Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2018

Conséquences de l'oubli de Dieu

     Dieu donne aux nations les gouvernants que méritent les iniquités d’un peuple. Comment voudriez-vous des dirigeants soucieux des lois divines lorsque ceux-ci manifestent ouvertement leur rébellion contre Dieu en permettant, sur une terre avec un long héritage chrétien, toutes sortes de licences et d’idolâtries ?...

Lire la suite

11/10/2017

Les qualités des anges - 4

         Grâce à eux, les démons fascinent l’imagination par de trompeuses images, qui ôtent au mal sa laideur ou le revêtent de l’apparence du bien ; remuent toute la partie inférieure de l’âme et enflamment ainsi la concupiscence. Les bons anges, au contraire, écartent les nuages de l’erreur, les ténèbres des passions, ramènent les sens à leur pureté native  et produisent comme une seconde vue, au moyen de laquelle les choses se présentent...

Lire la suite

20/09/2017

Ennemis de tous les hommes - 1

Paroles sans équivoque de Saint Paul sur l’esprit qui anime les Juifs influencés par l’enseignement anti-christ des pharisiens depuis l’origine du christianisme. Cette haine meurtrière contre Jésus et ses disciples s’est poursuivie, dans le cours de l’histoire, sous la conduite du faux judaïsme des rabbins nourris de traditions pharisiennes lesquelles sont consignées dans le Talmud…

 

Lire la suite

30/08/2017

12 certitudes sur l'Antéchrist - 1

     Pour traiter cette question je m’appuierai sur l’Abbé Augustin Lehmann (1836-1909) et le Vénérable Barthélemy Holzhauser (1613-1658). Les textes bibliques seront pris dans l’Ancien Testament, dans les Evangiles, les Epîtres et l’Apocalypse de Saint Jean…

Lire la suite

21/12/2016

Nature des anges - 1

Non moins que les autres ces derniers sont donc une nécessité de la création. Ecoutons le plus grand des philosophes : « Supposé, dit Saint Thomas, le décret de la création, l’existence de certaines créatures incorporelles est une nécessité…

Lire la suite

16/12/2016

Les obligations du pouvoir civil

Ultérieurement, nous examinerons ce qu’implique de la part de tous les fidèles une véritable restauration du règne social et politique de Jésus-Christ sur la France. Pour l’instant, bornons-nous plus spécialement…

Lire la suite

06/08/2016

La Révolution face à la patience chrétienne

     Après les articles « Les mouvements de masse » et « Les appels à la Révolution ou à manifester » et pour ne pas tirer de conclusions erronées, je tiens à préciser que si l’obéissance envers les autorités supérieures est enseignée dans les Saintes Ecritures, cela ne signifie pas…

Lire la suite

28/01/2015

Orientation morale et spirituelle - 1

Celle contenue dans les documents magistériels : Encycliques, brefs, bulles, catéchismes dûment approuvés, et aussi les ouvrages des saints. Si quelqu’un commet un meurtre, à quelque religion et système philosophique auquel il appartienne, pour moi, c’est un assassin dont la gravité et la sanction de l’acte se mesure, pour l’essentiel, en fonction de la préméditation, de la légitime défense ou de la récidive.

Lire la suite

25/08/2014

La loi de Sodome - 3 : Que faire maintenant ? - 2

 

Lire la suite

23/07/2014

La loi de Sodome - 2 : Que faire maintenant ? - 1

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Apollinaire

(Evêque de Ravenne et disciple de l’Apôtre Saint Pierre vers 79- 81)  

 

LA LOI DE SODOME – 2 

 

QUE FAIRE MAINTENANT ? - 1

 

« Tu ne t’approcheras point d’un homme comme d’une femme, parce que c’est une abomination » (Lévitique XVIII, 22)

« Il n’y aura point de femme publique d’entre les filles d’Israël, ni de prostitué d’entre les enfants d’Israël. » (Deutéronome XXIII, 17)

« C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions d’ignominie. Car leurs femmes ont changé l’usage naturel en l’usage contre nature. Et pareillement les hommes, l’usage naturel de la femme abandonné, ont brûlé de désirs l’un pour l’autre, l’homme commettant l’infamie avec l’homme, et recevant en eux-mêmes la récompense qui était due à leur égarement. » (I Corinthiens I, 26,27)

QUE FAIRE MAINTENANT ? – 1

     Il est clair qu’une autre société d'esprit judéo-maçonnique fondamentalement antichrétienne et anticatholique s’est progressivement mise en place depuis la Révolution dite française. Que pouvons-nous faire pour ces endiablés préparant et accentuant, de surcroît, les tragédies économiques, financières, morales, politiques et sociales d’aujourd’hui et de demain ? A vue humaine, pas grand-chose, à part prier pour eux, pour que Dieu, par sa grâce et dans sa miséricorde, puisse en ramener certains à résipiscence et sortir de ce processus idéologique et spirituel mortifères.

     En effet, Le système révolutionnaire instauré depuis 1789 a parfaitement été verrouillé, et son mode de fonctionnement, par influence soigneusement dissimulée, rendu apte à filtrer et faire dériver toute tentative pour le renverser, ou pouvant lui nuire véritablement dans sa collaboration, sur le plan éthique, aux projets de morale débridée planétaire que se proposent les planificateurs et collaborateurs de la république universelle, synonyme de dictature universelle. 

     En l’état actuel des choses, afin de ne pas être entraîné, selon la méthode éprouvée des révolutionnaires, dans des mouvements de masse devenus tout a fait inutiles (genre manifs ou ''mariage'' pour tous), sinon, à battre le pavé sans véritable succès, il est urgent et important de se rappeler, et de rappeler à ceux qui l’auraient oubliés, que Notre-Seigneur Jésus-Christ parla prophétiquement de son second avènement en faisant allusion aux conditions existantes aux jours du déluge, à l’époque de Noé : terre et toute chair corrompues et remplies d’iniquités, et aux jours de Sodome : pratiques contre-nature.

La terre aux jours de Noé :

« Or la terre fut corrompue et remplie d’iniquité. Lors donc que Dieu eut vu que la terre était corrompue (car toute chair avait corrompue sa voie sur la terre), il dit à Noé : La fin de toute chair est venue pour moi ; la terre est remplie d’iniquité à cause d’eux (…) Fais-toi une arche (…) ». (1) (Genèse VI, 11-14)

     L’état d’avancement de l’iniquité et de la corruption était tel dans la société contemporaine de Noé qu’il n’était plus possible, pour lui, de vouloir la réformer ; d’où la décision de Dieu « la fin de toute chair est venue pour moi. ». Mais pour lui et sa famille la nécessité de se protéger de la colère divine en se construisant « une arche »   

La terre aux jours du Fils de l’homme, c’est-à-dire aux jours de Jésus-Christ :

« Et comme il est arrivé aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il aussi dans les jours du Fils de l’homme. Ils mangeaient et buvaient ; ils se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour ou Noé entra dans l’Arche ; et le déluge vint et il les perdit tous. (…) Et comme il est arrivé encore aux jours de Lot : ils mangeaient et buvaient, ils plantaient et bâtissaient ; mais le jour ou Lot sorti de Sodome, Dieu fit pleuvoir le feu et le soufre du ciel, et il les perdit tous : ainsi en sera-t-il le jour ou le fils de l’homme sera révélé. » (St Luc XVII, 26-30)

     Mise en parallèle, par Jésus-Christ, avec les conditions morales et sociales à l’époque de Noé et de lot. L’attitude qu’ils furent incités à adopter en ces circonstances, et l’exemple d’obéissance à Dieu qu’ils constituent pour nous-mêmes et notre famille.

     Ces impies insouciants et inconscients qui nous dirigent, exhalant une morale de fosses septiques, réfléchissant davantage avec leur portefeuille et leur sexe qu’avec leur intelligence, négateurs et insulteurs de Dieu, viennent de faire entrer législativement la France dans Sodome, au lieu d’en sortir.

     Il est urgent, avant le retour du « Fils de l’homme », sur un plan personnel et notre salut éternel, pour les chrétiens et tout homme de bonne volonté, de prendre ses distances, de sortir (1) de cette idéologie mortifère encourageant les dégradantes pratiques sodomites, et d’un système politique révolutionnaire corrompu et corrupteur, façonnant progressivement les hommes à son image, et poursuivant sa marche accélérée vers le règne de l’antéchrist, par la luciferisation progressive de la société grandement facilitée par l’expulsion de Dieu, de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de la morale chrétienne, hors de ses institutions et de ses structures.

(A suivre…« La loi de Sodome – 3 : Que faire maintenant ? - 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Comme Lot, neveu d’Abraham, sortit de Sodome avant que la colère de Dieu ne s’abatte sur cette ville et ses dépravés.

Capture05.jpg

20/06/2014

La loi de Sodome - 1 : émanation de la cité du diable

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête du Bienheureux Benincasa

(De l’Ordre des Servites 1426)  

 

LA LOI DE SODOME - 1

 

EMANATION DE LA CITE DU DIABLE

 

« Tu ne t’approcheras point d’un homme comme d’une femme,parce que c’est une abomination » (Lévitique XVIII, 22)

« Il n’y aura point de femme publique d’entre les filles d’Israël,ni de prostitué d’entre les enfants d’Israël. » (Deutéronome XXIII, 17)

« C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions d’ignominie. Car leurs femmes ont changé l’usage naturel en l’usage contre nature. Et pareillement les hommes, l’usage naturel de la femme abandonné, ont brûlé de désirs l’un pour l’autre, l’homme commettant l’infamie avec l’homme, et recevant en eux-mêmes la récompense qui était due à leur égarement. » (I Corinthiens I, 26,27)

LA LOI DE SODOME

     Gai, gai, marions-nous dit une comptine de mariage. Eh bien, voilà, c’est fait !

     Faisant suite à l’Afrique du Sud, l’Angleterre, l’Argentine, la Belgique, la Norvège, la Suède, la Nouvelle-Zélande, L’Ecosse, l’Espagne, le Brésil, le Canada, le Danemark, le Mexique, le Pays de Galles, le Portugal, les Etats-Unis (20 Etats), les Pays-Bas, l’Islande, l’Uruguay, une certaine France révolutionnaire, corrompue et dégoulinante de malpropreté morale, entérine les unions homosexuelles contre-nature. Honte à ces scandaleux mandataires et pourvoyeurs de l’enfer.

     Après les votes du Parlement par 329 voix contre 229 et du Sénat par 179 voix contre 157, soit 508 voix pour et 386 contre pour les deux assemblées, le Conseil constitutionnel, sans doute par crainte de relever le niveau, vient de promulguer ce nouveau vomissement de l’enfer contre les lois positives de Dieu. Faut-il s’en étonner ? Sûrement pas ! Cela était assez prévisible si, plutôt que se fier aux états d’âme, bons sentiments, ou illusions des uns et des autres, on veut bien considérer la prophétie inconditionnelle de Jésus sur les conditions morales et sociales avant son second avènement. (Le texte biblique sera mis dans la suite de cet article).

     J’avais mis en garde deux de mes connaissances à ne pas trop s’illusionner sur la manif pour tous, car nous vivons dans un système idéologique et politique perdu de moeurs ayant déjà - dans un crescendo diaboliquement planifié - fait exploser certaines barrières morales dans le but de bouleverser et de subvertir la vie éducative, familiale et sociale, en offrant aux français la panoplie législative facilitant la pratique du divorce, de la pilule, des préservatifs, de la contraception et de l’avortement.

     Cet article est écrit pour les catholiques, mais aussi pour les pratiquants des autres confessions religieuses ou philosophiques qui souffrent devant les ignominies que certains dirigeants dépravés et leurs supplétifs de la prostituée républicaine légalisent et promeuvent. Ces monstres d’iniquité, aveugles et conducteurs d’aveugles, véritables adorateurs et continuateurs de cette bête immonde que leurs prédécesseurs mirent en place en 1789 et exportèrent avec les guerres napoléoniennes et qui, sous le masque de la démocratie et des Droits de l’homme - sans Dieu - sécréta ces autres émanations de l’enfer, ces Molochs des temps modernes, abreuvés de sang, que furent le communisme et le nazisme, volontairement préparés par la haute finance internationale apatride, et suscités pour dynamiter le catholicisme et la chrétienté. Cette bête immonde se doit, maintenant, de parachever le travail préparatoire dissolvant et destructeur de ces deux idéologies mortifères en les synthétisant dans le mondialisme - nouveau masque de la Révolution - et sa tyrannie universelle.

     Après les attaques contre les préceptes divins que sont les atteintes à la procréation avec les pilules et les diverses méthodes contraceptives illégitimes, l’agression contre la vie avec l’avortement, l’euthanasie (en gestation) mais déjà pratiquée, et la dernière en date de ces ignominies : la légalisation, avec l’accord du Conseil constitutionnel, des unions homosexuelles et lesbiennes sorties de ces puits de l’abîme que sont l’Assemblée nationale et le Sénat approbateur. Cette loi et sa mise en pratique marquent la flétrissure de l’esprit, la conscience marquée au fer rouge de ces ignobles et pervers suppôts de Satan, promoteurs et consommateurs de Sodome et Gomorrhe que Dieu, dans sa Sainte Ecriture, qualifie d’ « abominables, prostitués, infâmes ». Ayant perdu tout sens moral, drapés dans une dignité humaine dont ils sont la négation même ils piétinent, sans vergogne et comme des porcs, les normes divines de l’ordre naturel, familial et social, et ouvrent bien grande la boite de pandore préparant la voie, posant les jalons menant à toutes les autres dérives, bassesses et ignominies que l’esprit dépravé pourra concevoir dans l’avenir, et qui, plus en descendra la pente de l’immoralité, se verront qualifiées, encore et toujours, de progrès sociaux.

     Cette frénésie d’immoralité et d’impiété que constituent ces assauts continuels contre toutes les lois divines permettent, dans ce contexte de mépris total de Dieu, d’appliquer à ces monuments d’iniquité, les paroles suivantes de Jésus :

« Vous avez le diable pour père, et vous voulez accomplir les désirs de votre père (…) » (St Jean VIII, 44)

(A suivre...« La loi de Sodome - 2 : Que faire maintenant ? - 1 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

Capture05.jpg

20/02/2014

Faut-il voter ? - 4 : Le moindre mal

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

 Fête de Saint Eucher

(Evêque d’Orléans, Confesseur 731) 

 

FAUT-IL VOTER ? - 4

 

LE MOINDRE MAL

   

abstention,âme,antilibéraux,apostat,avortement,catholique,choléra,christ,complaisance,conscience,constitution,contraception,décadence,dieu,divorce,élection,esprit,fidélité,gang rène,impie,incroyant,laïcité,libéralisme,malheur,méchant,mensonge,moindre mal,morale,mort,ordre physique,pacs,parole,péché,peste,pilule,piou,politique,principe,providence,ren iement,saint augustin,saint grégoire,saint thomas d’aquin,simulation,sodome,taubira,théologie,vérité,vertu,vote blanc     Ce principe du ''moindre mal'' est bien connu : « Entre deux maux, il faut choisir le moindre » mais ce n’est pas un principe catholique, c’est un principe libéral. Je rappelle que le libéralisme est un péché (1) Ce principe libéral veut ignorer ou confond avec un authentique principe catholique qui est de choisir entre un bien et un bien moindre.

     Saint Thomas d’Aquin fait allusion «  au moindre mal » en traitant de «  la simulation est-elle toujours un péché ? » à partir de la glose sur Isaie III, 9 :

« La vue de leur visage leur a répondu, et comme Sodome, ils ont publié leur péché et ne l’ont pas caché ; malheur à leur âme, parce que les maux qu’ils avaient faits leur ont été rendus. »

     Après avoir mentionné quatre objections dont  Isaie III, 9, il conclut, en reprenant la glose sur Isaïe III, 9 en disant :

« La vertu de vérité fait que l’on se montre au-dehors tel qu’on est au-dedans, ce qui a lieu non seulement par des paroles, mais encore par des actes. Donc, s’il est contraire à la vérité de parler contre sa pensée, ce qui constitue le mensonge : il l’est aussi d’agir de manière à se faire passer pour autre que l’on est, ce qui constitue la simulation, qui est ainsi, à proprement parler, un mensonge en action. Or le mensonge est toujours un péché, quelle que soit sa manière ; la simulation est donc, elle aussi, toujours un péché. » (Somme Théologique (IIa-IIæ question 111, article 1)

     Quant au Pape Saint Grégoire le Grand interprétant une position de Saint Augustin sur deux péchés : « Lorsque l’esprit est contraint entre des péchés mineurs et de grands péchés, s’il n’a absolument aucun moyen d’échapper au péché, les mineurs doivent être choisis » ( Moralia, 32, 20, 39, PL 76, 659A). Toutefois, il maintient une restriction importante « s’il n’a absolument aucun moyen d’échapper au péché ». Or, en ce qui concerne le vote, il y a, pour l’instant, l’abstention.

     Cela fait déjà plus de deux siècles que les libéraux s’efforcent de culpabiliser les catholiques antilibéraux avec le prétexte du ''moindre mal''. Ce principe libéral fonctionne comme un dissolvant funeste qui petit à petit effrite les consciences pour ce qui est du bien véritable. Les grandes formations politiques de droite et de gauche, avec l’appui de leurs satellites que sont les petites formations, se sont passées le témoin pour nous amener de la loi du divorce à la loi sodomite de Madame Taubira, en passant par l’avortement, la pilule, la contraception et le Pacs : autant de violations des lois divines.

     Bien entendu, certains catholiques, en conscience, n’étaient pas d’accord avec certaines de ces lois, mais voilà le lamentable résultat du vote catholique libéral s’appuyant sur le ''moindre mal" ». A l’évidence, ce type de vote n’endigue rien du tout. 

     Un retour au bon sens devrait permettre aux catholiques, et à ceux qu’indignent cette décadence vertigineuse de la morale légalisée par les divers courants politiques portés au pouvoir, de rentrer en eux-mêmes et de vérifier la justesse du constat de Jacques Piou, député catholique de Saint Gaudens et chef de la ''droite indépendante'' :

« Le moindre mal, nous en mourrons. Le moindre mal peut être le pire des maux, c’est l’effacement, l’abdication, la complaisance pour les méchants. Il y a quelque chose de pire que le reniement déclaré, c’est l’abandon souriant des principes, c’est le lent glissement avec des airs de fidélité. » (Discours au banquet de la Presse régionale, Paris 1911)

     Jacques Piou a compris un peu tard l’inanité politique du « moindre mal » avec sa ''droite indépendante''. Pour un catholique, cette théorie est effectivement « un effacement, une abdication, une complaisance » devant « les méchants » que sont les violateurs croyants (ou incroyants) des lois divines. Ce comportement qu’engendre le "moindre mal'' se caractérise par « un abandon souriant des principes (…) avec des airs de fidélité » Mais, et c’est une évidence, il ne peut pas y avoir de fidélité pour Le Christ en abandonnant les principes sur lesquels elle se fonde. Il n’y a pas de degré dans la négation des principes issus de la vérité.

     De nos jours, la thèse du ''moindre mal'' appliquée aux élections invite, lors de chaque élection, à choisir entre la peste et le choléra. Dans l’ordre physique et médical, il est parfois nécessaire de choisir un moindre mal : entre la gangrène et une mort rapide, ou l’amputation d’un membre pour conserver et prolonger sa vie. Dans l’ordre moral, en théologie morale, le mal, même qualifié de ''moindre'' reste toujours un mal : Il ne peut faire l’objet d’un choix. Accomplir le moindre mal moral n’est jamais permis. Sur le plan moral, le moindre mal peut se tolérer mais jamais se faire car il est alors un mal moral. Dans les cas de figure que la Providence divine ménage, ou permet, dans le déroulement de notre vie, et les décisions à prendre en ces circonstances, on peut effectivement choisir un moindre mal mais en gardant bien présent à l’esprit : on ne peut le faire en péchant. Aujourd’hui, voter pour un candidat, aussi souriant, affable et sympathique soit-il, c’est voter pour un apostat ayant juré de faire allégeance et protéger une constitution laïque, d’essence satanique, immorale et impie, et comme fruit de sa laïcité affichée et appliquée, les principes et les lois qu’elle continuera de proposer sans aucune référence à Dieu.

(A suivre…« Faut-il voter ? – 5 : Le vote blanc »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Voir dans la rubrique « Présentation du site » les trois articles sur le libéralisme

Capture05.jpg

abstention,âme,antilibéraux,apostat,avortement,catholique,choléra,christ,complaisance,conscience,constitution,contraception,décadence,dieu,divorce,élection,esprit,fidélité,gang rène,impie,incroyant,laïcité,libéralisme,malheur,méchant,mensonge,moindre mal,morale,mort,ordre physique,pacs,parole,péché,peste,pilule,piou,politique,principe,providence,ren iement,saint augustin,saint grégoire,saint thomas d’aquin,simulation,sodome,taubira,théologie,vérité,vertu,vote blanc

13/07/2013

Antilibéralisme - 2

     De ses principes libéraux découlent : 

- La liberté des cultes, enseignée aussi par la caricature actuelle de l’Eglise catholique issue de Vatican II, gangrenée par la Franc-maçonnerie et le marranisme. 

- La suprématie de l’Etat et de sa ''prêtrise'' laïque dans ses rapports avec l’Eglise au lieu de la distinction des 

Lire la suite

28/11/2012

La morale dans une République en état d'apostasie - 2

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Saint Jacques de la Marche

(De l'Ordre des Frères Mineurs 1476)  

 

ADULTERE ET FORNICATION - 2

 

LA MORALE DANS UNE REPUBLIQUE EN ETAT D’APOSTASIE - 2

 

adultère,androgyne,apostasie,bals,chrétien,clergé,danses,débauchés,démocratie,désobéir,dissolution,doctrine,droit souverain,éducateurs,education nationale,enfants,enseignants,enseignements de l’eglise,evangile,fables,famille,fermeté,fornication,francs-maçons,gender,haine,immoralité,jésus-christ,jeunesse,kabbale,laxisme,lois morales,mariage gay,obéir à dieu,parents,passions humaines,patience,perversité,pièges,prédication,république,salut éternel,sensibilité,sexes,sodome,théorie du genre,tyrannie,vérité,vice,vie spirituelle     On ne peut pas mieux dire sur ce qui devient possible « Si – au lieu des lois divines - les volontés de la multitude, les décrets des chefs de l'État, les sentences des juges fondaient le droit.» Ces paroles d’un païen non dénué de sagesse devraient :

   - d’une part, nous instruire sur la fumisterie du droit souverain des peuples qui, en écartant les lois morales de Dieu, se donne le droit juridique d’assouvir toutes les passions humaines, mêmes les plus infâmes, aux conséquences coûteuses et destructrices sur le plan social et familial, et dont nous ressentirons de plus en plus durement les retombées nauséabondes avec, désormais, l’enseignement scolaire de la théorie du genre (3) imposée par l’Education nationale (véritable nid de francs-maçons), de moins en moins éducative mais de plus en plus corruptrice, qui aurait grand besoin d’être éduquée elle-même. Parents, vous avez du souci à vous faire concernant la vie spirituelle et éternelle de vos enfants, en les confiant à de tels éducateurs. Et vous, enseignants qui n’avaient pas piétiné les lois morales divines comment allez-vous vous en sortir sans offenser Dieu et mettre en péril votre salut éternel ?

     Rappelez-vous ceci : aucune loi humaine, d’où qu’elle émane, en opposition avec un commandement ou un enseignement formel de Dieu, ne peut vous contraindre à désobéir à une loi divine. L’exemple en ce domaine est celui de Saint Pierre et des apôtres, ayant reçu le commandement de Notre-Seigneur de prêcher l’Evangile de Jésus-Christ, mais sommés par les autorités juives de cesser toute prédication du nom de Jésus, ils répondirent :

« Il faut plutôt obéir à Dieu qu’aux hommes. » (Actes V, 29)

   - et d’autre part, nous faire réfléchir sur ce qu’est, en réalité, l’aboutissement d’une société sous une forme gouvernementale démocratique, comme la nôtre, violant effrontément les lois divines.

« Où cette loi (de Dieu) est méconnue, violée par la tyrannie d'un, de plusieurs ou de la multitude, non seulement la société politique est vicieuse, il n'y a plus même de société. Cela est encore plus vrai d'une démocratie que de tout autre gouvernement. » (Cicéron, La république, Livre 1,3)

     Devant ce constat de délabrement moral et de laxisme ambiant, cet article - qui fait suite à deux petits articles sur les pièges du monde et la danse et les bals http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/01/11/tem... et http://lechrist-roi.hautetfort.com/archive/2014/01/12/les... - vise à remettre en mémoire ou à faire découvrir, selon l’exhortation de Saint Paul à Timothée, l’enseignement donné par Dieu et par l’Eglise sur ces pratiques immorales ou qui les favorisent (4), non moins que les graves dangers qu’ils représentent dans l’ordre du salut éternel.

« Annonce la parole, insiste à temps et à contre-temps, reprends, supplie, menace en toute patience et doctrine. Car viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ; mais, selon leurs désirs, ils amasseront des maîtres autour d’eux, éprouvant une vive démangeaison aux oreilles ; et détournant l’ouïe de la vérité, ils se tourneront vers les fables. » (II timothée IV, 2-4)

     Ces paroles de Saint Paul faisant allusion à l’insupportabilité de la « saine doctrine » n’étant pas démenties par les faits contemporains il est donc convenable « d’annoncer la parole » en précisant, pour ceux dont la largeur d’esprit serait de l’ordre du Grand Canyon et la moralité en dessous de la ceinture, et qui, en conséquence, trouveraient les textes et les articles de ce blog imbuvables pour leur sensibilité, que je n’ai pas ouvert ce blog pour plaire aux débauchés et aux luxurieux, aux laïcs et aux religieux libéraux, aux négateurs de Dieu, ni pour pratiquer le très hypocrite politiquement et religieusement corrects par des propos ambigus et des circonlocutions de circonstances, ni pour être complaisant envers ce qui doit être dénoncé sans haine mais avec fermeté - dans le but de ratisser large et d’augmenter le nombre de mes visiteurs - mais pour appeler chat…un chat et, s’il plaît à Dieu, d’en ramener certains à résipiscence, après réflexion sur la conduite de leur vie. Mais aussi, pour rappeler ce que le clergé et tout chrétien normalement constitué devrait enseigner et propager, en ce domaine, sur site Internet ou dans les prêches en Eglise, compte tenu de l’état de déliquescence morale de la société dans toutes ses composantes sociales.

(A suivre…« L’adultère - 1 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(3) Théorie qui vise à inculquer dans l’esprit de la jeunesse la négation de la différence naturelle des sexes, en introduisant une distinction entre le sexe qu’il reçoit à la naissance et le détermine dans le genre masculin ou féminin, et l’identité sexuelle qui résulterait d’une perception subjective de son sexe, et de son orientation sexuelle qui serait le produit d’une culture et d’un conditionnement social. Cette théorie pseudo-scientifique, s’inscrivant dans un plan et une logique de changement de paradigme attelé à faire table rase de ce qui reste de culture et de morales chrétiennes, n’est qu’une énième exhalaison de la gnose et de la Kabbale lucifériennes en milieu chrétien pour, par cette théorie, subvertir la différence naturelle des sexes, en formant et orientant les esprits et les intelligences, en formation, vers la nature androgyne de l’être humain, et, par le brouillage des genres, à justifier les pratiques ignobles et bestiales de Sodome, le ''mariage'' gay et, à terme, la dissolution de la famille traditionnelle. A ce stade de machiavélisme et de perversité on ne parle plus d'intelligence humaine mais de fosse septique. Cette théorie du genre (gender en anglais) obligatoire dans les lycées français est enseignée dans les manuels scolaires de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT).

(4) Surtout ne pas commettre l’erreur de confondre les enseignements magistériels de l’Eglise avec les scandales sexuels d’ecclésiastiques ou de laïcs catholiques méprisant les commandements pourtant clairs de l’Eglise et de Dieu. L’Eglise n’a jamais enseigné de telles pratiques mais les a toujours condamnées. Le vice et l’immoralité ne sont pas dans les enseignements dispensés mais dans les passions désordonnées ou le manque de foi véritable de ces personnes, à quelque niveau hiérarchique où ils se situent. Pas plus que les habitants de Corinthe n’auraient pu se prévaloir de l’incestueux de l’Eglise de Corinthe pour dénigrer ou refuser les enseignements de Saint Paul.

Capture05.jpg

adultère,androgyne,apostasie,bals,chrétien,clergé,danses,débauchés,démocratie,désobéir,dissolution,doctrine,droit souverain,éducateurs,education nationale,enfants,enseignants,enseignements de l’eglise,evangile,fables,famille,fermeté,fornication,francs-maçons,gender,haine,immoralité,jésus-christ,jeunesse,kabbale,laxisme,lois morales,mariage gay,obéir à dieu,parents,passions humaines,patience,perversité,pièges,prédication,république,salut éternel,sensibilité,sexes,sodome,théorie du genre,tyrannie,vérité,vice,vie spirituelle

25/11/2012

La morale dans une République en état d'apostasie - 1

PAGE ACCEUIL SITE03.jpg

Fête de Sainte Catherine d’Alexandrie (1)

(Vierge et Martyre 307)

 

ADULTERE ET FORNICATION - 1

 

LA MORALE DANS UNE REPUBLIQUE EN ETAT D’APOSTASIE - 1

 

adultère,androgyne,apostasie,bien,catholiques,chrétienne,confession,contrition,corruption,damnation,débauche,dieux,dogme,droit,éducateurs,éducation,enfer,enseignement,érotisme,esprit satanique,fornication,gnostiques,grand nombre,ignominie,immorales,impudiques,jésus-christ,jeunesse,kabbalistes,laïcité,laxistes,luciférien,mal,malheur,paganisme,parents,patience de dieu,péchés mortels,pénitence,perdition,politique,providence,république,révolution,sacrifices,sagesse,sensualité,sodome,tolérance,tourments     Dans une société démocratique et républicaine ayant apostasié par rejet constitutionnel de Dieu au niveau de l’Etat, et se montrant généralement indifférente à son égard au niveau particulier, les ''grands prêtres'' diplômés, voire surdiplômés et anti-dogmatiques - c’est ce qu’ils disent - du dogme de la laïcité et de la tolérance morale avec leurs partisans, dictent le bien et le mal émanés de leur haute et profonde sagesse acquise, dans le domaine des moeurs, dans les lupanars, la fréquentation des escort-girls ou dans les fables androgynes des gnostiques et des kabbalistes qui favorisent et désinhibent la pratique des joyeusetés de Sodome, ou encore par la respiration de leurs relents. Cet article sera suivi de deux autres sur l’adultère et la fornication

     Dans une structure institutionnelle et sociale dont l’action empreinte d’esprit satanique et luciférien (2) inavoué, mais perceptible dans les faits, est de corrompre moralement et intellectuellement, en favorisant le piétinement des lois morales divines et la débauche du plus grand nombre, tous les moyens sont utilisés pour maintenir en permanence un milieu ambiant baigné d’érotisme, exalter et exciter la sensualité, propager et banaliser sans vergogne les pratiques impudiques et immorales telles que l’adultère et la fornication : affiches, photos, blogs, sites Internet, chansons, musique, livres, romans, pièces de théâtre, spectacles, publicités, films, séries TV, feuilletons, téléréalité, promotion de tenues vestimentaires féminines suggestives ou indécentes, etc.

     Mais l’inconséquence, la désinvolture et l’ignominie morales ne s’arrêtent pas au niveau des exemples de dirigeants politiques, des faiseurs d’opinions, des vendeurs et programmateurs de variétés, des excréments filmographiques et publicitaires, car elle est secondée par des ''éducateurs'', des pères et des mères de famille encourageant ou se montrant laxistes envers les pratiques immorales de leurs propres enfants « Il faut bien que jeunesse se fasse » ou « c’est de leur âge » disent-ils. Paroles effroyables et irresponsables dans la bouche d’éducateurs et de parents mettant leurs propres enfants sur des chemins de perdition, les autorisant ainsi à commettre des péchés mortels qui, s’ils ne sont pas remis par la confession et la contrition sincères, et expiés par la pénitence, les entraîneront vers la damnation éternelle. Car, on ne se moque pas impunément de la patience de Dieu, nous dit la Sainte Ecriture.

     Ces comportements méprisants à l’égard de l’autorité divine, qui visent à la corruption du plus grand nombre, font descendre leurs auteurs dans le paganisme le plus abject, si on considère et médite ce qu’écrivait l’illustre païen Cicéron :

     « Pour établir le droit, il faut remonter à cette loi souveraine, qui est née avant tous les siècles et avant qu'aucune loi eût été écrite, ni aucune ville fondée. Pour y parvenir, il faut croire avant tout que la nature entière est gouvernée par la divine Providence, que l'homme a été créé par le Dieu suprême, et que par la raison il est en société avec Dieu. Cette raison commune à Dieu et à l'homme, voilà la loi qui fait de cet univers une seule cité sous le Dieu tout-Puissant (…) Si les volontés de la multitude, les décrets des chefs de l'État, les sentences des juges fondaient le droit, le vol, l'adultère, la supposition d'un testament seraient légitimes dès qu'on aurait les suffrages du peuple » (Cicéron, Des Lois, Livre 1)

(A suivre…« La morale dans une République en état d’apostasie – 2 »…si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Elle était de sang royal. L’empereur d’Orient Maximin, homme fière et barbare, étant à Alexandrie fit publier un édit par lequel il commandait de faire des sacrifices aux dieux. Accompagnée de toute sa suite, elle résolut d’aller parler à l’empereur pour lui représenter le malheur où il précipitait les gens, qu’il traînait après lui en enfer. Troublé par le discours de Catherine, il la fit raccompagner à son palais. Après avoir accompli ses cérémonies aux dieux il vint la trouver et lui dit : « Dites-moi maintenant qui vous êtes, et les discours que vous m’avez tenus aujourd’hui. » La sainte fille lui répondit : « Ma race royale est assez connue en cette ville ; je m’appelle Catherine. J’ai employé mon temps à l’étude de la rhétorique, mais je ne me vante de rien, sinon d’être chrétienne, et d’avoir pour époux Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme.» Maximin fit venir cinquante orateurs et philosophes pour disputer avec elle. N’ayant pu confondre la sainte, et ayant répondu à l’empereur que la sainte disait vrai et qu’ils avaient été aveugles jusque là et qu’il n’y avait qu’un seul Dieu, Jésus-Christ, que Catherine confessait et adorait. Fou de rage, Maximin les fit jeter dans les flammes. Voyant que ses ruses, pour faire adorer les faux dieux par Catherine, ne servaient à rien, après lui avoir fait subir bien des tourments, lui fit trancher la tête.

(2) En France, cet esprit satanique et luciférien - objectivement et incontestablement manifesté par le caractère anti-christique de la laïcité ayant travaillé sans répit l’opinion publique, pour permettre l’expulsion de Notre-Seigneur Jésus-Christ de toutes les institutions et lieux publics nationaux - s’est forgé par l’évacuation, dans l’éducation et l’enseignement de la jeunesse des références morales, philosophiques et métaphysiques catholiques, un environnement pour laisser le champ libre aux références philosophiques et métaphysiques gnostiques et kabbalistes, dont est issue la Révolution dite française, dont sont imbibés les différents courants de pensée politique et qui façonnent la morale et l’opinion publique contemporaines.

Capture05.jpg

adultère,androgyne,apostasie,bien,catholiques,chrétienne,confession,contrition,corruption,damnation,débauche,dieux,dogme,droit,éducateurs,éducation,enfer,enseignement,érotisme,esprit satanique,fornication,gnostiques,grand nombre,ignominie,immorales,impudiques,jésus-christ,jeunesse,kabbalistes,laïcité,laxistes,luciférien,mal,malheur,paganisme,parents,patience de dieu,péchés mortels,pénitence,perdition,politique,providence,république,révolution,sacrifices,sagesse,sensualité,sodome,tolérance,tourments