

adultère,androgyne,apostasie,bals,chrétien,clergé,danses,débauchés,démocratie,désobéir,dissolution,doctrine,droit souverain,éducateurs,education nationale,enfants,enseignants,enseignements de l’eglise,evangile,fables,famille,fermeté,fornication,francs-maçons,gender,haine,immoralité,jésus-christ,jeunesse,kabbale,laxisme,lois morales,mariage gay,obéir à dieu,parents,passions humaines,patience,perversité,pièges,prédication,république,salut éternel,sensibilité,sexes,sodome,théorie du genre,tyrannie,vérité,vice,vie spirituelle     On ne peut pas mieux dire sur ce qui devient possible « Si – au lieu des lois divines - les volontés de la multitude, les décrets des chefs de l'État, les sentences des juges fondaient le droit.» Ces paroles d’un païen non dénué de sagesse devraient :

   - d’une part, nous instruire sur la fumisterie du droit souverain des peuples qui, en écartant les lois morales de Dieu, se donne le droit juridique d’assouvir toutes les passions humaines, mêmes les plus infâmes, aux conséquences coûteuses et destructrices sur le plan social et familial, et dont nous ressentirons de plus en plus durement les retombées nauséabondes avec, désormais, l’enseignement scolaire de la théorie du genre (3) imposée par l’Education nationale (véritable nid de francs-maçons), de moins en moins éducative mais de plus en plus corruptrice, qui aurait grand besoin d’être éduquée elle-même. Parents, vous avez du souci à vous faire concernant la vie spirituelle et éternelle de vos enfants, en les confiant à de tels éducateurs. Et vous, enseignants qui n’avaient pas piétiné les lois morales divines comment allez-vous vous en sortir sans offenser Dieu et mettre en péril votre salut éternel ?

     Rappelez-vous ceci : aucune loi humaine, d’où qu’elle émane, en opposition avec un commandement ou un enseignement formel de Dieu, ne peut vous contraindre à désobéir à une loi divine. L’exemple en ce domaine est celui de Saint Pierre et des apôtres, ayant reçu le commandement de Notre-Seigneur de prêcher l’Evangile de Jésus-Christ, mais sommés par les autorités juives de cesser toute prédication du nom de Jésus, ils répondirent :

« Il faut plutôt obéir à Dieu qu’aux hommes. » (Actes V, 29)

   - et d’autre part, nous faire réfléchir sur ce qu’est, en réalité, l’aboutissement d’une société sous une forme gouvernementale démocratique, comme la nôtre, violant effrontément les lois divines.

« Où cette loi (de Dieu) est méconnue, violée par la tyrannie d'un, de plusieurs ou de la multitude, non seulement la société politique est vicieuse, il n'y a plus même de société. Cela est encore plus vrai d'une démocratie que de tout autre gouvernement. » (Cicéron, La république, Livre 1,3)

     Devant ce constat de délabrement moral et de laxisme ambiant, cet article - qui fait suite à deux petits articles sur les pièges du monde et la danse et les bals http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/01/11/tem... et http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/01/12/les... - vise à remettre en mémoire ou à faire découvrir, selon l’exhortation de Saint Paul à Timothée, l’enseignement donné par Dieu et par l’Eglise sur ces pratiques immorales ou qui les favorisent (4), non moins que les graves dangers qu’ils représentent dans l’ordre du salut éternel.

« Annonce la parole, insiste à temps et à contre-temps, reprends, supplie, menace en toute patience et doctrine. Car viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ; mais, selon leurs désirs, ils amasseront des maîtres autour d’eux, éprouvant une vive démangeaison aux oreilles ; et détournant l’ouïe de la vérité, ils se tourneront vers les fables. » (II timothée IV, 2-4)

     Ces paroles de Saint Paul faisant allusion à l’insupportabilité de la « saine doctrine » n’étant pas démenties par les faits contemporains il est donc convenable « d’annoncer la parole » en précisant, pour ceux dont la largeur d’esprit serait de l’ordre du Grand Canyon et la moralité en dessous de la ceinture, et qui, en conséquence, trouveraient les textes et les articles de ce blog imbuvables pour leur sensibilité, que je n’ai pas ouvert ce blog pour plaire aux débauchés et aux luxurieux, aux laïcs et aux religieux libéraux, aux négateurs de Dieu, ni pour pratiquer le très hypocrite politiquement et religieusement corrects par des propos ambigus et des circonlocutions de circonstances, ni pour être complaisant envers ce qui doit être dénoncé sans haine mais avec fermeté - dans le but de ratisser large et d’augmenter le nombre de mes visiteurs - mais pour appeler chat…un chat et, s’il plaît à Dieu, d’en ramener certains à résipiscence, après réflexion sur la conduite de leur vie. Mais aussi, pour rappeler ce que le clergé et tout chrétien normalement constitué devrait enseigner et propager, en ce domaine, sur site Internet ou dans les prêches en Eglise, compte tenu de l’état de déliquescence morale de la société dans toutes ses composantes sociales.

(A suivre…« L’adultère - 1 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(3) Théorie qui vise à inculquer dans l’esprit de la jeunesse la négation de la différence naturelle des sexes, en introduisant une distinction entre le sexe qu’il reçoit à la naissance et le détermine dans le genre masculin ou féminin, et l’identité sexuelle qui résulterait d’une perception subjective de son sexe, et de son orientation sexuelle qui serait le produit d’une culture et d’un conditionnement social. Cette théorie pseudo-scientifique, s’inscrivant dans un plan et une logique de changement de paradigme attelé à faire table rase de ce qui reste de culture et de morales chrétiennes, n’est qu’une énième exhalaison de la gnose et de la Kabbale lucifériennes en milieu chrétien pour, par cette théorie, subvertir la différence naturelle des sexes, en formant et orientant les esprits et les intelligences, en formation, vers la nature androgyne de l’être humain, et, par le brouillage des genres, à justifier les pratiques ignobles et bestiales de Sodome, le ''mariage'' gay et, à terme, la dissolution de la famille traditionnelle. A ce stade de machiavélisme et de perversité on ne parle plus d'intelligence humaine mais de fosse septique. Cette théorie du genre (gender en anglais) obligatoire dans les lycées français est enseignée dans les manuels scolaires de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT).

(4) Surtout ne pas commettre l’erreur de confondre les enseignements magistériels de l’Eglise avec les scandales sexuels d’ecclésiastiques ou de laïcs catholiques méprisant les commandements pourtant clairs de l’Eglise et de Dieu. L’Eglise n’a jamais enseigné de telles pratiques mais les a toujours condamnées. Le vice et l’immoralité ne sont pas dans les enseignements dispensés mais dans les passions désordonnées ou le manque de foi véritable de ces personnes, à quelque niveau hiérarchique où ils se situent. Pas plus que les habitants de Corinthe n’auraient pu se prévaloir de l’incestueux de l’Eglise de Corinthe pour dénigrer ou refuser les enseignements de Saint Paul.

Capture05.jpg

adultère,androgyne,apostasie,bals,chrétien,clergé,danses,débauchés,démocratie,désobéir,dissolution,doctrine,droit souverain,éducateurs,education nationale,enfants,enseignants,enseignements de l’eglise,evangile,fables,famille,fermeté,fornication,francs-maçons,gender,haine,immoralité,jésus-christ,jeunesse,kabbale,laxisme,lois morales,mariage gay,obéir à dieu,parents,passions humaines,patience,perversité,pièges,prédication,république,salut éternel,sensibilité,sexes,sodome,théorie du genre,tyrannie,vérité,vice,vie spirituelle

26/10/2012

Les références pour le traité du Saint-Esprit

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Evariste (1)

(Pape et martyr 121)

 

Les références pour le traité du Saint-Esprit

 

âme,amour,auteurs chrétiens,bayle,bible,bienheureux,bucer,catéchismes,catéchumènes,christianisme,clergé,cœur,collèges,concile de trente,conduite,conférences,consolation,constitutions pontificales,délices,dieu créateur,docteur angélique,doctrine,douleur,droit public,droit social,ecclésiastique,efforts,eglises,encouragement,esprit du bien,esprit du mal,facultés,fécondité,fidèles,fidélité,force,gloire,hérésie,heureux,intelligences,jean xxii,jésus-christ,journaux,juifs d'alexandrie,jules iii,livres,lumière,marcel ii,martyr,merveilles     Pour remplir notre tâche, trois fois difficile par sa nature, par son étendue et par la précision théologique qu’elle demande, nous avons, sans parler des conciles et des constitutions pontificales, appelés à notre aide les oracles de la vraie science, les Pères de l’Eglise. Leur doctrine sur le Saint-Esprit est si profonde et si abondante, que rien ne peut la remplacer. Ajoutons qu’aujourd’hui on la connaît si peu, qu’elle offre tout l’intérêt de la nouveauté.

     S’agit-il de préciser les vérités dogmatiques par des définitions rigoureuses, de donner la dernière raison des choses, ou de montrer l’enchaînement hiérarchique qui unit les éléments de notre formation divine ? Dans ces questions délicates, saint Thomas (2) nous a servi de maître. Puissent les nombreuses citations que nous lui avons empruntées le faire connaître de plus en plus, et accélérer le mouvement qui reporte aujourd’hui les esprits sérieux vers ce foyer incomparable de toute vraie science, divine et humaine !

     N’est-il pas temps de revenir, demandons-nous à ce propos, de l’aberration qui a été si funeste au clergé, aux fidèles, à l’Eglise, à la société elle-même ? Il existe un génie, unique en son genre, que l’admiration des siècles appelle le Prince de la théologie, l’Ange de l’école, le Docteur angélique ;(3) un génie dont l’étendue embrasse dans une immense synthèse toutes les sciences théologiques, philosophiques, politiques, sociales, et qui les a toutes enseignées avec une clarté et une profondeur incomparables ; un génie dont la doctrine est tellement sûre, qu’au concile de Trente (4), ses écrits, par un privilège inconnu dans les annales de l’Eglise, ont mérité d’être placés à côté de la Bible elle-même ; un génie auquel le Vicaire de Jésus-Christ, en canonisant ses vertus, a rendu ce témoignage solennel : « Autant frère Thomas a écrit d’articles, autant de miracles il a faits. Lui seul a plus éclairé l’Eglise que tous les autres docteurs. C’est une encyclopédie qui tient lieu de tout. A son école, on profite plus, dans un an, qu’à celle de tous les autres docteurs pendant toute la vie. » (5) Enfin, pour que rien ne manque à sa gloire, un génie tellement puissant, qu’un hérésiarque du seizième siècle ne craignait pas de dire : « Otez Thomas, et je détruirai l’Eglise. (6) »   

     Ainsi, on doit considérer saint Thomas, placé au milieu des siècles, tout à la fois comme un réservoir où sont venus se réunir tous les fleuves de doctrine de l’Orient et de l’Occident, et comme un crible par lequel, dégagées de tout ce qui n’est pas haute et pure science, les eaux de la tradition nous arrivent fraîches et limpides sans avoir rien perdu de leur fécondité.

     Or, ce docteur, ce saint, ce maître si utile à l’Eglise et si redoutable à l’Hérésie, la Renaissance l’a banni des séminaires, comme elle a banni des collèges tous les auteurs chrétiens. Il y a moins de trente ans, quel professeur de théologie, de philosophie, de droit social, parlait de saint Thomas ? Qui connaissait ses ouvrages ? Qui les lisait ? Qui les méditait ? Qui les imprimait ? Par qui et par quoi l’a-t-on remplacé ?

     Sans le savoir, on avait donc réalisé, en partie du moins, le vœu de l’hérésiarque. Aussi, qu’est-il arrivé ? Où est aujourd’hui parmi nous la science de la théologie, de la philosophie et du droit public ? Dans quel état se trouvent l’Eglise et la société ? Quelle est la trempe des armes employées à leur défense ? Quelle est la profondeur, la largeur, la solidité, la vertu nutritive de la doctrine distribuée aux intelligences dans la plupart des ouvrages modernes : livres, journaux, revues, conférences, sermons, catéchismes ? Nous n’avons pas à répondre. Il nous est plus doux de saluer le mouvement de retour qui se manifeste vers saint Thomas. Heureux si ces quelques lignes, échappées à ce qu’il y a de plus intime dans l’âme, la douleur et l’amour, pouvaient le rendre plus général et plus rapide !

     Nous exprimons un dernier vœu, c’est de voir se réveiller, dans le clergé et dans les fidèles, l’ardeur apostolique pour le Saint-Esprit. S’il est vrai qu’entre les temps actuels et les premiers siècles du christianisme, il existe plus d’un rapport, ajoutant un nouveau trait de ressemblance par notre empressement à connaître et par notre fidélité à invoquer la troisième Personne de l’adorable Trinité, source inépuisable de lumière, de force et de consolation.

     Que les paroles du Sage, appliquées au Saint-Esprit et si bien comprises de nos aïeux, deviennent l’encouragement de nos efforts et la règle de notre conduite :

« Bienheureux l’homme qui demeure dans la Sagesse, qui médite ses perfections et avec elle étudie les merveilles du Dieu créateur, rédempteur et glorificateur ; qui rumine ses voies dans son cœur ; qui approfondit ses mystères ; qui la poursuit comme le chasseur, et se met en embuscade pour la surprendre ; qui regarde par ses fenêtres ; qui écoute à ses portes ; qui se tient près de sa maison, et qui plante à ses murailles le clou de sa tente, afin d’habiter sous sa main. A l’ombre de cette divine Sagesse, lui et ses fils, ses facultés, ses œuvres, sa vie et sa mort, goûteront les délices de la paix. Elle-même les nourrira de ses fruits, les protégera de ses rameaux ; et, à l’abri des tempêtes, ils vivront heureux et reposeront dans la gloire : Et in gloria ejus requiescet. » (Ecclésiastique XIV, 22-27) (7)

FIN DE L’INTRODUCTION

(A suivre…« L’Esprit du bien et l’Esprit du mal »…si Dieu veut)

- C’est moi qui mets en gras dans le texte et les notes ci-dessous. Les notes 5 et 6 sont de l’auteur.

(1) Il mourut martyr sous l’empire d’Adrien. On ignore comment il fut couronné du martyre, mais l’Eglise le tient pour martyr.

(2) Il s’agit de Saint Thomas d’’Aquin et non de saint Thomas l’apôtre et disciple de Jésus-Christ.

(3) En italique dans le texte.

(4) Il se déroula sur dix-huit ans (1545-1563) et couvrit cinq pontificats : Paul III ; Jules III ; Marcel 2 ; Paul IV et Pie IV.

(5) Bulle du Pape Jean XXII, Vie de Saint Thomas, par le Père Touron, article 55, 7 mars, n° 81

(6) Malgré les dénégations de Bayle, ce mot est de Bucer (théologien protestant)

(7) Ce sont les Pères latins qui ont appelé ce livre l’ « Ecclésiastique » à cause du fréquent emploi dont il était l’objet dans les Eglises, pour l’instruction des fidèles et des catéchumènes. Les textes grecs lui donnent le nom de « Sagesse de Jésus, fils de Sirach ». Les Juifs et toutes les sectes issues du protestantisme nient la canonicité de ce livre, bien qu’elle soit attestée  par une série ininterrompue de témoignages venant aussi bien de la tradition juive que chrétienne. Ce livre est inclus dans la Bible des Juifs d’Alexandrie, appelée version grecque des Septante, et diverses citations des apôtres dans le Nouveau Testament sont un écho des pages de l’ « Ecclésiastique »

- Il semble que Mgr Gaume ait voulu gloser légèrement le texte biblique. Je mets donc ci-dessous le texte tel qu’il apparaît dans la version catholique de la Vulgate.

« Bienheureux l’homme qui demeure dans la Sagesse, et qui méditera sur sa justice, et en son esprit pensera au regard examinateur de Dieu ; qui recherche ses voies en son propre cœur, et qui pénètre dans ses secrets, allant après elle comme un investigateur, et s’arrêtant dans ses voies ; qui regarde par ses voies ; qui regarde par ses fenêtres, et écoute à sa porte ; qui se repose auprès de sa maison, et qui dans ses murailles enfonçant un pieu établira sa cabane à ses côtés ; et ses biens se conserveront dans sa cabane à jamais ; il établira ses fils sous son couvert et demeurera sous ses branches ; il sera protégé sous son couvert contre la chaleur, et il reposera dans sa gloire. »

Capture05.jpg

âme,amour,auteurs chrétiens,bayle,bible,bienheureux,bucer,catéchismes,catéchumènes,christianisme,clergé,cœur,collèges,concile de trente,conduite,conférences,consolation,constitutions pontificales,délices,dieu créateur,docteur angélique,doctrine,douleur,droit public,droit social,ecclésiastique,efforts,eglises,encouragement,esprit du bien,esprit du mal,facultés,fécondité,fidèles,fidélité,force,gloire,hérésie,heureux,intelligences,jean xxii,jésus-christ,journaux,juifs d'alexandrie,jules iii,livres,lumière,marcel ii,martyr,merveilles

04/08/2012

Le besoin des fidèles - Motif 3

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Dominique

(Fondateur de l’Ordre des Frères-Prêcheurs 1221)

 

LE BESOIN DES FIDELES – MOTIF 3

âmes,amour,baptême,bête,catéchisme,chrétiens,clergé,ciel,contemplation,dégoût,démon,désir,dieu,doctrine,dogme,échelle de jacob,eglise,enfer,faiblesse,fidèles,fils de dieu,foi,gloire,grâce,humanité,ignorance,indifférence,infini,jésus,joies,lecture,méditation,mépris,monde sensible,monde surnaturel,mystères,naturalisme,oraison,pères,perfection,prêtres,religion,saint-esprit,sainte trinité,sang,science religieuse,témoignage,trônes,verbe incarné,vérités      Plus il est difficile de parler convenablement du Saint-Esprit, plus, il semble, on devrait multiplier les instructions sur ce dogme fondamental. Ne pas le faire et tenir en quelque sorte le Saint-Esprit dans l’ombre, pendant qu’on s’efforce de mettre en relief toutes les autres vérités de la religion, n’est-ce pas une anomalie, un malheur, une faute ? N’est-ce pas aller manifestement contre l’enseignement de la foi, contre les recommandations de l’Ecriture, contre la conduite des Pères, contre l’intention de l’Eglise et contre nos propres intérêts ?

     Pensons-nous bien que, placés entre deux éternités, nous tous, prêtres et fidèles, sommes obligés, sous peine de tomber en mourant dans les brasiers éternels de l’enfer, de monter sur des trônes brillants (1), préparés pour nous dans le ciel ? Pensons-nous bien que, pour y arriver, il nous faut devenir, par la perfection de nos vertus, des images parfaitement ressemblantes de la très sainte Trinité ? Pensons-nous bien qu’entre ces vertus et notre faiblesse, il y a l’infini ? Pensons-nous bien que, sans le secours du Saint-Esprit, il nous est impossible non seulement d’arriver à la perfection d’aucune vertu, mais encore d’accomplir méritoirement le premier acte de la vie chrétienne ? (2)

     Cependant, de la pénurie de doctrine dans le prêtre, viennent la maigreur et la rareté des instructions sur le Saint-Esprit. Les chrétiens réfléchis s’en étonnent et s’en affligent. Dans un langage qu’on nous permettra de citer, tel qu’il a frappé nos oreilles, ils demandent si le Saint-Esprit a été destitué, puisqu’on ne parle plus de lui ? Bien que, fondées sur des raisons différentes, les plaintes des fidèles sont aussi légitimes que celles du clergé. Elles appellent la satisfaction d’un besoin dont plusieurs peut-être ne se rendent pas bien compte, mais qui n’en est pas moins réel. Nous voulons parler de l’invincible tendance qu éprouve tout homme venant en ce monde, à se développer en Dieu : Anima naturaliter christiana. (3)

     Image active de Celui qui est amour, l’âme aspire à lui ressembler. Or, ainsi que la foi nous l’enseigne, le Saint-Esprit est l’amour même, l’amour consubstantiel du Père et du Fils. Il en résulte que, sans la connaissance sérieuse du Saint-Esprit, par conséquent de la grâce et de ses opérations, le principe de vie divine, déposé en nous par le baptême, se trouve arrêté ou contrarié dans son développement. Le chrétien souffre, végète, s’étiole, et difficilement il parvient à la vérité de la vie surnaturelle. Pour arriver au sommet de l’échelle de Jacob, (4) il faut d’abord en connaître les échelons.

     Ces observations regardent les bons chrétiens, dont un grand nombre, malgré leur instruction, pourraient presque dire comme autrefois les néophytes d’Ephèse : « (…) S’il y a un Esprit-Saint, nous ne l’avons pas même ouïe dire ». (Actes XIX, 2)

     Que dire de ces multitudes innombrables qui se remuent au sein des villes ou qui peuplent les campagnes ? Sans autre science religieuse que les leçons nécessairement très imparfaites, et toujours trop vite oubliées, du catéchisme : que pensez-vous que soit pour elles le Saint-Esprit ? Nous ne craindrons pas de l’affirmer : il est le Dieu inconnu dont saint Paul trouva l’autel solitaire en entrant dans Athènes. Si elles ont conservé quelques notions des principaux mystères de la foi, l’expérience apprend qu’à l’égard du Saint-Esprit, de son influence nécessaire, de l’enchaînement et du but final de ses opérations successives, elles vivent dans une ignorance à peu près complète. Ces multitudes, personne ne le contestera, forment l’immense majorité des nations actuelles. Ainsi se trouvent tristement justifiée la rigoureuse exactitude de l’épigraphe de cet ouvrage : « Au Dieu inconnu » (Actes XVII, 23) (5)

     Si la connaissance imparfaite du Saint-Esprit est un obstacle à la perfection du chrétien, nous demandons ce que sera l’ignorance absolue ? Quelle peut être la vie divine  dans celui qui n’en connaît pas même le principe ? Un couvercle de plomb s’interpose entre lui et le monde surnaturel. Ce monde de la grâce, cette vraie, cette unique société des âmes, avec ses éléments divins, ses lois merveilleuses, ses glorieux habitants, ses devoirs sacrés, ses magnificences incomparables, ses réalités éternelles, ses luttes, ses joies, ses ressources et son but ; ce monde, pour lequel l’homme est fait et dans lequel il doit vivre, est pour lui comme s’il n’était pas. La noble ambition qu’il devait exciter se change en indifférence, l’estime en mépris, l’amour en dégoût.

     Au lieu d’être surnaturelle, la vie, ou ne l’est qu’à demi ; ou, concentrée dans le monde sensible, elle devient terrestre et animale. Le naturalisme, usurpant l’empire des âmes, forme le caractère général de la société. Divorce déplorable ! Qui, détournant l’humanité de sa fin, dépouille le Saint-Esprit de sa gloire et ravit au Verbe incarné (6) le prix de son sang, pour le livrer au démon.

(A suivre…« L’intérêt de la société – motif 4 »…si Dieu veut)

PS : Les gras dans le texte et les notes ci-dessous sont de moi.

(1) « Je vis aussi des trônes, et il y en eu qui s’y assirent. Et le pouvoir de juger leur fut donné, et les âmes de ceux qui ont eu la tête tranchée à cause du témoignage de Jésus, et à cause de la parole de Dieu, et qui n’ont point adoré la bête ni son image, ni reçu son caractère sur le front ou leurs mains ; et ils ont vécu et régné avec Jésus-Christ pendant mille ans ». (Apocalypse XX, 4)

(2) Dire Jésus est Seigneur

(3) Cette échelle de Jacob (Genèse XXVIII, 12) comporte des échelons  C’est par les divers échelons de cette échelle mystique : lecture, méditation, oraison et contemplation que nous nous élevons de la terre (l’appétit et le désir des choses terrestres) vers le ciel : l’appétit et le désir des choses célestes, avec Dieu en haut de cette échelle mystique.

(4) L’âme naturellement chrétienne

(5) A Athènes saint Paul voit un autel dédié « au Dieu inconnu ».

(6) Verbe (ou Fils de Dieu) incarné ou encore le Verbe s’est fait chair. Ces mots affirment l’union de la nature divine et de la nature humaine en la Personne de Jésus-Christ.

Capture05.jpg

âmes,amour,baptême,bête,catéchisme,chrétiens,clergé,ciel,contemplation,dégoût,démon,désir,dieu,doctrine,dogme,échelle de jacob,eglise,enfer,faiblesse,fidèles,fils de dieu,foi,gloire,grâce,humanité,ignorance,indifférence,infini,jésus,joies,lecture,méditation,mépris,monde sensible,monde surnaturel,mystères,naturalisme,oraison,pères,perfection,prêtres,religion,saint-esprit,sainte trinité,sang,science religieuse,témoignage,trônes,verbe incarné,vérités