Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2014

Le pouvoir législatif de Jésus-Christ

 

Lire la suite

16/11/2013

Faut-il voter ? - 1 : Les conditions du devoir électoral

 amis,avenir,bien général,campagnes,campagnes électorales,catéchisme,choisir,citoyens,civilisation chrétienne,complice,conscience,conserver,crimes,crise économique,devoir électoral,dignité,diocèses,directives,droit,droits politiques,élections,élections municipales,élu,faute,femmes,garanties,garantir,impasse,injonction,intérêts,jeunes filles,léon xiii,mains,mal,mauvais candidat,mères chrétiennes,moindre mal,mortification,observation,parenté,parti,partis politiques,patrie,pie x,pie xi,pie xii,précisions,procurer,programme politique,promesses

Fête de Saint Edmond(1)

(Archevêque de Cantorbéry 1243)

 

FAUT-IL VOTER ? - 1

 

LES CONDITIONS DU DEVOIR ELECTORAL

amis,avenir,bien général,campagnes,campagnes électorales,catéchisme,choisir,citoyens,civilisation chrétienne,complice,conscience,conserver,crimes,crise économique,devoir électoral,dignité,diocèses,directives,droit,droits politiques,élections,élections municipales,élu,faute,femmes,garanties,garantir,impasse,injonction,intérêts,jeunes filles,léon xiii,mains,mal,mauvais candidat,mères chrétiennes,moindre mal,mortification,observation,parenté,parti,partis politiques,patrie,pie x,pie xi,pie xii,précisions,procurer,programme politique,promesses     Dans quelques mois, en mars et mai 2014 de nouvelles élections municipales et européennes se profilent à l’horizon. Dans le contexte de crise économique, financière, morale et sociale dans lequel nous vivons, les campagnes électorales promettent d’être animées. Une fois de plus, les citoyens seront appelés à choisir leurs élus dans la palette des trombinoscopes proposés, et à mettre leur bulletin de vote dans l’urne républicaine pour un avenir qu’ils espèrent meilleur.

     Pour un catholique, sinon pour tous, certaines questions et certains principes se posent à propos du suffrage universel. On y répondra en s’appuyant, non sur les campagnes d’incitation au vote, sur les conseils ou injonctions des partis politiques ou de leurs sympathisants, de la parenté, des amis ou des voisins, mais en s’appuyant principalement, en matière électorale, sur les principes formulés par le catéchisme des diocèses de France de 1938, Editions Tardy, pages 105-106, la Somme théologique de Saint Thomas d’Aquin, les explications et les directives des Papes Saint Grégoire, Pie X, Pie XI, Pie XII et Léon XIII.

     Ce sujet sur le vote fera l’objet de plusieurs articles qui seront terminés en avril ou mai 2014, avec, notamment, la question du moindre mal et du vote blanc.

     Dans le catéchisme des diocèses de France nous lisons (seulement les questions en gras et les réponses en bleues) :

En quoi consiste le devoir électoral ?

- Le devoir électoral consiste à voter pour des hommes capables de procurer le bien général et, si possible, bons chrétiens.

     Donc, s’il existe de telles personnes il faut voter, mais, en ne faisant pas l’impasse sur les précisions complémentaires qu’apportent, sur ce devoir, cette autre question et sa réponse :

- Est-ce un péché de voter pour un ennemi de la religion, de la patrie et du bien général ?

     Oui ? C’est un péché de voter pour un ennemi de la religion, de la patrie et du bien général car, en votant pour lui, on participe volontairement au mal qu’il pourrait faire s’il était élu.

     En effet, En votant pour un mauvais candidat (un ennemi de la religion, de la patrie et du bien général) vous vous rendez complice de leurs crimes ou des futures applications impies précisées ou non dans leur programme politique.

Est-ce une faute de s’abstenir de voter ?

- Oui, c’est une faute de s’abstenir de voter, si en s’abstenant, on peut être cause que les mauvais candidats triomphent et arrivent au pouvoir.

     Ici, il n’est question que d’une faute » (ce qui est moins grave qu’un péché), mais cette observation s’éclaire davantage, et devient plus précise, en faisant référence à l’enseignement des Papes, par exemple Pie XII. 

Pour qui faut-il voter ?

     Sur cette question, le Pape Pie XII enseigne :

 « Un bon nombre d'entre vous jouit déjà des droits politiques, du droit de vote. A ces droits correspondent autant de devoirs ; au droit de vote, le devoir de voter, le devoir de n'accorder votre suffrage qu'aux candidats ou aux listes de candidats qui présentent non pas des promesses vagues et ambiguës, mais des garanties sûres qu'ils respecteront les droits de Dieu et de la religion. Pensez-y bien : ce devoir est pour vous sacré ; il vous oblige en conscience; il vous oblige devant Dieu, car avec votre bulletin de vote vous avez entre les mains les intérêts supérieurs de votre patrie : il s'agit de garantir et de conserver à votre peuple sa civilisation chrétienne, à ses jeunes filles et à ses femmes leur dignité, à ses familles leurs mères chrétiennes (…) ». (Pie XII Allocution aux curés de Rome et aux prédicateurs, 10 mars 1948)

      Le Pape Pie XII invite donc à voter, ajoutant même que ce « devoir est sacré » Mais ce devoir qui « oblige devant Dieu et en conscience » oblige à voter pour qui ?

« Pour des « candidats ou aux listes de candidats qui présentent des garanties sûres qu’ils respecteront les droits de Dieu et de la religion »

     Pourquoi une injonction aussi précise ? Car « il s’agit de garantir et de conserver à votre peuple sa civilisation chrétienne»

(A suivre…« Faut-il voter - 2 ? : Les commandements de Dieu »…si Dieu veut)

René Pellegrini

- Dans le texte de Pie XII, c'est moi qui mets en gras. 

(1) Vulgairement appelé Saint Edme.

amis,avenir,bien général,campagnes,campagnes électorales,catéchisme,choisir,citoyens,civilisation chrétienne,complice,conscience,conserver,crimes,crise économique,devoir électoral,dignité,diocèses,directives,droit,droits politiques,élections,élections municipales,élu,faute,femmes,garanties,garantir,impasse,injonction,intérêts,jeunes filles,léon xiii,mains,mal,mauvais candidat,mères chrétiennes,moindre mal,mortification,observation,parenté,parti,partis politiques,patrie,pie x,pie xi,pie xii,précisions,procurer,programme politique,promesses

amis,avenir,bien général,campagnes,campagnes électorales,catéchisme,choisir,citoyens,civilisation chrétienne,complice,conscience,conserver,crimes,crise économique,devoir électoral,dignité,diocèses,directives,droit,droits politiques,élections,élections municipales,élu,faute,femmes,garanties,garantir,impasse,injonction,intérêts,jeunes filles,léon xiii,mains,mal,mauvais candidat,mères chrétiennes,moindre mal,mortification,observation,parenté,parti,partis politiques,patrie,pie x,pie xi,pie xii,précisions,procurer,programme politique,promesses

 

 

 

25/11/2012

La morale dans une République en état d'apostasie - 1

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Sainte Catherine d’Alexandrie (1)

(Vierge et Martyre 307)

 

ADULTERE ET FORNICATION - 1

 

LA MORALE DANS UNE REPUBLIQUE EN ETAT D’APOSTASIE - 1

 

adultère,androgyne,apostasie,bien,catholiques,chrétienne,confession,contrition,corruption,damnation,débauche,dieux,dogme,droit,éducateurs,éducation,enfer,enseignement,érotisme,esprit satanique,fornication,gnostiques,grand nombre,ignominie,immorales,impudiques,jésus-christ,jeunesse,kabbalistes,laïcité,laxistes,luciférien,mal,malheur,paganisme,parents,patience de dieu,péchés mortels,pénitence,perdition,politique,providence,république,révolution,sacrifices,sagesse,sensualité,sodome,tolérance,tourments     Dans une société démocratique et républicaine ayant apostasié par rejet constitutionnel de Dieu au niveau de l’Etat, et se montrant généralement indifférente à son égard au niveau particulier, les ''grands prêtres'' diplômés, voire surdiplômés et anti-dogmatiques - c’est ce qu’ils disent - du dogme de la laïcité et de la tolérance morale avec leurs partisans, dictent le bien et le mal émanés de leur haute et profonde sagesse acquise, dans le domaine des moeurs, dans les lupanars, la fréquentation des escort-girls ou dans les fables androgynes des gnostiques et des kabbalistes qui favorisent et désinhibent la pratique des joyeusetés de Sodome, ou encore par la respiration de leurs relents. Cet article sera suivi de deux autres sur l’adultère et la fornication

     Dans une structure institutionnelle et sociale dont l’action empreinte d’esprit satanique et luciférien (2) inavoué, mais perceptible dans les faits, est de corrompre moralement et intellectuellement, en favorisant le piétinement des lois morales divines et la débauche du plus grand nombre, tous les moyens sont utilisés pour maintenir en permanence un milieu ambiant baigné d’érotisme, exalter et exciter la sensualité, propager et banaliser sans vergogne les pratiques impudiques et immorales telles que l’adultère et la fornication : affiches, photos, blogs, sites Internet, chansons, musique, livres, romans, pièces de théâtre, spectacles, publicités, films, séries TV, feuilletons, téléréalité, promotion de tenues vestimentaires féminines suggestives ou indécentes, etc.

     Mais l’inconséquence, la désinvolture et l’ignominie morales ne s’arrêtent pas au niveau des exemples de dirigeants politiques, des faiseurs d’opinions, des vendeurs et programmateurs de variétés, des excréments filmographiques et publicitaires, car elle est secondée par des ''éducateurs'', des pères et des mères de famille encourageant ou se montrant laxistes envers les pratiques immorales de leurs propres enfants « Il faut bien que jeunesse se fasse » ou « c’est de leur âge » disent-ils. Paroles effroyables et irresponsables dans la bouche d’éducateurs et de parents mettant leurs propres enfants sur des chemins de perdition, les autorisant ainsi à commettre des péchés mortels qui, s’ils ne sont pas remis par la confession et la contrition sincères, et expiés par la pénitence, les entraîneront vers la damnation éternelle. Car, on ne se moque pas impunément de la patience de Dieu, nous dit la Sainte Ecriture.

     Ces comportements méprisants à l’égard de l’autorité divine, qui visent à la corruption du plus grand nombre, font descendre leurs auteurs dans le paganisme le plus abject, si on considère et médite ce qu’écrivait l’illustre païen Cicéron :

     « Pour établir le droit, il faut remonter à cette loi souveraine, qui est née avant tous les siècles et avant qu'aucune loi eût été écrite, ni aucune ville fondée. Pour y parvenir, il faut croire avant tout que la nature entière est gouvernée par la divine Providence, que l'homme a été créé par le Dieu suprême, et que par la raison il est en société avec Dieu. Cette raison commune à Dieu et à l'homme, voilà la loi qui fait de cet univers une seule cité sous le Dieu tout-Puissant (…) Si les volontés de la multitude, les décrets des chefs de l'État, les sentences des juges fondaient le droit, le vol, l'adultère, la supposition d'un testament seraient légitimes dès qu'on aurait les suffrages du peuple » (Cicéron, Des Lois, Livre 1)

(A suivre…« La morale dans une République en état d’apostasie – 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Elle était de sang royal. L’empereur d’Orient Maximin, homme fière et barbare, étant à Alexandrie fit publier un édit par lequel il commandait de faire des sacrifices aux dieux. Accompagnée de toute sa suite, elle résolut d’aller parler à l’empereur pour lui représenter le malheur où il précipitait les gens, qu’il traînait après lui en enfer. Troublé par le discours de Catherine, il la fit raccompagner à son palais. Après avoir accompli ses cérémonies aux dieux il vint la trouver et lui dit : « Dites-moi maintenant qui vous êtes, et les discours que vous m’avez tenus aujourd’hui. » La sainte fille lui répondit : « Ma race royale est assez connue en cette ville ; je m’appelle Catherine. J’ai employé mon temps à l’étude de la rhétorique, mais je ne me vante de rien, sinon d’être chrétienne, et d’avoir pour époux Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme.» Maximin fit venir cinquante orateurs et philosophes pour disputer avec elle. N’ayant pu confondre la sainte, et ayant répondu à l’empereur que la sainte disait vrai et qu’ils avaient été aveugles jusque là et qu’il n’y avait qu’un seul Dieu, Jésus-Christ, que Catherine confessait et adorait. Fou de rage, Maximin les fit jeter dans les flammes. Voyant que ses ruses, pour faire adorer les faux dieux par Catherine, ne servaient à rien, après lui avoir fait subir bien des tourments, lui fit trancher la tête.

(2) En France, cet esprit satanique et luciférien - objectivement et incontestablement manifesté par le caractère anti-christique de la laïcité ayant travaillé sans répit l’opinion publique, pour permettre l’expulsion de Notre-Seigneur Jésus-Christ de toutes les institutions et lieux publics nationaux - s’est forgé par l’évacuation, dans l’éducation et l’enseignement de la jeunesse des références morales, philosophiques et métaphysiques catholiques, un environnement pour laisser le champ libre aux références philosophiques et métaphysiques gnostiques et kabbalistes, dont est issue la Révolution dite française, dont sont imbibés les différents courants de pensée politique et qui façonnent la morale et l’opinion publique contemporaines.

Capture05.jpg

adultère,androgyne,apostasie,bien,catholiques,chrétienne,confession,contrition,corruption,damnation,débauche,dieux,dogme,droit,éducateurs,éducation,enfer,enseignement,érotisme,esprit satanique,fornication,gnostiques,grand nombre,ignominie,immorales,impudiques,jésus-christ,jeunesse,kabbalistes,laïcité,laxistes,luciférien,mal,malheur,paganisme,parents,patience de dieu,péchés mortels,pénitence,perdition,politique,providence,république,révolution,sacrifices,sagesse,sensualité,sodome,tolérance,tourments